1er MAI 2011 : TSARKOZY FACE AU PEUPLE…

1er MAI 2011 : TSARKOZY FACE AU PEUPLE…

Sur fond de mariage présidentiel entre Marine et Nicolas unis par Saint Jean Paul II aux pieds de Jeanne d’Arc, se profile un bien curieux 1er mai…
Sarkozy fait tout pour que pète un nouveau mai 68, en multipliant les provocations, les attaques directes et les réformettes à visée politique. Cela lui permettrait de reprendre le meilleur de ses rôles vu du FN : celui d’un ministre de l’Intérieur façon Clichy-sous-bois.
La gauche et les syndicats défilant unitaires pourtant semblent jusqu’ici ne pas tomber dans le panneau électoral mais « avec Nicolas, tout devient possible »…
Comme l’a si bien dit un jour le grand philosophe contemporain Thierry Roland : « Il suffit d’un ou deux excités… »

DÈS LE PREMIER MAI !

Notre président de la République
Aurait, paraît-il, une idée cynique
Cell’ d’exaspérer nombre de Français
Pour mai 68 sciemment recréer
Il réprimerait, sortirait la trique
Jean-Marin’ Le Pen pourrait s’ rhabiller
Alors dans un élan démocratique
Tous ensemble, on va s’ mettre à défiler
Dès le premier mai ! Dès le premier mai !
Dès le premier mai ! Dès le premier mai !
YEH
Sans même parler d’partis politiques
Ni de syndicats ou d’autres boutiques
Il est temps, les gars, de dire enfin non
À qui met la France en démolition
Si nous défendons tous nos libertés
Jean-Marin’ Le Pen ira s’ rhabiller
Alors dans un élan démocratique
Tous ensemble, on va s’ mettre à défiler
Dès le premier mai ! Dès le premier mai !
Dès le premier mai ! Dès le premier mai !
YEH
Pour la gauche unie, candidat unique
Plus de m’as-tu-vu aux scores comiques
Ceux des hôpitaux et ceux des usines
Tous ceux des bureaux et tous ceux des cuisines
Tous les artisans, tous les professeurs
Tous les étudiants, retraités, chômeurs
Allons, dans un élan démocratique
Tous ensemble, on va s’ mettre à défiler
Dès le premier mai ! Dès le premier mai !
Dès le premier mai ! Dès le premier mai !
YEH
La la la la la la la la la la …

Chanson : « Dès le premier mai ! » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Mamadou Mémé » (1969)
Paroles et musique : Nino Ferrer

Publicités

MARIAGE PRINCIER ? ON S’EN BRANLE !

MARIAGE DE CRISE…

Il faut faire rêver les pauvres… surtout quand on ne peut les nourrir.

Au fin fond d’une favela brésilienne ou d’un bidonville à Calcutta, tous vont se presser devant les écrans de télé et se repaître de la  vision d’un luxe qu’ils n’auront pas même l’idée ou la force de trouver indécent.

Et pourtant, c’est la crise, on le voit bien… le champagne prévu pour rafraîchir les quelque mille neuf-cents invités ? en toute simplicité, un modeste Dom Pérignon 1961 à 562 € la bouteille… les temps sont difficiles !

Vendredi ça serait le mariage de l’année
Deux milliards de connards plantés d’vant leur télé
On s’en branle, on s’en branle
Z’ont même pas invité notre copain René
On s’en branle
À Londres, il y aura la crème du gratin
Pour voir deux tourtereaux se rouler un patin
On s’en branle, on s’en branle
D’habitude, c’est du cul qu’on voit sur TF1
On s’en branle
Il paraît qu’en England où l’on parie sur tout
Les détails sur la robe en rendent à moitié fous
On s’en branle, on s’en branle
On ne discute pas des couleurs et dégoûts
On s’en branle
Le chapeau de la Queen sera-t-il jaune ou vert ?
Certains n’en dorment plus, nous on préfèr’ se taire
On s’en branle, on s’en branle
On en verra d’ toutes les couleurs à Westminster
On s’en branle
Zitrone n’est plus là, et Bern en est ravi
Après le gros Léon, voilà l’petit marquis
On s’en branle, on s’en branle
Les poils de son zizi auront leur mise en plis
On s’en branle
Les pauvr’s regarderont s’marier William et Kate
Vite ils en oublieront le vide de leur assiette
Ils s’en branlent, ils s’en branlent
Ils f’ront pas attention au prix de l’Étiquette
Ils s’en branlent
Pour cet événement, il sera dépensé
D’un État africain quasiment le budget
On s’en branle, on s’en branle
Avec le fric des autres, on aime sans compter
On s’en branle
Le Dom Pérignon 1961
Cinq cent soixante deux euros, ce n’est pas rien
Ils s’en branlent, ils s’en branlent
Après tout, ils ne sont que 1900 copains
Ils s’en branlent
Du coup et comme la plupart des bons Français
Au grand bal des connards nous n’irons pas danser
On s’en branle, on s’en branle
Nous on est invités au bal de l’Élysée
En septembre

Chanson : « Mariage princier ? on s’en branle ! » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « On s’en branle » (1974)
Paroles et musique : Patrick Font et Philippe Val

GRÂCE À SARKO

Décidément, en Sarkozie, l’Éducation est bien une priorité. Son ministre, Luc Chatel, va ainsi supprimer d’ici la rentrée de septembre 16 000 postes de ces
inutiles : les enseignants…
Et si l’école publique de vos enfants rend son âme à Dieu, vous aurez toujours la possibilité de les mettre dans le privé de votre choix…

Si l’on croit le président Sarko
On est tous des ratés, des cocos
Un poste sur deux qui disparait
On s’demande jusqu’à quand ça va durer
Si le public tiendra le tempo
Tant qu’iront au privé les cadeaux
D’la Franc’ dite laïque, mais catho
D’la Franc’ dite laïque, mais catho
Tous tes beaux diplômes de grande valeur
Plus besoin pour être professeur
Il te suffira d’une cornette
Si tu souhaites enseigner aux fillettes
Et d’avoir tenue de moinillon
Si tu veux enseigner les garçons
Nous v’la jolis nous v’la beaux
Tous éducationnés par les abbés des cathos
Nous v’la beaux nous v’la jolis
À apprendre à penser cul nu dans la sacristie
On est foutus c’en est trop
On est foutus c’en est trop
On est foutus c’en est trop
On est foutus c’en est trop
Mais qu’est-ce qu’on f’ra chez les corbeaux
On est foutus c’en est trop
Grâce à Sarko
On est foutus c’en est trop …
(Parlé ) On est foutus c’en est trop
Depuis Latran, les instituteurs
En ont gros sur le cœur, leur beau coeur
La phrase fatale qui un soir
Préféra l’curé au hussard noir
Pour quelques voix de catéchumènes
Tu baissas ton froc pour dire « Amen »
Nous v’la jolis nous v’la beaux
Tous éducationnés par les abbés des cathos
Nous v’la beaux nous v’la jolis
À apprendre à penser cul nu dans la sacristie
On est foutus c’en est trop
On est foutus c’en est trop
On est foutus c’en est trop
On est foutus c’en est trop
Mais qu’est-ce qu’on f’ra chez les corbeaux
On est foutus c’en est trop
Grâce à Sarko
On est foutus c’en est trop …
(Parlé) On est foutus c’en est trop
(Orchestre)
On est foutus c’en est trop
On est foutus c’en est trop
On est foutus c’en est trop
On est foutus c’en est trop
Mais qu’est-ce qu’on f’ra chez les corbeaux
On est foutus c’en est trop
Grâce à Sarko…
On est foutus c’est est trop
On est foutus c’en est trop…

Chanson : « Grâce à Sarko » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Papa Mambo » (1979)
Paroles et musique : Alain Souchon & Laurent Voulzy

EN SARKOZIE, « TOUT VA MIEUX QU’AVANT »…

Notre vie a bien changé depuis que Sarkozy est aux affaires, et je ne parle pas de son élection en 2007. Selon saint Nicolas et ses thuriféraires, en mieux, bien sûr… et d’ouvrir symboliquement la hotte de nos revenus pour y pêcher à grand renfort de trompettes des mini-gadgets en plastoc, style une prime de mille euros contestée par tous…

Ayant spectaculairement échoué dans sa tentative d’OPA sur les voix du Front national, il tente maintenant une opération semblable visant les cons de gauche,
cette fois, « tellement que c’est lui qu’il est le plus social » ânonnent en  chœur ses sarklones aux longues oreilles : et de braire et de braire encore…

LA ROSE, LA BOUTEILLE ETC.

Cette rose avait glissé de
La gerbe d’un Mitterrandeux
Pauvre qui y croyait encore
Parmi ces gens qui pensent que
La gauche n’a plus besoin d’eux
Ou le contraire, et bien à tort
Et je repris ma route et m’en allai leur dire
Qu’avec un peu d’espoir, on peut toujours sourire
Que c’est une des pires abjections qui soient
Que de jeter une rose sous Nicolas
La première à qui je l’offris
Me dit : « Je n’ suis pas dans tes prix »
La deuxième cherchait l’amour
Le grand sur Meetic pour toujours
Si la troisième m’a donné
Ses deux talons à contempler
La quatrième, c’est plus navrant,
La revendit pour de l’argent.
Car, aujourd’hui, sous Sarkozy,
Sans être louche, on ne peut pas
Faire de tels actes gratuits
On est tombé bien bas, bien bas…
Et cette jolie petit’ fleur
Dernier hommage aux 35 heures
Fut revendue dix fois son prix
Quelle chierie !
Cette bouteille avait glissé
De la poche d’un sieur pressé
De lever son verre à nos morts
Parmi ces gens qui pensaient que
Bacchus n’avait plus besoin d’eux
Ou le contraire, et bien à tort
Et je repris ma route et m’en allai, de bon
Pour boire ma trouvaille, chercher un compagnon
Car c’est une des pires abjections qui soient
Que de n’ pas boire le vin de chez Nicolas
Le premier Silène venu
Me dit avoir déjà trop bu
Le deuxième voyant la marqu’
Me dit de l’offrir à Chirac
Si le troisième intempérant
M’envoya chier poliment
Le quatrième, c’est plus navrant,
La revendit pour de l’argent.
Car, aujourd’hui, sous Sarkozy,
Sans être louche, on ne peut pas
Faire de tels actes gratuits
On est tombé bien bas, bien bas…
De ce joli petit Morgon
Je n’eus même pas un gorgeon
La vie est bien dure, mes frères
Quelle misère!
Main calleuse d’un noir d’ébène
Toi qui émerges de la benne
Au bout d’un Africain qui dort
Honte à ces gens qui pensent que
Les pauvres n’ont plus besoin d’eux
Ou le contraire, et bien à tort
Et je repris ma route essayant de trouver
Pour cet homme, un repas, une place en foyer
Car c’est une des pires abjections qui soient
Que dormir, étranger, dehors sous Nicolas
Le premier à qui j’en parlai
Sortit sa cart’ de l’UMP
Le deuxième fut pris de court
Et me refila ses Strasbourg
Si le troisième m’a donné
Le conseil de laisser tomber
Le quatrième, c’est plus navrant,
Le dénonça pour de l’argent.
Car, aujourd’hui, sous Sarkozy,
Sans être louche, on ne peut pas
Faire de tels actes gratuits
On est tombé bien bas, bien bas…
Et ce pauvre noir clandestin
N’a eu comme destin certain
Qu’un aller-simple pour Roissy
Guéant merci !

Chanson : « La rose, la bouteille etc.  » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Guitares et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « La rose, la bouteille et la poignée de main » (1969)
Paroles et musique : Georges Brassens

BIEN ! J’LA SENS BIEN !

 

SARKOZY LA SENT BIEN….

Michel Audiard en rit encore…
Les deux dernières saillies présidentielles (« Je la sens bien » et « Certains sont experts, d’autres acteurs ») font le bonheur des récréations et des journalistes étrangers, ravis d’une telle provende. Décidément, à l’UMP, on ne pense qu’à ça : empreintes génitales, fellation, gode, pas besoin de gaz de shit ni de petit doigt qui chatouille pour prendre son pied et rigoler un bon coup.

Par Odin, par Mesan et par Thouze
Espérons que le président
Au second tour de 2012
La sente profond tout autant
Bien ! J’la sens bien
Bien ! C’est gagné, j’la sens bien
2012, l’élection
Dans leur cul, ceux qui me croient perdu
Bien ! J’la sens bien
Bien ! C’est gagné, j’la sens bien
C’est viré, décrété, obligé
Merci, docteur Coué
Croire en mon avenir
Alors que je suis Dieu
Tout cela va sans dir’
Moi, je vis dans les cieux
Président pour toujours
Face à des rigolos
Qui pourrait battre un jour
Le grand, le seul Sarko
Bien ! J’la sens bien
Bien ! C’est gagné, j’la sens bien
2012, l’élection
Dans leur cul, ceux qui me croient perdu
Bien ! J’la sens bien
Bien ! C’est gagné, j’la sens bien
Qui sera derrière moi
Siffredi, j’espère que c’n’est pas toi

Chanson : « Bien ! C’est gagné, j’la sens bien » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Non, je ne regrette rien » (1960)
Paroles : Michel Vaucaire
Musique : Charles Dumont

RENDEZ-NOUS DÈS DEMAIN

SALE EAU, J’AURAIS TA PEAU !

Le puissant lobby « pro-gaz de schiste » n’a pas dit son dernier mot (des fuites… déjà!).
http://www.rue89.com/planete89/2011/04/21/le-rapport-remis-a-nkm-un-plaidoyer-pour-le-gaz-de-schiste-200874
Par ailleurs, il n’y a pas de fatalité dans la privatisation de la gestion de l’eau, l’exemple de Pierre Moscovici se devant de donner des idées à d’autres…
http://www.marianne.net/Moscovici-jette-un-pave-dans-la-mare-de-Veolia_a205268.html
Allô ! À l’eau ?

Rendez-nous rendez-nous dès demain
Notre flotte objet de convoitises
Sur laquelle certains ont mis la main
Comme sur n’importe quelle marchandise
Cette eau si nécessaire au vivant
Mais qui peut nous tuer tout autant
L’eau d’la claire fontaine
Elle est bien polluée
Car sa source est pleine
De pesticides et de déchets
Si elle sent la merde
Ou bien le purin
C’est de la faute à l’usine
Ou de l’él’vage pas loin
Si maint’nant t’as soif
T’as vraiment pas d’bol
T’as juste le choix
Entr’ la pépie et la vérole
C’est pour ça qu’l’eau fraîche
Même du robinet
Faut pas la confier
À des mecs qui pensent qu’au blé
Rendez-nous rendez-nous dès demain
Notre flotte objet de convoitises
Sur laquelle certains ont mis la main
Comme sur n’importe quelle marchandise
Cette eau pur’ qui appartient à tous
Sur laquelle ils se font tant de flouss
Bien souvent je rêve
D’aller dans un pays
Nouveau qui préserve-
rait ce qui est notre vie
Mais il y a gourance
Car l’homme est partout
C’est pareil qu’en France
Et l’eau y a le même goût
Les produits chimiques
Pesticides au kilo
Décharges publiques
Personn’ ne se soucie de l’eau
J’imagine les chiares
Qui dans cinquante ans
Devront se laver les fesses
Avec de l’eau d’Évian
Rendez-nous rendez-nous dès demain
Notre flotte objet de convoitises
Sur laquelle certains ont mis la main
Comme sur n’importe quelle marchandise
Cette eau si nécessaire au vivant
Mais qui peut nous tuer tout autant
Disons à ces cons
Qu’on veut récupérer
Ce qui est à nous
Que par l’État ça soit géré
Avec droit d’visite
Des m’sures continues
Qu’aussitôt on donn’ l’alerte
Au moindr’ bocon venu
Qu’on mette en veilleuse
La soif des profiteurs
Qu’avec du savon
Et cette eau, on s’lave le baigneur
Qu’on puisse la boire
Enfin pas celle-là
Sans la faire bouillir
Ni la filtrer encore une fois
Rendez-nous rendez-nous dès demain
Notre flotte objet de convoitises
Sur laquelle certains ont mis la main
Comme sur n’importe quelle marchandise
Sur cette eau, jamais plus d’bénéfice
Et qu’elle trouble toujours nos pastis

Chanson : « Rendez-nous dès demain » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie
Chanson originale : « Donnez-nous des jardins » (1974)
Paroles et musique : Pierre Perret

LE DIVISEUR DE LA RÉPUBLIQUE

DIVIDE ET IMPERA

Certes, dès 2007, on savait déjà que Nicolas Sarkozy, malgré ses affirmations de campagne, ne serait jamais « le président de tous les Français » …
Qui aurait pu cependant imaginer, au sein même de ses partisans les plus aveugles, qu’à force de vouloir « diviser pour régner », il arriverait si vite à faire imploser « le plus grand parti de France » et mettre à mal l’unité de façade du conglomérat d’intérêts qu’est l’UMP ?
On est toujours puni par où l’on a péché…

Parmi mes nombreux travers
Dieu sait s’ils sont divers
Ce de façon notoir’
J’en ai un très important, un truc de président
Je divise les Français
Ce n’est pas compliqué
Il vous suffit de voir
Je choisis le bon moment autour d’un incident
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Si certains trouvent ça pathétique
J’en ai rien à braire
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Même si ça rend antipathique
C’est mon seul but en politique
Le sort de tout un chacun
M’indiffère à un point
Quasiment indécent
Quand je pense qu’il y en a qui m’ont élu pour ça
Je spécule sur leurs peurs
Sacrifie leur bonheur
Au profit de l’argent
Pour le bien des quelques-uns qui m’ont fait candidat
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Si certains trouvent ça pathétique
J’en ai rien à braire
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Même si ça rend antipathique
C’est mon seul but en politique
Président d’tous les Français
Faudrait pas rigoler
J’ m’appelle pas Mitterrand
Moi je suis le président de ceux qui pèsent lourd
Tant pis pour ceux qui ont cru
Que l’homme de la rue
Entrerait dans mes plans
T’as qu’à avoir des millions, espèce de balourd
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Si certains trouvent ça pathétique
J’en ai rien à braire
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Même si ça rend antipathique
C’est mon seul but en politique
Paraît que le prix du pain
Augmenterait sans fin
Et que certaines gens
N’arriveraient pas souvent à joindre les deux bouts
2012, je la sens bien
Il y a tant de crétins
Et de candidats tant
Que, tout comme le Veau d’or, je suis toujours debout
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Si certains trouvent ça pathétique
J’en ai rien à braire
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Même si ça rend antipathique
C’est mon seul but en politique

Chanson : « Le diviseur de la République » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Les amoureux des bancs publics » (1952)
Paroles et musique : Georges Brassens
musique extraite du CD « Chantons Brassens

 

C’EST FILLON

Nicolas Sarkozy maître du jeu ? Pas sûr !

Beaucoup pensent Nicolas Sarkozy  encore unique décideur du calendrier politique de la droite, à un an de la prochaine élection présidentielle… Mais si François Fillon décidait de démissionner, disons en plein mois d’août, pour se positionner en candidat de centre-droit crédible, prenant des voix à droite de la gauche et chez les plus républicains et modérés de l’UMP ? Le président sortant ne serait alors sûr de rien, même pas de figurer dans le tiercé du premier tour…

C’EST FILLON

Très combattu
La pine triste et sans « je t’aime »
Tu ne dors plus
Tou n’es « qu’oun’ hombre » de toi-même
Tu n’es plus cru
Tu maraudes chez les Le Pen
Ton avenir
En est réduit à convenir
Qu’le patron de l’élection – C’est Fillon, c’est Fillon
Qui déclenche quand il veut – C’est Fillon, c’est Fillon
Qui a l’doigt sur le bouton- C’est Fillon, c’est Fillon
Pour t’enfoncer quand il veut
Et gratta, gratta su ton mandolino
Mon tout petit Sarko
Ta manoeuvre est si comique
Que tu fais rire Berlusconique
Et canta, canta aux pieds de Marine
Mon tout petit Sarko
Tu peux chanter tant que tu veux
Qui pourrait te prendre au sérieux
Le seul qui a le ballon – C’est Fillon, c’est Fillon
Qui suis-tu comme un crétin – C’est Fillon, c’est Fillon
Qui te prend bien pour un con – C’est Fillon, c’est Fillon
Tu te crois numéro un
Tu peux tenter
De te dresser sur talonnettes
Comment veux-tu,
Sur ton vécu, paraître honnête
Tu peux tenter
De nous resservir tes recettes
Mais ça n’ marche pas
On te connaît, tu repass’ras
L’adversaire de Sarkozy – C’est Fillon, c’est Fillon
Qui peut être président – C’est Fillon, c’est Fillon
Qui c’est qui te l’a bien mis – C’est Fillon, c’est Fillon
Pour devenir enfin grand
Et gratta, gratta su ton mandolino
Mon tout petit Sarko
Ta manoeuvre est si comique
Que tu fais rire Berlusconique
Et canta, canta aux pieds de Marine
Mon tout petit Sarko
Tu peux chanter tant que tu veux
Qui pourrait te prendre au sérieux
Tu veux rester président ( Les millions, les millions )
Cela n’est pas fait pour toi ( oh que non, oh que non )
Te le dire maintenant ( Sans pardon, sans pardon)
C’est vraiment t’aider, Colas ( Et nous donc, et nous donc )
Et là, blotti tout contre le corps de Carla
Profites-en, tu n’es pas sûr qu’ça durera

Chanson : « C’est Fillon » SACEM ©2011
Paroles :Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Bambino » (1956)
Paroles : J. Larue-Nisa-G. Fanciulli
Musique : Roger Tabra

 

ON PRÉFÈRE OCCUPER NOTRE USINE

ULM : LA SOLIDARITÉ D’ÉCOLE

À l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, pas besoin d’ULM pour que la solidarité décolle, atteignant des altitudes d’idées et de coeur peu courantes en Sarkozie.
http://www.rue89.com/2011/04/14/greve-a-lens-on-patit-de-la-guerre-entre-tron-et-pecresse-199717
Espérons que ce courant ascendant soit précurseur d’une aspiration à un peu plus d’air frais, ce dont les Français manquent, en apnée depuis quelques années…
Bravo et courage ! Tenez bon, nous sommes nombreux avec vous !

On préfère occuper notre usine
Et poter avec ceux des cuisines
Car juste est leur combat, ils iront jusqu’au bout
Même Ernest ne craint pas Pécresse et ses miaou
On préfère occuper notre usine
Les conscrits se chargent de la bibine
Le cacique s’occupe des pommes et des poires
L’scoubidou, c’est Monique ce soir
On préfère occuper notre usine
Et poter avec ceux des cuisines
A l’Aquarium y a des talas qui prient Christine Boutin
Dans la Couro, y a Ernesto qui r’mue dans son bassin
Ce n’est pas marrant d’faire la grève !
On veut seul’ment des CDI, et ça devient urgent
L’Etat est un patron maudit qui exploite ces gens
Et quand y en a un qui rouspète, on lui montr’ la porte, c’est sa fête
On préfère occuper notre usine
Et poter avec ceux des cuisines
Car juste est leur combat, ils iront jusqu’au bout
Même Ernest ne craint pas Pécresse et ses miaou
On préfère occuper notre usine
Et poter avec ceux des cuisines
Ça fait des mois qu’ça dure mais le pouvoir n’est pas pressé
Tron propose quelque chose, Pécresse n’est pas intéressée
Elle n’est pas finie, cette grève !
Jean-Pierre s’occupe du COF, on s’organise comme on peut
On vend nos petits sandwichs en espérant un ciel plus bleu
Ketchup ou mayo, Mademoiselle ? Quelques cornichons en rondelles ?
On préfère occuper notre usine
Et poter avec ceux des cuisines
Car juste est leur combat, ils iront jusqu’au bout
Même Ernest ne craint pas Pécresse et ses miaou
On préfère occuper notre usine
Les conscrits se chargent de la bibine
Le cacique s’occupe des pommes et des poires
L’scoubidou, c’est Monique ce soir
On préfère occuper notre usine

Chanson : « On préfère occuper notre usine  » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Chant : Jean-Marie

Chanson originale : « Je préfère manger à la cantine » (1973)
Paroles et musique : Jim Larriaga

AH NICOLAS !

2007 : On allait voir ce qu’on allait voir !
2011 : On a vu…
2012 : Tu vas voir !

Ah, Nicolas, Nicolas
Bientôt tu partiras, Nicolas, Nicolas
Les votes c’est fait pour ça, Nicolas, Nicolas
On fera plus les cons, forte fut la leçon
De t’avoir élu là, Nicolas, Nicolas
Tu l’auras, ton palais oui mais en d’autres lieux
Mais plus à l’Elysée, ailleurs sous d’autres cieux
Avec ta Cour, tes cliques et la belle Carla
Et l’on s’endormira, Nicolas, Nicolas
Le devoir accompli, ne pensant plus à toi
Avec dans nos écoles, nos usines et nos Lois
Tous les rêves du monde
Ah, Nicolas, Nicolas
Tout recommencera, Nicolas, Nicolas
La vie, c’est fait pour ça, Nicolas, Nicolas
On reverra matin se lever le soleil
Que tu avais confisqué à tous tes pareils
On se réveillera, Nicolas, Nicolas
Avec l’envie de vivre que l’on n’avait pas
Depuis que tu nous avais mis dans de beaux draps
Retrouvant le sommeil, Nicolas, Nicolas
Recrevant les sommiers, Nicolas, Nicolas
En retrouvant l’amour, le travail et la foi
En l’avenir du monde
Ah, Nicolas, Nicolas
Tout recommencera, Nicolas, Nicolas
La France, c’est fait pour ça, Nicolas, Nicolas
Y aura plus de voyous, Nicolas, Nicolas
Ils seront tous au trou et on les jugera
Et ils récolteront tout ce qu’ils ont semé
Car on verra enfin des procès déclenchés
Pour tous ces vertueux, Nicolas, Nicolas
Contre lui, contre tous, et surtout contre toi
Car la démocratie, ça dort mais ne meurt pas
Même tous tes médias ne contrôleront pas
Ce jour-là tout le monde
Ah, Nicolas, Nicolas
Tout recommencera, Nicolas, Nicolas
Le temps, c’est fait pour ça, tu verras, entendras
Tes anciens bons amis devenir des donneurs
Balancer gentiment des faits et leurs rancoeurs
Et faire repentance de bien des erreurs
Disant qu’elles ne viennent pas d’eux mais de toi
Qu’ils ont dû obéir, eux, en simples relais
Que tu décidais tout, en despote avéré
Et tu verras tous ceux que tu marionnettais
Reprendre souffle et vie t’attribuant à toi
Tous les péchés du monde
Ah, Nicolas, Nicolas

Chanson : « Ah Nicolas » SACEM ©2009
Paroles: Camille
Chant : Jean-Marie

Chanson originale: « Ah tu verras » (1978)
Paroles: Claude Nougaro
Musique: Chico Buarque de Hollanda (O que sera)