TEMPÊTE DANS UN COIN PAUMÉ

J’ai reçu samedi matin un texte dans lequel Camille me décrivait les premières heures de la tempête. Sans nouvelles de lui, je me décide à publier cette chanson
aujourd’hui. Les médias ont raconté en long et en large les malheurs
provoqués par la tempête. Seront-ils aussi diserts pour raconter la
prochaine tempête sociale qui se fera dans les rues dans 48 heures?

TEMPÊTE DANS UN COIN PAUMÉ

J’ai subi ma première tempête
C’est un spectacle bien étonnant
Car soudainement tout s’arrête
Dans un silence assourdissant

Meurt tout ce qui est électrique
Même l’air semble vous manquer
Et ma pauv’ bougie famélique
A bien du mal à m’éclairer

Et puis, d’un coup, c’est le vacarme
Dehors, passe l’armée de Dieu
Qui de je ne sais quelles armes
Frappe des boucliers aux cieux

Tremble maison tremble nature
Nous ne sommes que des fétus
De minuscules créatures
Mort’s presque avant d’avoir vécu

Paquets d’air et d’eau en goguette
Nés de mariages incertains
Se jettent en foule sur mes fenêtres
Pourvu qu’les vitres tiennent bien

Les arbres plient avec courage
Certains prennent un air penché
Le vent emport’ sur son passage
Les âmes des déracinés

J’ai retrouvé de vieux réflexes
Datant d’un passé oublié
La cuillère de soluble express
Dans de l’eau chaude du robinet

Sous ses paupières encore closes
Je vois rir’ mon percolateur
Qui m’dit : « Le mien c’est autre chose
Tu ne connais pas ton bonheur ! »

Parlant à un voisin d’la chose
Il me répond : « Pauvre couillon !
Cette fois y avait pas la dose
Ce n’était qu’un échantillon ! »

J’en ai pris note mais quand même
Une fois de plus j’ai compris
Qu’assez grands pour faire des problèmes
A notre Terre, on est petits

C’est tout, mais je suis moraliste
Faut une chute à ma chanson
Peut-être dire aux journalistes
Qui le vingt-neuf couvriront
Que si ce jour-là, c’est tempête
Contre Sarkozy et Fillon
Qu’ils précisent à moins d’être bêtes
Que ce n’est qu’un échantillon

Chanson : »Tempête dans un coin paumé » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Chant : Jean-Marie
 
 
Chanson originale : « Le testament » (1969)
Paroles et musique : Georges Brassens

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s