GODILLOTS, GO HOME ! (FAUT-IL SAUVER LES DÉPITÉS DE L’UMP ?)

En 2007, Nicolas Sarkozy fit élire à sa suite aux législatives quasiment n’importe quel candidat portant sa bannière. Il fit ensuite du vote des Français l’usage d’un chèque en blanc, alors que ceux-ci l’avaient élu dans le cadre d’une constitution où le président fixe les grandes orientations, laissant le gouvernement gouverner (cf les articles 5, 8, 20, 21 entre autres), abusant ainsi apparemment des termes constitutionnels de son mandat.
Ces godillots semblent aujourd’hui bien mal chaussés : l’UMP n’a ni candidat officiel, ni programme, et pourtant les investitures aux prochaines législatives post-présidentielles sont déjà distribuées, mettant en évidence que les candidats présentés par l’UMP sont dans l’incapacité de dire dans quels buts et moyens, pions visibles et risibles d’un parti figé sur la couture du pantalon.
Pauvre France !

Je me sens le cul entre deux chaises
Tant, je l’avoue, je suis mal à l’aise
Ma réélection s’annonce mauvaise
Quand je vois que Juppé ramène sa fraise et c’est le bouquet
Je n’ai été élu que par chance
Quand Sarkozy a conquis la France
Contre Ségo par désespérance
Personne n’a voulu de la crevette et c’est le bouquet
Vous aviez tous Sarko à la bonne
Croix de Lorraine et le bonjour à tante Yvonne
Sous le dossard de l’UMP, furent élus des ânes
Il suffisait de sarkozer comme Sarkoman
Mais les temps ont bien changé car
Aujourd’hui c’est la déconfiture
Les perspectives s’annoncent très dures
L’incompétence visible dure
Pour êtr’ réélu, va falloir faire attention, c’est pour ça que
Je conchie les propos de Martine
Je ris toujours aux conneries de la Nadine
Je flirte un peu avec les copains de Marine
Comme tous les gens, je me fous bien de Roselyne, elle, c’est vraiment le bouquet
Faut que j’aie Sarkozy à la bonne
Si l’investitur’, je souhaite qu’on me redonne
En fait, le présidendidat change la donne
Un chèque en blanc est demandé à l’UMP
Plus comme à vous, Français car
Sûre apparaît la déconfiture
Je me demande quelle posture
Pourrait justifier mon imposture
À part re-soutenir Sarkozy comm’ il me l’impose ici et
Un proche a dit : « Ton investiture
La reveux-tu ou n’en as-tu cure ?
C’est à toi de prendre la mesure
De tout ce que tu es prêt à accepter de Nicolas, là
Pour travailler pour les milliardaires
Bouygues, Bettancourt ou Lagardère
Pour d’ailleurs de riches rastaquouères
Pour vendre des armes ou fair’ du fric
Tant qu’le compter on n’peut plus
Quand la France est en déconfiture
Place ton argent dans la peinture
Tant pis si les pauv’ cons font ceinture
C’est ainsi que vivent les gens comme nous, dommage si tu claques du bec
Ne t’occupe pas des socialistes
Ni de ceux du Modem ni mêm’ des lepénistes
Encore moins des verts et des écologistes
Du front de gauche et des pauvres mélenchonistes
Sauve l’UMP qu’est crevé ! »
L’UMP en plein’ déconfiture
Qui s’étrip’ pour ses investitures…

Chanson :  » La déconfiture » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le représentant en confitures » (1971)
Paroles et musique: Pierre Perret

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers
Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1430830/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_DECONFITURE.doc

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s