LE COMPLEXE DE LA TRUITE

Le 1er avril étant aux
humoristes ce que que le 1er mai est aux travailleurs, Jean-Marie
et moi avons décidé de rendre un hommage (forcément muet) à un(e)
de nos pères : Francis Blanche…

http://www.youtube.com/watch?v=Q24qnmpbdOU

LE COMPLEXE DE LA TRUITE   
 
           
Elle était jeune fille
Sortait tout droit de son couvent
Innocente et gentille
Qui n’avait pas seize ans
Le jeudi, jour de visite
Elle venait chez ma mère
Et elle nous jouait la Truite
La Truite de Schubert

Un soir de grand orage
Elle dut coucher à la maison
Or malgré son jeune âge
Elle avait de l’obstination
Et pendant trois heures de suite
Au milieu des éclairs
Elle nous a joué la Truite
La Truite de Schubert

On lui donna ma chambre
Moi je couchai dans le salon
Mais je crus bien comprendre
Que ça ne serait pas long
En effet elle revint bien vite
Pieds nus, dans les courants d’air
Pour me jouer la Truite
La Truite de Schubert

Ce fut un beau solfège
Pizzicatis coquins
Accords, trémolos et arpèges
Fantaisie à quatre mains
Mais à l’instant où tout s’agite
Sous l’ardent aiguillon de la chair
Elle, elle fredonnait la Truite
La Truite de Schubert

Je lui dis : « Gabrielle
Enfin, comprenez mon émoi
Il faut être fidèle
Ce sera Schubert ou moi »
C’est alors que je compris bien vite
En lisant dans ses yeux pervers
Qu’elle me réclamait la suite
La suite du concert

Six mois après l’orage
Nous fûmes dans une situation
Telle que le mariage
Etait la seule solution
Mais avec un air insolite
Au lieu de dire oui au maire
Elle lui a chanté…
…de Schubert

C’est fou ce que nous fîmes
Contre cette obsession
On mit Gabrielle au régime
En lui supprimant le poisson
Mais par une soirée maudite
Dans le vent, l’orage et les éclairs
Elle mit au monde une truite
Qu’elle baptisa Schubert
Elle mit au monde une truite
Qu’elle baptisa Schubert.

A présent je vis seul
Tout seul dans ma demeure
Gabrielle est partie et n’a plus sa raison
Dans sa chambre au Touquet elle reste des heures
Devant un grand bocal où frétille un poisson
Et moi j’ai dit à Marguerite
Qui est ma vieille cuisinière
Ne me servez plus jamais de truite
Ça m’donne de l’urticaire.

Paroles: Francis Blanche (1956)
Musique: Franz Schubert  
Titre original: « Die Forelle »
Parodie du Lied de Schubert (1919).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s