CASTING POUR UN PETIT BRUN

Visite de notre Président dans l’Orne , vue par un journaliste de la R.T.B.F. :

http://www.lejdd.fr/Medias/Television/Videos/Casting-de-taille-131799/

LES P’TITS BRUNS ONT L’OBSESSION

Les p’tits bruns ont l’obsession
C’est bien un truc de garçon
D’être aussi grands que les blonds
Ça les rend fous
Tous ces faux-frères
Quitte à porter des talons
Pour pas passer pour un con
Les p’tits bruns ont l’obsession
De leur belle gueule
De leur belle paire
Ils se persuadent eux-mêmes
Que c’est les petits qu’on aime
Tout en souhaitant que demain
Ils soient les plus grands, les p’tits bruns
A côté d’Carla Bruni
Les p’tits bruns se sentent petits
Car elle a la taille mannequin
Mais pas les petits bruns
C’est très triste
Oui, très triste
Cet écart qu’on constate
C’est dommage, mais qu’y faire
Ne comptez
Pas sur moi
Pour proposer d’ raccourcir Carla
Les p’tits bruns ont l’obsession
C’est bien un truc de garçon
D’être aussi grands que les blonds
Ça les rend fous
Tous ces faux-frères
Quitte à porter des talons
Pour pas passer pour un con
Les p’tits bruns ont l’obsession
De leur belle gueule
De leur belle paire
Les grands se disent en eux-mêmes :
« J’suis l’meilleur, y a pas d’problème
Car dans la vie c’est certain
Vaut mieux être un géant qu’un nain »
Et chaque petit se dit:
« Cause toujours mon ami
Si tu me prends pour un con
Je mets mes grands talons »
Et c’est toujours une bombe
Que choisit le petit brun
Qui se croit l’plus grand du monde
Plus fort qu’l’Américain
Elle n’est pas finie, la guerre
Rivalité entre garçons
Ça les rend fous
Tous ces faux-frères
Des petits bruns cette obsession

Chanson : « Les p’tits bruns ont l’obsession » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Clavier et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » Les p’tits bruns et les grands blonds  » (1964)
Paroles : Claude Nougaro
Musique : Claude Nougaro et Hubert Giraud

LA CONSCIENCE D’UN SARKOZISTE

LA CONSCIENCE D’UN SARKOZISTE

Voir la conscience d’un politique
N’est certain’ment pas un spectacle
Qui, du point de vue de l’éthique
Puisse vous fair’ croire aux miracles
C’est à la suite d’un pari
Avec un copain sans malice
Que j’ai tenté d’faire l’autopsie
De la conscience d’un Sarkoziste
J’ai commencé par rechercher
Parmi ceux paraissant honnêtes
Le sujet d’études rêvé
Mais j’ai dû arrêter ma quête
Car l’un d’entre eux venait d’clamcer
Et l’autr’ d’ virer écologiste
Ça ne paie pas, l’honnêteté
Dans la conscience d’un Sarkoziste
J’ai donc dû exercer mon choix
Parmi les seul’ment honorables
Certes ils ne se bousculaient pas
De peur de rester sur le sable
Etant prêts à n’importe quoi
Pour bien figurer sur la liste.
C’est « préférence à Nicolas »
Dans la conscience d’un Sarkoziste
Ainsi il m’a fallu chercher
Dans des endroits bien détestables
Où nombreux ils s’étaient cachés
Mais tous passés dessous la table
De ma quête, c’était la fin
Mais c’est alors qu’un journaliste
Est venu m’éclairer enfin
Sur la conscience des Sarkozistes
Mon très cher ami, m’a-t-il dit,
Votre démarche est illusoire
S’ils en avaient une, pardi
Croyez que ça serait notoire
Que croyez-vous que ces barons
Ces financiers, ces affairistes
Puiss’nt avoir quelque chose à faire
De la conscience d’un Sarkoziste ?
J’en ai parlé au président
Ignorant de toute traîtrise
Lui qui avait atteint le but
De ses trente ans de convoitise
Il dit : « Vous êtes bien tombé
Sur ce sujet, j’suis spécialiste
J’n’ai jamais entendu parler
De la conscience d’un Sarkoziste ».

Chanson : « La conscience d’un Sarkoziste  » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » Le nombril des femmes d’agent  » (1956)
Paroles et musique : Georges Brassens

ESCALADE EPISTOLAIRE

ESCALADE EPISTOLAIRE

Cher monsieur Martin,
Je prends respectueusement la liberté de vous écrire au sujet des
déjections que votre chienne, tous les jours, dépose sur le
trottoir juste en face de mon portail.
Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir veiller au plus
vite à ce que cela cesse.
En vous en remerciant par avance, je vous prie de croire, cher
monsieur, en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.
——————————————
Cher monsieur Dupont,
La rue étant régulièrement parcourue par un grand nombre de chiens,
je ne comprends pas vos accusations envers ma chienne qui ne sort
que tenue en laisse.
Veuillez vous adresser aux responsables, ailleurs.
Cordiales salutations.

——————————————
Cher monsieur Martin,
Si je me permets ici d’insister, c’est que nombre d’éléments
motivent ma demande.
Je vous renouvelle donc ma demande, en urgence.
En vous en remerciant par avance, je vous prie de croire, cher
monsieur, en l’assurance de mes meilleurs sentiments.

——————————————
Monsieur Dupont,
Votre insistance commence à devenir déplaisante.
Quels seront donc vos « éléments » ?
Etes-vous un expert-Manhattan et auriez-vous fait procéder à des
tests ADN sur ma Fifi sans autorisation de ma part ? (je plaisante,
bien sûr)
Ma chienne n’y est pour rien, je vous le répète.
Salutations.

——————————————
Monsieur Martin,
Si j’insiste, c’est parce que je SAIS que c’est votre chienne, que
votre fils sort et qu’il amène parfois de force devant mon portail
pour lui faire faire ses besoins (je le vois de ma fenêtre).
Cela doit cesser au plus vite, merci.
Cordialement.
——————————————
Monsieur Dupont,
Je ne suis pas surpris que vous passiez votre temps à la fenêtre,
pour épier vos voisins.
Mon petit Jérôme est un enfant bien élevé, respectueux, incapable
de faire ça, et c’est vous qui affirmez, sans preuves : ce ne
serait jamais que votre parole contre la sienne.
Bonsoir.

——————————————
Monsieur Martin,
Il ne vous sert à rien de contester des faits dont tout le quartier
et les voisins sont quotidiennement témoins, se plaignant de ce
trottoir devenu « crottoir ».
Bien à vous.
——————————————
Ah, parce qu’en plus, les voisins sont dans le coup ?
Vous les montez contre mon fils et ma famille ?
Bientôt vous allez dire que c’est mon fils qui chie devant votre
portail, peut-être ?

——————————————
Non, monsieur, mais il y pisse ! je n’osais vous le dire pour vous
ménager, mais cela sent et je l’ai vu également de ma
fenêtre…
——————————————
Avec vos jumelles, sale mateur ! J’ai toujours pensé que vous
étiez un pédophile… déjà, vous avez une voiture de pédé, des
allures de tarlouze… si vous observez encore une fois mon
fils lorsqu’il pisse sur votre portail, je vous…

——————————————
Monsieur, vous venez de reconnaître que votre fils pissait sur mon
portail volontairement, je suis donc en mesure d’aller au
commissariat porter plainte.
——————————————
Et ben vas-y au commissariat porter plainte, c… ard.
C’est moi qui vais la prendre, ta plainte, abruti ! J’y travaille
et je t’emm… !

——————————————
Cher monsieur,
Vous ne savez pas à qui vous avez affaire.
Je suis responsable départemental de l’UMP.
Vous entendrez parler de moi, et très bientôt.
Je ne vous salue pas.
——————————————
Cher monsieur Dupont,
Veuillez croire que mon fils Jérôme et ma Fifi (que j’ai fait
abattre ce jour… enfin, non, pas les deux dans un premier
temps… seulement Fifi) regrettent leurs fautes
impardonnables et vous prient de les en excuser (même de façon
posthume, mais le cœur y est sûrement).
J’avais moi-même fait des démarches pour entrer à l’UMP bientôt,
ayant des projets de carrière malgré mon absence de diplômes. Vous
m’aiderez sûrement, il est toujours bon d’avoir pour voisin un
policier aussi « dévoué » que je le serai à l’avenir pour vous et les
vôtres.
Dès demain, une dizaine de condamnés à des travaux d’intérêt
général viendront briquer l’accès à votre propriété, repeindre le
portail et nettoyer votre jardinet de deux hectares, la République
vous devait bien cela.
En vous priant de bien vouloir m’excuser de vous demander pardon
pour ce regrettable incident,
Votre très servile,
Marcel Martin.
PS : votre meuf a l’air très sympathique et pas farouche…
venez donc un soir sans les enfants prendre l’apéro, et puis
ensuite, avec la mienne, entre adultes consentants, si ça nous
chatouille…

Camille ©2009

200 CHANSONS DÉJÀ … COMME LE TEMPS PASSE…

 

Déjà 200 chansons depuis la création de 2Cdab fin
novembre 2008. Comme le temps passe…

TAXE CARBONE TU DÉCONNES

Que sera donc demain, on n’est pas sûr de savoir ça
Que deviendra le genre humain, quand on aura moins froid
Quand des glaciers dégoulinants coulera toute l’eau
Comm’ si Dieu pissait en riant, jouant avec son p’tit tuyau yau yau yau
On embauch’ra le petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry
Pour aller ramasser des fraises au fond d’la Sibérie
On nous raconte des tas d’histoires, et partout on nous ment
Le président propose une taxe, comme la panacée du gouvernement
Sait-il seulement où il va, où ira cet impôt indu
C’est pas bien grave, nous on le sait, il ira chez tous ces tordus
Ses gros amis industriels qui l’auront encore bonne
Répondons en chantant :  » Taxe carbone tu déconnes ».
Taxe carbone, taxe carbone, taxe carbone, tu déconnes
Taxe carbone, taxe carbone, bientôt t’épargneras plus personne
Taxe carbone, taxe carbone, taxe carbone, tu déconnes
Taxe carbone, taxe carbone, bientôt t’épargneras plus personne
Si vous en croisez par hasard, ne les insultez pas
Les occasions sont tellement rares, de mépriser des mecs comme ça
Même s’ils roulent en Jaguar, ne les caillassez pas
Ignorez donc tous ces richards, et leurs reines de Saba
Moi j’en ai vu un l’autre jour, il était presque au désespoir
Khadafi et la Suisse menaçaient ses milliards
C’est pas mon cas ! et vous êtes comme moi
Si tous les pauvres gens du monde pouvaient chanter comme ça !
Taxe carbone, taxe carbone, taxe carbone, tu déconnes
Taxe carbone, taxe carbone, bientôt t’épargneras plus personne
Taxe carbone, taxe carbone, taxe carbone, tu déconnes
Taxe carbone, taxe carbone, bientôt t’épargneras plus personne
{ad libitum}

Chanson : « Taxe carbone tu déconnes » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » Babylone tu déconnes  » (1981)
Paroles et musique : Bill Deraime

DANS LE PAYS DE SARKOZY

 Après deux mois de repos, notre gouvernem… euh, Nicolas Sarkozy s’est remis au
travail, dans la droite ligne apparemment de ses réformes précédentes. Travailler moins nombreux, gagner moins, être taxé plus, voir nos libertés fondre au soleil, tel sera notre sort jusqu’en 2012… Préparons déjà notre bulletin et tenons-le très
fort…

DANS LE PAYS DE SARKOZY

Dans le pays de Sarkozy
S’endormait la démocratie
Par l’ingestion de faux-semblants
D’un président aux lois dormant
Et moi, qui ne dors plus du coup
Je rage, peste et devient fou
Ami, il va falloir oser
Pour protéger nos libertés
Avec cet oiseau de malheur
Qui a trouvé des électeurs
Assez riches ou assez crétins
Pour le choisir, triste scrutin
Aux promesses de cet étourneau
Grand branle-bas dans Landerneau
Tout l’ monde applaudit ses discours
D’lui qui s’ présent’ comme seul recours
Et le machisme et les rumeurs
Ont fait peur à nos électeurs
Ségolène désabusée
Alla donc se faire rhabiller
Et c’est depuis ce temps, les gars
Que j’attends pour le mettre à bas
Que même cinq ans à la main
Je tiendrai fort mon bulletin

Chanson : « Dans le pays de Sarkozy  » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » A l’ombre du coeur de ma mie  » (1958)
Paroles et musique : Georges Brassens

ARIANE MASSENET SAUVE LE GRAND JOURNAL DU RIDICULE

Hier, le Grand Journal recevait Meryl Streep.

A la fin de son interview, Michel Denizot invite sur le plateau
Kamel, un « magicien », qui fait choisir une carte virtuelle à
l’invitée dans un paquet imaginaire, fait apparaître ensuite un
paquet, dans son étui.
Il demande alors la carte qu’elle avait choisie à l’invitée, et la
carte, miraculeusement, apparaît seule face retournée dans le
paquet étalé.
Magnifique, non ?

.Excepté que l’on nous prend pour des lapins de six semaines, comme
ce fut le cas lors de la réception de Daniel Tammet.
Meryl Streep a dit « Eight of clubs » qu’au prétexte de traduction,
Ariane Massenet a aussitôt transformé en « Huit de pique » en
français, qui était la bonne carte.

La première hypothèse qui vient à l’esprit est que Meryl puisse
avoir eu un trou de mémoire quant à la carte qu’on lui avait dit de
nommer.

Mais la rapidité anormale de l’intervention d’Ariane Massenet
permet de faire une seconde hypothèse plus probable encore : que la
personne ayant indiqué la carte à Meryl Streep se soit trompée, par
manque de connaissance de l’anglais sans doute…

Ariane Massenet, bloquée sur le plateau, mais avertie au dernier
moment (pupitre, oreillette ou autre) pouvait donc être « prête à
bondir » pour rectifier, tout comme Kamel.

Bref, quelqu’un sur le plateau a dû se faire sonner les cloches
après l’émission.

Ainsi dans tous les cas, tous étaient complices avant coup.
Et de s’extasier, et d’applaudir…

 

C’est ici entre la dixième et onzième minute
http://player.canalplus.fr/#/273140

 

De bien tristes pratiques…

 

ON A ÉLU ALI

Ali Bongo et les 40% volés

Les rapports entre la France et l’Afrique sont souvent peu clairs, et l’avenir de certaines prétendues démocraties fort sombre. La liste des dict… euh présidents est fort longue, au point que notre gars bon Jean-Marie qui bout, marre, à bout, nous décrit à sa manière les dernières élections au Gabon : succès total à mon « Ouah ! gars, doux goût » !

ON A ÉLU ALI

Depuis des temps immémoriaux
Sévit la Françafrique
On soutient les despotes locaux
Pour des histoires de fric
Total pille les ressources du Gabon
Et sans aucun remords
Omar Bongo touchait des millions
Mais en mai il est mort
On a élu Ali qui d’vient numéro un
C’est le fils de son père il se comportera bien
Tant pis s’il ne paraît pas très clair le scrutin
On bidouille les urnes et ça s’arrange bien
On a élu Ali dans un drôle de scrutin
Un seul tour et c’est fait : il est numéro un
Il devient président avec quarante et un
Virgule sept pour cent de tous les bulletins
Y a pas d’erreur, Bongo Ali
Est bien l’fils de son père
Le P.D.G. qui l’a choisi
N’avait rien d’autre à faire
Le pouvoir passe d’Omar à Ali
Est-ce une démocratie ?
Non, pour la plupart des gens d’ici
Ca d’vient une monarchie
On a élu Ali qui d’vient numéro un
C’est le fils de son père il se comportera bien
Tant pis s’il ne paraît pas très clair le scrutin
On bidouille les urnes et ça s’arrange bien
On a élu Ali dans un drôle de scrutin
Un seul tour et c’est fait : il est numéro un
Il devient président avec quarante et un
Virgule sept pour cent de tous les bulletins

Chanson : « On a élu Ali » (2009)
Paroles : Jean-Marie
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Il tape sur des bambous » (1982)
Auteurs-compositeurs : Michel Héron / Didier Barbelivien

BEAU LE NICO !

LE PRÉSIDENT NOUVEAU EST ARRIVE

Nicolas Sarkozy a pris cet été une grande décision : devenir beau. Il le fut assez apparemment pour conquérir Carla, mais il fallait mieux encore pour la garder, même si instruit par l’expérience Martin, celui qui les a mariés est toujours sous surveillance et écoute.
Ne cherchez plus vos tablettes de chocolat en jetant un regard suspicieux à vos gamins : il essaie de les cacher sous sa chemise, notre bon Président…

BEAU LE NICO !

En août au soleil
On a vu, merveille !
Tous ces professeurs
Te mettant en sueur
Ton bide chassant
Ta graisse traquant
C’est pour ta femme, ô Nico qu’a du goût
Et Carla qui chantait cet air là
Un deux trois
Oh que t’es beau
Beau, Nicolas
Si t’as des tablettes de choco
C’est pour les beaux yeux de Carla
Oh que t’es beau
Beau, beau, beau, Nicolas
Z’étaient trop laids, tes bourrelets
Tout ton gras et ton estomac
Oh que t’es beau
Beau, Nicolas
Au bord de la plage
Tu fais plus ton âge
Plus de cinquante ans
T’as l’air d’un amant
Du soir au matin
Dans tous les recoins
Toi Nicolas, moi Carla
On fait bien, très très bien
On chante ce refrain
Trois quatre cinq :
Oh que t’es beau
Beau, Nicolas
Si t’as des tablettes de choco
C’est pour les beaux yeux de Carla
Oh que t’es beau
Beau, beau, beau, Nicolas
Z’étaient trop laids, tes bourrelets
Tout ton gras et ton estomac
Oh que t’es beau
Beau, Nicolas
Si on va par là
Il fallait bien ça
Pour que notre amour
Ne périsse pas
Un beau président
Un modèle poète
Des grands gourous, des bisous
Et même des roudoudous
Pour chanter comme nous
Tous en chœur :
Oh que t’es beau
Beau, Nicolas
Si t’as des tablettes de choco
C’est pour les beaux yeux de Carla
Oh que t’es beau
Beau, beau, beau, Nicolas
Z’étaient trop laids, tes bourrelets
Tout ton gras et ton estomac
Oh que t’es beau
Beau, Nicolas
Oh que t’es beau
Beau, Nicolas
Oh que t’es beau
Beau, Nicolas

Chanson : « Beau le Nico » SACEM ©2009
Paroles: Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale: « Chaud K K O » (1985)
Paroles et musique : Vivien Vallay, Patrick Bousquet, P. Carrel