SARKOVERDOSE

SARKOVERDOSE

Nicolas Sarkozy sur TF1 le lundi 25 janvier : il va répondre aux questions de dix « Français », mais pas aux vôtres. A la queue, comme tout le monde !

Ça tourne à la sarkoverdose, au gué, au gué
Tant est présent le Président, au gué, au gué
Il ne se passe pas de jour sans que sur les antennes
En toute heure, en tout lieu et sur toutes les chaînes
Il ne vienne montrer comment il se démène
Sarkoverdose
Lundi ça recommence encore, au gué, au gué
On sature, même à l’UMP, au gué, au gué
Sa façon méthodique d’envahir les ondes
Pensant nous endormir au gré de sa faconde
Viendrait-il d’une peur maladive profonde ?
Sarkoverdose
Ou bien alors pour s’assurer, au gué, au gué
Qu’on est toujours hypnotisés, au gué, au gué
Quand parmi tant de journalistes, on voit qu’il a choisi
L’irrévérent Pernaut et l’insolente Ferrari
De toute la télé, le duo-choc des insoumis
Sarkoverdose
Avec eux, le risque est minime, au gué, au gué
D’imprévu , de questions intimes, au gué, au gué
De ce qui pourrait déranger, au gué, au gué
Ou représenter un danger, au gué, au gué
Et petit à petit, au gué, au gué
Se meurt notre démocratie, au gué, au gué
On sait que ses parents venaient de la Hongrie
Qu’il a été capable de risquer sa vie
Pour le plaisir de dire « Pauv’con ! » à un débile
Sarkoverdose
Que Nicolas est un malin, au gué, au gué
Que de l’argent, il en a plein, au gué, au gué
Et que les décisions ici, au gué, au gué
C’n’est pas Fillon, ce n’est que lui, au gué, au gué
Il reste à espérer que son cas pathétique
Fasse qu’il soit lâché par tous les politiques
Mêm’ les plus acharnés des soutiens de sa clique
Sarkoverdose
Parce que vraiment il serait temps, au gué, au gué
Qu’la France ait un gouvernement, au gué, au gué
Car, ne l’oublions pas, c’est pour les régionales
Qu’sa crise d’identité en devint nationale
Faisant le lit de l’extrême-droite hexagonale
Sarkoverdose
Vivement l’élection dans deux ans, au gué, au gué
Qu’on élise un vrai président, au gué, au gué

Chanson : « Sarkoverdose » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Guitare et interprétation : Jean-Marie
Dessin de Boyar

Chanson originale : « Corne d’aurochs  » (1952)
Paroles et musique : Georges Brassens

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s