INSÉCURITÉ : LE POUVOIR FERME LES YEUX ET SE REMPLIT LES POCHES ( « LES MATHEUX BOUCHÉS » )

Les missions des forces de l’ordre ont bien changé en quelques années. Pour des raisons électoralistes et financières, le traditionnel « Protéger et servir » est souvent dévoyé en « Protégeons les voyous (pour ne pas faire gonfler les statistiques et démontrer que l’insécurité recule, au moins sur le papier) et servons à remplir les caisses d’un État délabré, par l’amende et la contravention… ».
Sur ces deux sujets, consignes et notes de service s’amoncèlent : minorer le nombre officiel de délits et crimes, majorer celui des contraventions juteuses.
Allez, les gars, vivement 2012 !

C’est le tango des dingos d’ la calculette
C’est le tango qui fixe les quotas
C’est à Beauvau que Guéant le prophète
Prévoit seul le nombre de scélérats
Faut qu’ ça baigne
Faut qu’ les chiffres soient minorés
Faut qu’ les délits soient reniés
Faut qu’ les petits soient ignorés
Faut qu’ ça baigne
Que le nombre d’agressions
Que les vols de téléphons
Respectent la limitation
Faut qu’ ça baigne
Faut qu’ les veaux se fassent voler
Faut qu’ les fous se fassent fouler
Par des gus jamais gaulés
Faut qu’ ça baigne
Et si on te vole ton sac
Sauf si t’es madame Chirac
Avec son Douillet commak
Faut qu’ ça baigne
Totor
C’est le tango des joyeux fonctionnaires
De la police, de l’armée et d’ailleurs
C’est le tango de ceux qui font la guerre
Aux criminels, mais avec un compteur
Faut qu’ ça baigne
T’as chopé six malhonnêtes
T’appuies sur ta calculette
Mais t’avais droit qu’à cinq têtes
Faut qu’ ça baigne
Tu dois en libérer un
Y a parmi eux le cousin
D’un gros notable du coin
Faut qu’ ça baigne
T’as une paye minable
Et puis t’as peur pour ton râble
L’occasion est formidable
Faut qu’ ça baigne
Si tu veux d’la promotion
Faudrait une bonne notation
Et surtout pas faire le con
Tiens ! Voilà du bourrin ! Voilà du bourrin !
Voilà du bourrin !

Chanson : « Les matheux bouchés » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Les joyeux bouchers » (1955)
Paroles et musique : Boris Vian

Publicités

Une réflexion sur “INSÉCURITÉ : LE POUVOIR FERME LES YEUX ET SE REMPLIT LES POCHES ( « LES MATHEUX BOUCHÉS » )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s