DES TAXES, DES TAXES ? OUI MAIS DES SARKOZY !

Il n’est rien de plus injuste que la TVA, impôt de consommation, donc obligatoire et sans lien avec le niveau de ressources.C’est pourtant la « solution » qu’envisagerait le gouvernement, au mépris des difficultés des plus pauvres et des promesses du candidat Sarkozy, « président du pouvoir d’achat ».La rentrée risque d’être chaude et les rues encombrées…

C’est moi, je veux du bien
À l’argent de chacun
À l’argent de chacune
Voyez, je suis pas chien
J’ai tenu mes promesses
À ceux qui ont d’la thune
Pour les autres, tant pis, je sais
Je soigne les richards, c’est vrai
En balançant des clopinettes
À ceux que la misère guette
Je chasse les gens du voyage
Et ce, quel que soit leur âge
TVA, TVA, qui monte
Pour vous, riz blanc et soupe au chou
TVA, TVA, qui monte
Sur le caviar, c’est pas beaucoup
Français, je vous le dis
En toute vérité
Je n’suis pas socialiste
J’aime la grande vie
Celle que vous m’offrez
J’en deviens hédoniste
J’aime le grand luxe, oui mais
Cela coûte trop cher, je sais
Mais j’en veux encore et encore
Il reste debout, le veau d’or
De tous mes amis du Fouquet’s
Qu’en quatre ans j’ai tant choyés
TVA, TVA, qui monte
Pour vous, riz blanc et soupe au chou
TVA, TVA, qui monte
Sur les cigares, c’est pas beaucoup
C’est moi, je ne veux rien
Que vous faire du bien
Vous n’avez pas de chance
Que tant d’années après
Tant de chagrins après
Ça aille mal en France
Il faut (bien ou …) quelqu’un pour payer
J’ai de très gros besoins, je sais
Mais il ne fallait pas m’élire
Cela ne pouvait être pire
Vous voterez pour moi, demain
Encore une fois, les crétins
TVA, TVA, qui monte
Pour vous, riz blanc et soupe au chou
TVA, TVA, qui monte
Encore six ans, c’est pas beaucoup
TVA, TVA, qui monte…

Chanson : « Sarkozien » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « L’Italien » (1971)
Paroles : Jean-Loup Dabadie
Musique : Jacques Datin

GODILLOTS, GO HOME ! (FAUT-IL SAUVER LES DÉPITÉS DE L’UMP ?)

En 2007, Nicolas Sarkozy fit élire à sa suite aux législatives quasiment n’importe quel candidat portant sa bannière. Il fit ensuite du vote des Français l’usage d’un chèque en blanc, alors que ceux-ci l’avaient élu dans le cadre d’une constitution où le président fixe les grandes orientations, laissant le gouvernement gouverner (cf les articles 5, 8, 20, 21 entre autres), abusant ainsi apparemment des termes constitutionnels de son mandat.
Ces godillots semblent aujourd’hui bien mal chaussés : l’UMP n’a ni candidat officiel, ni programme, et pourtant les investitures aux prochaines législatives post-présidentielles sont déjà distribuées, mettant en évidence que les candidats présentés par l’UMP sont dans l’incapacité de dire dans quels buts et moyens, pions visibles et risibles d’un parti figé sur la couture du pantalon.
Pauvre France !

Je me sens le cul entre deux chaises
Tant, je l’avoue, je suis mal à l’aise
Ma réélection s’annonce mauvaise
Quand je vois que Juppé ramène sa fraise et c’est le bouquet
Je n’ai été élu que par chance
Quand Sarkozy a conquis la France
Contre Ségo par désespérance
Personne n’a voulu de la crevette et c’est le bouquet
Vous aviez tous Sarko à la bonne
Croix de Lorraine et le bonjour à tante Yvonne
Sous le dossard de l’UMP, furent élus des ânes
Il suffisait de sarkozer comme Sarkoman
Mais les temps ont bien changé car
Aujourd’hui c’est la déconfiture
Les perspectives s’annoncent très dures
L’incompétence visible dure
Pour êtr’ réélu, va falloir faire attention, c’est pour ça que
Je conchie les propos de Martine
Je ris toujours aux conneries de la Nadine
Je flirte un peu avec les copains de Marine
Comme tous les gens, je me fous bien de Roselyne, elle, c’est vraiment le bouquet
Faut que j’aie Sarkozy à la bonne
Si l’investitur’, je souhaite qu’on me redonne
En fait, le présidendidat change la donne
Un chèque en blanc est demandé à l’UMP
Plus comme à vous, Français car
Sûre apparaît la déconfiture
Je me demande quelle posture
Pourrait justifier mon imposture
À part re-soutenir Sarkozy comm’ il me l’impose ici et
Un proche a dit : « Ton investiture
La reveux-tu ou n’en as-tu cure ?
C’est à toi de prendre la mesure
De tout ce que tu es prêt à accepter de Nicolas, là
Pour travailler pour les milliardaires
Bouygues, Bettancourt ou Lagardère
Pour d’ailleurs de riches rastaquouères
Pour vendre des armes ou fair’ du fric
Tant qu’le compter on n’peut plus
Quand la France est en déconfiture
Place ton argent dans la peinture
Tant pis si les pauv’ cons font ceinture
C’est ainsi que vivent les gens comme nous, dommage si tu claques du bec
Ne t’occupe pas des socialistes
Ni de ceux du Modem ni mêm’ des lepénistes
Encore moins des verts et des écologistes
Du front de gauche et des pauvres mélenchonistes
Sauve l’UMP qu’est crevé ! »
L’UMP en plein’ déconfiture
Qui s’étrip’ pour ses investitures…

Chanson :  » La déconfiture » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le représentant en confitures » (1971)
Paroles et musique: Pierre Perret

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers
Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1430830/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_DECONFITURE.doc

VA-TOUT DE SARKOZY, DIMANCHE ? ÇA PASSE OU ON SORT LE PLAN B ? FOUTAISE !

Après l’échec contre Hollande de Juppé Al-ain, voici dimanche Sarko All-in !
Il va tester, en dernier recours, un envoi de promesses d’actions à court et moyen terme, espérant effacer d’un dernier bluff (n’est pas Elky qui veut ) un quinquennat lamentable et se posant en candidat de l’espoir, seul à pouvoir tenir le cap.
Comme le chantait Jacques Dutronc, cigare au bec :
« Si vous êtes comme ça, téléphonez-moi
Si vous êtes comme ci, téléphonez-me !  »
Vous y avez cru ?
C’était pourtant la version pour les caves, journalistes compris…
Le vrai plan, c’est de ligoter les candidats UMP aux législatives pour empêcher les défections, départs, trahisons possibles, chèque en blanc pour un non-encore candidat sans programme autre que refuser son bilan et tirer à vue sur tout ce qui bouge.
Le pire, c’est qu’il peut y avoir assez d’abrutis pour que cela fonctionne…
Pauvre France !

Quand au fond du trou l’on est, faut se lancer
On joue l’va-tout ,
Et pis c’est tout.
Si l’on souhaite à l’Élysée, encore rester
On joue l’va-tout ,
Et pis c’est tout.
Car ce qu’on doit avoir, et surtout,
C’est d’la tactiqu’,
De la tactiqu’, en politique.
Comm’ la menthe a son tic tac,
L’politique a sa tactiqu’.
Attendez un peu que j’vous expliqu’ :
La taca taca tac tac tiqu’
D’la dernière chance,
C’est d’pouvoir avant tout
Sortir la tête du trou.
La taca taca tac tac tiqu’
D’la dernière chance,
Même sur la pointe des pieds
Ou sur un tabouret
La récession !
Allez, allez,
Les notations !
Allez, allez,
Les illusions !
Allez, allez,
C’est son métier.
La taca taca tac tac tiqu’,
D’la dernière chance
C’est d’envoyer l’paquet
Pour convaincre les niais
Quand dans les sondages on est déjà largué,
On joue l’va-tout ,
Et pis c’est tout.
Quand s’fait ridiculiser même Juppé
On joue l’va-tout ,
Et pis c’est tout.
Les gens disent : « Les UMPistes quand on a
Besoin d’eux, ils ne sont jamais là. »
Sarkozy passe à l’attaque,
Tant le moment est critique
Attendez un peu que j’vous expliqu’ :
La taca taca tac tac tiqu’
D’la dernière chance,
C’est d’tenter d’ nous faire croire
Qu’avec lui, c’est l’espoir
La taca taca tac tac tiqu’
D’la dernière chance,
C’est d’nous faire oublier
Comme il nous a trompés
La récession !
Allez, allez,
Les notations !
Allez, allez,
Les illusions !
Allez, allez,
Putain d’métier.
La taca taca tac tac tiqu’,
D’la dernière chance
C’est d’nous mentir encore
Pour ça, il est l’plus fort
La récession !
Allez, allez,
Les notations !
Allez, allez,
Les illusions !
Allez, allez,
Putain d’métier.
La taca taca tac tac tiqu’,
D’la dernière chance
C’est d’nous mentir encore
Pour ça, c’est lui l’plus fort.

Chanson : « La tactique de la dernière chance » SACEM © 2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « La taca taca tac tactique du gendarme » (1949) extraite du film « Le Roi Pandore »
Paroles : Bourvil et Lionel Le Plat
Musique : Etienne Lorin

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1429929/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_LA_TACTIQUE.doc

PROGRAMME ET PROMESSES 2012 : ON ATTEND SARKOZY ! ( « L’ÉLECTION EN FRANCE » )

En 2007, Nicolas Sarkozy avait tout promis, juré, s’était engagé sur le chômage, les sans-abri, le pouvoir d’achat et bien d’autres choses encore… attendons donc sa candidature et le catalogue des nouvelles promesses qu’il ne tiendra pas s’il est réélu, tout en subissant les trains successifs de mesures et lois qu’il fait voter en catastrophe au profit des mêmes…

Il y a tout au long de l’élection en France
Des promesses par là, des promesses par ci
En 2007, on sait, on a vu Sarkozy
Qui ne les a tenues bien que pour la finance
Quel que soit le parti, voici en ribambelle
Des promesses je pense que vous n’entendrez pas
Et c’est vraiment dommage, les amis, croyez-moi
La France émerveillée qui découvre rebelle
Un autre à l’Élysée
Voici donc un toit pour tous les SDF
Les profits taxés de ceux qu’ont trop d’bénef
Voulez-vous, pas vrai, un peu plus de justice
Ou bien moins d’impôts ?
Voici l’exemption de toutes les parlotes
Des propositions de loi un peu idiotes
Voulez-vous, pas vrai, un peu plus de lumière
Ou bien la vérité ?
Et par dessus tout ça on vous donne en bonus
Le départ des minus, lui qui n’en finit pas
Mais il y a, tout au long des élections de France
Tant de Dupont-Aignan ou tant d’Eva Joly
Qu’au milieu des petits, Hollande et Sarkozy
Malgré bien des sondeurs tueront la concurrence
Quel que soit le parti, voici en ribambelle
Des promesses je pense que vous ne verrez pas
Et c’est vraiment dommage, les amis, croyez-moi
Espérons au réveil de la France éternelle
La gauche à l’Élysée
Voici donc un toit pour tous les SDF
Les profits taxés de ceux qu’ont trop d’bénef
Voulez-vous, pas vrai, un peu plus de justice
Ou bien moins d’impôts ?
Voici l’exemption de toutes les parlotes
Des propositions de loi un peu idiotes
Voulez-vous, pas vrai, un peu plus de lumière
Ou bien la vérité ?
Et par dessus tout ça on vous donne en bonus
Le départ des minus, qui lui n’en finit pas

Chanson : L’élection en France » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » Les marchés de Provence » (1957)
Paroles : Louis Amade
Musique : Gilbert Bécaud

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers
Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1428201/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_ELECTION_EN__FRANCE.doc

HALTE AUX SUR-ENTENDUS ! ( « DANS LA CITOYENNETÉ » )

Le débat présidentiel citoyen mérite mieux que la parodie actuelle… et la parodie, chez nous, … on s’y connaît !

Une fois de plus, l’élection
Va tourner au piège (…)
Les candidatures se multiplient
Et notre démocratie
N’offre toujours pas de débats
On l’aura dans le (…)
Tous les chemins mèn’nt au rhum, je sais
Mais j’en ai marre comme tous les Français
Oui mais, oui mais
Faudra quand même voter
On est, on est
Dans la citoyenneté
Ça fait trop longtemps que ça dure
Faudrait vider les (…)
Ce n’est pas pour la France qu’ils prient
C’est pour nos économies
Les sirènes tendent leurs nasses
On voit de loin ces (…)
Qui par des arguments malhonnêtes
Des pauvres gens seulement les voix quêtent
Oui mais, oui mais
Faudrait les éviter
On est, on est
Dans la citoyenneté
Le bouc émissaire, c’est l’Europe
Que l’on traite de (…)
On sait bien qui l’avait trouvée bonne
Par le traité de Lisbonne
Si cette union est simulée
Qu’ils aillent se faire (…)
Car je n’envisage guère d’après
Pour notre France
Que publique la Ré
Mais il faut l’avouer
C’est bien compliqué
J’attends ce jour-là plus qu’jamais
Pour changer l’Elysée
Quell’bonne idée de voter, voter
Entre citoyennes
Entre citoyens
Dans la citoyenneté
Et c’est tant pis pour ceux qui perdent
Après tout ils nous (…)

Chanson :  » Dans la citoyenneté » SACEM ©2012
Paroles : Camille Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » Les gens bien élevés »(1969)
Auteurs compositeurs : Hubert Giraud – Frank Gérald

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-
host.com/files/1418400/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_CITOYENNETE.doc

QUI SIGNE LES CONSIGNES ? (  » LES CONSIGNES  » )

Et revoilou les chiffres relatifs à la délinquance et à la criminalité, comme prévus en baisse : le contraire serait étonnant puisqu’ils semblent prévus dès le départ, aux forces de l’ordre de s’y tenir ensuite : l’objectif forcément est atteint, comme la tarte du même nom.
http://www.liberation.fr/societe/01012383908-comment-le-pouvoir-a-fabrique-la-baisse-de-la-delinquance

Et si en bas de chez vous, vous pensez voir tout le contraire, vous avez tort ! Plaignons les pauvres policiers et gendarmes, obligés de servir un pouvoir et non la Nation, si loin de leur mission d’origine…

Paraît qu’la délinquance en ces temps baisserait
Loin d’être une évidence, constatent les Français
Car aux forces de l’ordre, on aurait demandé
De passer sous silence bon nombre de méfaits
Des consignes les consignes
Vos pneus sont tous crevés, voyez-vous un matin
Même si ce n’est là qu’un acte de crétin
Vous mandez les képis, qui vous dissuaderont
De vouloir porter plainte tant est vaine l’action
Des consignes les consignes
Votre carte bancaire a été usurpée
Vous demandez secours au premier policier
Qui vous explique alors que le remboursement
Ne nécessite pas de plainte, évidemment
Des consignes les consignes
Vous êtes le témoin d’un vol de mobylette
De l’auteur fils de con vous connaissez la tête
Il n’est pas de couleur, il n’est pas maghrébin
On vous dit « Faites gaffe, son père est un mec bien ! »
Des consignes les consignes
Et s’il n’est pas « Français », là c’est bien pire encore
On vous dit : »Vous savez, nous, on compte les morts
Y en a une l’autre fois qu’est allée porter plainte
On l’enterre demain, cette dame, une sainte !  »
Des consignes les consignes
Alors ces statistiques qu’on nous sert à foison
Dont on sait qu’elles sont dénuées de raison
Oublions-les chez nous et regardons un peu
En ouvrant grand les yeux Guéant et Hortefeux
Des consignes les consignes

Chanson :  » Les consignes » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Guitares et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » La traîtresse  » (1960)
Paroles et musique : Georges Brassens

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers
Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1416761/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_LES_CONSIGNES.doc

LA CRISE ? LE BILAN ? RESSUSCITONS TONTON ! ( « TONTON MITTERRAND S’RAIT REVIENDU » )

Le déficit budgétaire abyssal, le bilan lamentable, les propos indignes tenus par certains avec l’approbation de tous, l’addition ne peut être facilement réglée par Nicolas Sarkozy et son gouvernement.
« – Par chance, il n’est pas le président sortant, qui est François Mitterrand !
– Je le croyais mort début 1996…
– Ah bon ? On m’aurait menti ? À l’insu de mon plein gré ? »

Tonton Mitterrand s’rait reviendu,
On essaie de l’faire croire à la foule des moldus
La ficelle est bien grosse, mais pas pour les Glandu
Tonton Mitterrand s’rait reviendu
A nous ses petits neveux on nous disait il est clamcé
Le rusé Florentin avec son écharpe mitée
Mes enfants que Jospin nous écrabouille
Plutôt que de revoir un jour sa bouille
Ils étaient soulagés qu’il ait enfin pris sa retraite
Et quand ça s’est produit, les éléphants ont fait la fête
Les pauvres, ils n’avaient pas encore compris y euh
Qu’il fallait croire aux forces de l’esprit y euh
Tonton Mitterrand s’rait reviendu,
On essaie de l’faire croire à la foule des moldus
La ficelle est bien grosse, mais pas pour les Glandu
Tonton Mitterrand s’rait reviendu
La bande à Nicolas a eu l’idée d’un coup d’arnaqu’
Depuis que le Hollande a fait son hommage à Jarnac
Sont allés chercher Tonton chez les anges
Pour lutter avec Sarko, quel challenge
Le chef, il avait dit : »Ensemble, tout devient possible »
Ressusciter les morts, certains l’auraient fait dans la Bible
Du coup, mêm’ si les vivants trouvent ça moche
C’est Tonton qui s’rait l’candidat de la gauche
Tonton Mitterrand s’rait reviendu,
On essaie de l’faire croire à la foule des moldus
La ficelle est bien grosse, mais pas pour les Glandu
Tonton Mitterrand s’rait reviendu
La dette a explosé, Français, c’est la faute à Tonton
À lui et à tous ceux qu’il a choisis pour Matignon
Si sur vous pèse le poids de la crise
Ne cherchez pas plus loin qui port’ la c’rise
Moi, Nicolas, j’suis candidat et c’est lui le sortant
Déguisé en Hollande qu’aurait fait un amaigrissement
Ça fait trente ans que la gauche gouverne
C’est pour cela que la France est en berne
Tonton Mitterrand s’rait reviendu,
On essaie de l’faire croire à la foule des moldus
La ficelle est bien grosse, mais pas pour les Glandu
Tonton Mitterrand s’rait reviendu
En Corse et à Paris, on fait souvent voter les morts
Mais en faire élire un, on ne l’avait pas fait encor’
Marrez-vous, imaginez donc la tête
De Sarkozy perdant contre un squelette
Faut-il que les Français soient cons pour ne pas voir le loup
Comm’ dirait la Martine, on vit dans un monde de flous
Ce présidandidat nous fout les glandes
L’candidat de la gauche, c’est bien Hollande
Tonton Mitterrand n’est pas rev’nu,
On essaie de l’faire croire à la foule des moldus
Les gens n’sont pas si bêtes, exceptés les Glandu
Tonton Mitterrand n’est pas rev’nu
Vive François Mitthollande

Chanson : « Tonton Mitterrand s’rait reviendu » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale: « Tonton Cristobal » (1967)
Paroles et musique: Pierre Perret

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1413932/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_TONTON_MITTERRAND.doc

L’UMP DÉMENT… UN PEU LONGUET ! ( « EMMERDER LES SOCIALISTES » )

Après « homosexualité et pédophilie », après le « corps traditionnel français », voici le « naufrage » du ministre de la défonce… En temps de neige, attention les congères !

UMP : les flingueurs sont en piste
Pour bien emmerder les socialistes
PS : on montre quand Sarko ment
Pour fair’ chier le gouvernement
Erreurs de Tonton, toutes on les liste
Pour bien emmerder les socialistes
Qui ont beau jeu de dire « Y a longtemps »
Pour fair’ chier le gouvernement
On parle de passés maoïstes
Pour bien emmerder les socialistes
On dit fac d’Assas ou Occident
Pour fair’ chier le gouvernement
Certains nous reparlent d’échangiste
Pour bien emmerder les socialistes
On ressort les promesses d’avant
Pour fair’ chier le gouvernement
On fait des sondages fantaisistes
Pour bien emmerder les socialistes
Qu’on commente n’importe comment
Pour fair’ chier le gouvernement
Sarkozy choisit ses journalistes
Pour bien emmerder les socialistes
Les étrangers trouvent ça dément
Pour fair’ chier le gouvernement
Il n’est pas pressé d’entrer en piste
Pour bien emmerder les socialistes
L’opposition le presse pourtant
Pour fair’ chier le gouvernement
Il n’est pas besoin de spécialistes
Pour bien emmerder les socialistes
Il y a des tonnes d’arguments
Pour fair’ chier le gouvernement
Il y a des tonnes d’arguments, maman
Pour fair’ chier le gouvernement

Chanson : « Emmerder les Socialistes » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Les grands principes » (1966)
Paroles et musique : Guy Béart

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1412348/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_EMMERDER_LES_SOCIALISTES.doc

MÉMOIRE DU PASSÉ DE LA FRANCE : DEVOIR OU LEÇONS… ? ( « J’AI MON HISTOIRE QUI FLANCHE » )

Si les Français dit-on sont fâchés avec l’Histoire, que dire alors des politiques ? Ne pouvant en parler, ils en racontent, des histoires, tout comme les journalistes « objectifs » du Figaro, dont Natacha Polony.
Ainsi, lorsqu’elle affirme le 14 janvier dans « On n’est pas couchés » que « pendant dix ans, elle a constaté que ses élèves, futurs bacheliers, ignoraient tout de Charles VII et de Jeanne d’Arc », elle oublie de dire qu’agrégée (de lettres modernes, et non d’histoire) en 1999, elle démissionna de l’Éducation nationale avant la fin de son année de stagiaire, et n’enseigna donc jamais en collège ou lycée.
Par contre, candidate chevènementiste battue aux élections en 2002, elle enchaîna aussitôt par un poste de chargée de cours à la « fac Pasqua » des Hauts-de-Seine, le trop fameux Pôle universitaire Léonard-de-Vinci, épinglé à plusieurs reprises par la Cour des comptes (fortes subventions publiques pour un trop faible nombre de bénéficiaires : 580 millions d’euros de 1995 à 2010 pour la construction et le fonctionnement du pôle qui accueille environ 2500 nouveaux étudiants chaque année, et une gestion trop dispendieuse : 19 salariés avec un salaire de plus de 60 000€ par an, frais de réceptions exagérés, abus d’études confiées à des prestataires extérieurs).
Hou, la menteuse !

J’ai mon Histoire qui flanche
J’me souviens plus très bien
Si Clovis était musulman
Ou juif ou bien chrétien
Si je savais, ça m’permettrait
D’un peu mieux me situer
C’est important pour un Français
De savoir d’où il vient
J’ai mon Histoire qui flanche
J’me souviens plus très bien
De mon grand-père le prénom
Ni même de sa maison
Etait-ce en France ? je ne sais plus
Je ne l’ai jamais su
Mais sur sa tombe, y a la mention
Tombé pour la Nation
J’ai mon Histoire qui flanche
J’me souviens plus très bien
D’1940 à Vichy
Et d’ses enfants d’Pétain
L’identité bien nationale
Vive le Maréchal
Pour se r’connaître, les Français
Ne portaient pas d’étoile
J’ai mon Histoire qui flanche
J’me souviens plus très bien
De l’empereur Napoléon
Corse ou bien Autrichien
Est-ce vraiment si important
De savoir d’où il vient
Notre pays devient le sien
Il dit : pour notre bien
J’ai mon Histoire qui flanche
J’me souviens plus très bien
Lesquels en 14 ont gagné
Ou mon grand-père tué
Etait-ce « nous »? Etait-ce « eux » ?
Tout cela est si vieux
Sans une Histoire qui me le dit
Je n’sais plus qui je suis
J’ai la mémoire d’une France
Je m’en souviens très bien
Plus accueillantes aux gens je pense
Il n’en reste plus rien
Bel étranger, tourist’ friqué
Bonjour et bienvenue
Mais si t’es pauvre et sans papiers
Dehors un pied au cul

Chanson : « J’ai mon Histoire qui flanche » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « J’ai la mémoire qui flanche  » (1963)
Paroles et musique : Cyrus Bassiak

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers
Crédits images : http://www.archive-
host.com/files/1410196/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd
5ef680ac/CREDITS_IMAGES__MON_HISTOIRE_QUI_FLANC
HE.doc

LE SOLDAT SARKOZY DÉGRADÉ AA+… ( « LE TRIPLE A » )

« Si on perd le AAA, je suis mort !  » Chiche !
Et bien sûr, la faute à la crise et à François… Mitterrand !
Et on voudrait nous faire avaler ça ?

Chaque matin, on peut lire à la une
Les nouvelles mesures du gouvernement
Mais cette annonce, hélas, on la fait pour des prunes
C’ n’est jamais assez apparemment
Le A A A , cher Nicolas
C’est sûr, tu l’auras dans le baba
Tu as beau chercher à épargner les riches
Que tu en perds souvent le simple sens commun
Et lorsque tu prétends leur raboter les niches,
Tu nous prends vraiment pour des crétins
Ceux qui t’observent depuis leurs agences
Ne le sont pas non plus, et tu aurais bien tort
De croire que tu peux les tromper en finances
Ils rigolent de Fillonator
Il faudra bien, un beau jour, que tu tranches
Dans le lard, un grand coup, tu ne peux l’éviter
Ou alors tu devras bien t’accrocher aux branches
Quand les pauvres seront excités
Lorsqu’il te faut parfois croiser la foule
Tu la tiens éloignée de centaines de pas
Si tu marches dedans, mets donc une cagoule
Sinon c’est le vide autour de toi
Comment veux-tu qu’on te fasse confiance
Les marchés avisés ne s’y risqueront pas
On voit dans quel état tu vas laisser la France
Bon courage à celui qui suivra
Dieu sait pourtant si tu fis des promesses
La crise, tu disais la prendre à bras-le-corps
Tes bras étaient trop courts, et nos pauvres richesses
Tu les as sacrifiées au Veau d’or

Chanson : « Le triple A  » SACEM ©2011
Paroles : Camille
Guitare et chant : Jean-Marie

Chanson originale : « P… de toi  » (1953)
Paroles et musique : Georges Brassens

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers
Crédits images : http://www.archive-
host.com/files/1408863/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd
5ef680ac/CREDITS_IMAGES_TRIPLE_A.doc