« LA GAUCHE N’A QU’UN DROIT, C’EST CELUI DE SE TAIRE »

LE PLAISANTIN DE L’ÉTÉ.

En ces temps bienheureux où le ridicule ne tue plus, le Condor 2010 revient sans
conteste au plaisantin de l’été, Benjamin Lancar, jeune UMP qui après la réalisation du lip-dub, s’attaque à l’envahissante gauchosphère qui ose trouver à redire à l’action du gouvernement et de son guide éclairé.

Voir l’article du Figaro à cette adresse:
http://www.lefigaro.fr/politique/2010/08/31/01002-20100831ARTFIG00341-benjamin-lancar-veut-taper-sur-la-gauche.php

Traditionnellement, les étés de la France
Respectent la chaleur, le repos, les vacances
Tout le monde est parti, si l’on feint d’être là
Le pouvoir est présent, oui, foi de Nicolas !
Journalistes hélas, vraie bande de faux-frères,
Qui jamais ne chômez, vous sortez des affaires
De celles que l’État jour après jour dément
C’est fou jusqu’au moment où l’on prouve qu’il ment
Et le gouvernement d’user de la recette
Qui fonctionne si bien avec des gens si bêtes
Dépêcher un pompier, chargé du contre-feu
Le volontaire fut cette fois Hortefeux
Pour que Woerth-Bettencourt deviennent secondaires
Il fallait vivement un bon bouc émissaire
C’est la faute aux gitans, aux tziganes et aux Roms
Qui polluent le pays de l’Alsace à la Drôme
« La gauche n’a qu’un droit, c’est celui de se taire »
Tant Sarko réussit ses plans sécuritaires
Depuis deux-mille deux, où il en fut chargé
N’importe qui peut voir que les choses ont changé
C’est là ce que prétend un jeune triste sire
Jeune de l’UMP , est-ce utile de dire
Que si de tels propos sentent le caniveau
C’est pour que les amis de le Pen crient  » bravo ! « 
Et vouloir par ailleurs le parti socialiste
Sur la sécurité absent, irréaliste
Socialiste muet, cela n’existe pas
Jospin l’avait promis et il est toujours là
Et puisque l’on y est, l’abracadabrantesque
Ressurgit du passé, pitoyable et grotesque
Un accord est trouvé, à grands coups de millions
Paraît que l’UMP lance une souscription
« La gauche n’a qu’un droit, c’est celui de se taire »
Quand elle dénonçait les dérives du maire
De la vill’ de Paris, un certain Jacques Chirac
Le RPR disait qu’elle racontait des craques
Il aura bien fallu trente-cinq ans à ces plaintes
Pour qu’elles soient traitées échappant aux contraintes
De stupides décrets offrant l’immunité
Pour tout ce qu’a pu faire le roi de l’Elysée
Et la légion d’honneur rend Eric Woerth morose
Si vous n’en savez rien, je vous conte la chose
Il avait affirmé qu’il n’y était pour rien
Mais on trouve son nom au bas d’un parchemin
Il suffisait pourtant concernant la médaille
De bien dire le vrai, ce n’était pas duraille
Et ce, dès le début, mais dire la vérité
Dans ce gouvernement n’a plus droit de cité.
Car le mensonge est roi et la haine est sa reine
Reprenant en cela les idées du FN
La politique échoue, aucun bon résultat
On fait peur aux Français, ça marche à chaque fois
Ne voyez-vous donc pas qu’on vous prend pour des bêtes
Spéculant qu’Alzheimer régit déjà vos têtes
Vous avez oublié, vous oublierez encore
Ne venez pas plus tard râler sur votre sort
« La gauche n’a qu’un droit, c’est celui de se taire »
Moi, pauvre chansonnier, j’affirme le contraire
Et jusqu’en 2012, avide de dures luttes
Cela sera mon but, mon but, mon but, mon but

 

Chanson : « Le plaisantin de l’été » SACEM ©2010
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le bulletin de santé » (1966)
Paroles et musique : Georges Brassens

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s