MISÈRE, FAIM ET FROID RESTENT AU RANG DU CŒUR (  » LE TRAVAIL MANQUE  » )

« Rentrée en septembre, restos en novembre » et cela ne semble pas prêt d’en finir tant le gouvernement se réjouit que d’autres fassent le job à sa place, et sans dommages pour les finances publiques, ça fera toujours du Dom Pérignon en plus pour les réceptions.
D’autant que la crise aidant, le nombre de personnes en grande difficulté augmente vertigineusement ; heureusement, les Français ont compris qu’à la limite, leur solidarité gagnait à se passer d’intermédiaires, et que nos dirigeants, excepté lors des promesses électorales, se souciaient d’eux comme de leur première indélicatesse.
Aidons donc les Restaurants du cœur, comme chaque année, en espérant ne pas en avoir besoin l’année prochaine pour notre pomme. Allons, soyons généreux, Coluche nous voit de là-haut… enfoirés !

Tous les renseignements utiles sur https://dons.restosducoeur.org/

Quand malgré la crasse on tend nos pauvres mains rougeaudes
Serrant notre tasse, espérant une soupe chaude
Un bout d’calendos, un p’tit gorgeon, une gitane
Et puis ce café aussi corsé qu’une tisane
Lorsque la tambouille vient réjouir nos bouilles
On chante et on braie ce refrain pour remercier
Le travail manque et les sous se font rares
Chantent en chœur les quatre-vingts chômeurs
Sauf les plus jeunes qui chez eux ont encore la table
Et les plus vieux qui ont réservé aux restos du cœur
Heureusement même s’ils restent rares
Qu’il y a encore des gens qui ont du cœur
Sans quoi on resterait souvent affamés mes seigneurs
Avec nos soucis et nos peurs
Il y a peu encore, quand on travaillait à l’usine
On avait du beurre à la place de la margarine
Mais la viande rouge, c’est plus pour nous, fini l’ rosbif
Depuis que l’patron a dégraissé les effectifs
Quand la soupe est bonne, quand on nous en donne
On chante et on braie ce refrain pour remercier
Le travail manque et les sous se font rares
Chantent en chœur les quatre-vingts chômeurs
Sauf les plus jeunes qui chez eux ont encore la table
Et les plus vieux qui ont réservé aux restos du cœur
Heureusement même s’ils restent rares
Qu’il y a encore des gens qui ont du cœur
Sans quoi on resterait souvent affamés mes seigneurs
Avec nos soucis et nos peurs

Chanson : « Le travail manque » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » Le gibier manque  » (1972)
Paroles : Serge Lama
Musique : Alice Dona

Création et réalisation :
Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers
Crédits images :http://www.archive-
host.com/files/1335736/4e672b95c889adfa81edbc6a
9b6007dd5ef680ac/montage_restos.odt

Publicités

Une réflexion sur “MISÈRE, FAIM ET FROID RESTENT AU RANG DU CŒUR (  » LE TRAVAIL MANQUE  » )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s