RADIO SARKO MENT ! RADIO SARKO MENT !

La campagne audiovisuelle, visible et audible de tous par définition, suscite plus d’interrogations qu’elle n’apporte de réponses au citoyen désireux d’en savoir plus avant de choisir son candidat. La disparition déjà ancienne de l’émission « À armes égales » en est symbolique, tant les médias semblent paralysés par le poids d’un pouvoir omniprésent.
Comment expliquer autrement le casting et les questions pendant la réception de François Hollande sur TF1 ? Comment accepter, toute honte bue, qu’un président mente ouvertement sans être aussitôt confondu par l’un au moins d’un trio de journalistes comme Calvi, Duhamel ou Apathie ? Ont-ils été menacés ou achetés avant l’émission ?
Bref, le journalisme « à la Française » apparaît à l’étranger une fois de plus comme larvaire, obséquieux, révérencieux : mais est-ce de sa faute, ou de celle des moutons qui sont prêts à subir l’insupportable et à croire ce qu’ils savent faux ?

Refrain :
Qu’on parle de moi
Y a qu’ça qui m’intéresse
Qu’on parle de moi
Chaqu’ jour de chaque mois
De mon parcours dès ma prime jeunesse
De mes amours et d’mes histoires de fesses
Qu’on parle de moi
Même de mes faiblesses
Mais qu’on parle, qu’on parle de moi
Sur moi Sarkozy
Sur moi Nicolas
Il y a de quoi noircir bien des pages
Mes petits soucis
Sans vos gros tracas
Mais si vous voulez qu’ j’écoute davantage
[ Refrain ]
Comme c’est touchant ce que vous lisez
Quand chaque semaine dans Paris-Match
Gala ou Voici, ma vie étalée
Toujours vous séduit et puis vous attache
[ Refrain ]
Je voudrais un peu parler un instant
De vous mais cela n’intéresse guère
Les gens par rapport à un Président
Que vous envie toute la Terre entière
[ Refrain ]
V’la qu’j’en ai assez de tous ces petits
Qui tentent d’approcher un peu ma gloire
Poutine, Obama ou Berlusconi
Même si je trouve leurs efforts méritoires
Qu’on parle de moi
Y a qu’ça qui m’intéresse
Qu’on parle de moi
Chaqu’ jour de chaque mois
Et plus vous jalouserez ma noblesse
Plus voyez-vous ça me mettra en joie

Chanson : « Qu’on parle de moi  » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Guitare et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Parlez-moi d’moi » (1980)
Paroles et musique : Guy Béart

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1480260/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_QU_ONPARLE_DE_MOI.doc

Publicités

LA WEB-CAMPAGNE VOLE TRÈS BAS…

Il est manifeste qu’aucune discussion politique ne sera possible sur le net, tant il est constamment envahi par des trolls partisans obtus, totalement disponibles à toute heure (retraités, chômeurs, appointés, évadés d’hôpitaux psychiatriques, …) qui sous de multiples pseudos brouillent à tous l’écoute (sic) des messages politiques authentiques, responsables et ouverts.
Trop de net tue le net, et les faits n’y sont pas respectés : cette turbulence permet tout aux candidats de mauvaise foi, leurs vrais mensonges dénoncés se noyant dans la foule des rumeurs et propos diffamatoires, bien loin de la vérité, dont ils se parent, faux indignés cyniques.
Dans la bataille entre tripes et cervelles, les premières sont avantagées par le système.
Pauvre France, et vivement la quille !

Quand reviennent les élections,
Il faut se faire une opinion
Sur la valeur des candidats
Et cela quel que soit son choix
Normalement, cela se fait sans haine
De l’extrême-gauche jusqu’au FN
Mais les pov’cons n’aiment pas que
L’on ait une autre opinion qu’eux,
Non les pov’cons n’aiment pas que
L’on ait une autre opinion qu’eux
Tu n’es pas pour mon candidat
Donc tu es contre, ça va de soi.
Les mensonges et les coups-bas
Omniprésents dans les débats
L’honnêteté un grand défaut
Tous les autres des saligauds
L’infernal poison de la politique
Coule dans le sang de certaines cliques
Mais les pov’cons n’aiment pas que
L’on ait une autre opinion qu’eux,
Non les pov’cons n’aiment pas que
L’on ait une autre opinion qu’eux
Tu n’es pas pour mon candidat
Donc tu es con… ça va de soi.
De certains faits être oublieux
Dans ces temps-là n’est pas sérieux
La vérité ne peut se taire,
Il n’est de secrets qu’on n’enterre
Ils ne font de tort, je pense, à personne
Sinon à des gens aux actions friponnes
Mais les pov’cons n’aiment pas que
L’on ait une autre opinion qu’eux,
Non les pov’cons n’aiment pas que
L’on ait une autre opinion qu’eux
Tu n’es pas pour mon candidat
Donc tu es con… ça va de soi.
Pas besoin d’être grand génie
Pour d’viner comment ça finit
Chacun en trouve un à son goût,
Les autres des tarés du coup
Ils ne font pourtant de tort à personne,
Tant qu’ils sont polis, ces cons et ces connes
Mais les pov’cons n’aiment pas que
L’on ait une autre opinion qu’eux,
Non les pov’cons n’aiment pas que
L’on ait une autre opinion qu’eux
Mon candidat sera l’élu
Et non le tien, bien entendu

Chanson : « La mauvaise foi d’élection » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Guitares et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » La mauvaise réputation » (1953)
Paroles et musique : Georges Brassens

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1480178/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_MAUVAISE_FOI_D_ELECTIONS.doc

QUI CONTRE HOLLANDE : SARKOLAND OU MARIN’LAND ?

La primaire à droite s’annonce rude…
À l’OPA inamicale lancée par Sarkoland & Co sur Marin’land, le vieux druide a répondu à sa façon sur Radio France :
http://www.radiofrance.fr/espace-pro/espace-presse/communiques-de-presse/2012/02/jean-marie-le-pen-invite-de-radio-france
Débordée par sa droite « populairiste », et souhaitant gagner sa « primaire à droite », ce qui la mettrait, en cas de victoire et quoi qu’on en dise, en position viable pour le second tour, l’UMP agit… et en bon stratège, Jean-Marie (l’autre) réagit aussitôt !
En lieu et place de la « pure Marine, bien loin de ce genre de procédé politicien » candidate…
« Tu veux jouer la droite dure, Nicolas ? OK ! je vais t’y tirer jusqu’à ce que tu ne puisses tenir sans abandonner tout espoir de conserver avec toi centristes et républicains…  »
Si on la rend visible, la manœuvre n’est jamais « qu’habile »…

Quand l’équipe de Sarkoland
S’en va jouer à Marin’land
Elle est battue, ça fout les glandes
Par l’équipe de Marin’land
Mais quand l’équipe de Marin’land
S’en va jouer à Sarkoland
Elle est battue, s’réjouit Hollande
Par l’équipe de Sarkoland
Si ça sent fort
C’est pas le roquefort
C’est Jean-Marie
C’est Sarkozy
Quand l’équipe de Sarkoland
S’en va jouer à Marin’land
Dans la tribune on voit Hollande
Qui a parié sur Marin’land
Mais quand l’équipe de Marin’land
S’en va jouer à Sarkoland
L’arbitre ressemble à Hollande
Et ceux qui gagnent, c’est Sarkoland
Si ça sent fort
C’est pas le roquefort
C’est Jean-Marie
C’est Sarkozy
Toutes les idées de Sarkoland
Sont estampillées Marin’land
C’est pas bien sûr que cela rende
Plus malins ceux de Sarkoland
Mais toutes les idées de Marin’land
Portent le sceau de Sarkoland
Ce n’est pas plus sûr que ça rende
Moins cons tous les ceuss’ de Marin’land
Si ça sent fort
C’est pas le roquefort
C’est Jean-Marie
C’est Sarkozy
Et c’est pour ça que quand Sarkoland
Pêche des voix à Marin’land
Et Marin’land à Sarkoland
Et Sarkoland et Marin’land
Beh se demandent si Sarkoland
Ne fait pas partie d’Marin’land
Ou Marin’land de Sarkoland
Y a pas vraiment de no man’s land
Et c’est bien pour ça que Sarkoland
Voudrait annexer Marin’land
Et que tant la colère est grande
On veut pareil à Marin’land
Que des électeurs, ça dépende
C’est la seule chance à Sarkoland
C’est bien pour ça qu’on se demande
Si Sarkoland n’est pas Marin’land
Si ça sent fort
C’est pas le roquefort
C’est Jean-Marie
C’est Sarkozy

Chanson : « Sarkoland » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Claviers et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » C’est ça l’rugby » (1963)
Paroles : Jean-Claude Massoulier
Musique : André Popp

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-
host.com/files/1478109/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd
5ef680ac/CREDITS_IMAGES_SARKOLAND.doc

NOS SOUS ! NOS SOUS ! REMBOURSEZ ! …

Selon les agences de notation, la France vivrait au dessus de ses moyens… je ne sais, mais une chose apparaît sûre : gouvernement et président vivent largement au dessus des nôtres, déjà bien entamés par les profiteurs du système et de la crise.
Vivement la quille !

Tous les traders devenaient fous
Leur appât du gain primait tout
Les gens dans la souffrance en bas
Cela ne les concernait pas
Le capitalisme sauvage
A recommencé ses ravages… alors
Les sous, ououh! ououououh!
Les sous sont partis loin d’ici
Après cinq ans de Sarkozie
Les sous sont partis loin d’ici
Elle se tire, la tirelire
Les sous sont partis loin d’ici
Du coup, l’alibi de la crise
Censée nous porter la cerise
A fait passer bien des arnaques
Pour l’impéritie de Chirac
Sarko fit tout ce qu’il voulut
Et nous l’eûmes tous dans le… alors
Les sous, ououh! ououououh!
Les sous sont partis loin d’ici
En Amérique ou en Asie
Les sous sont partis loin d’ici
Elle se tire, la tirelire
Les sous sont partis loin d’ici
La canicule, un rude hiver
Légiférant les fait divers
Il réforma, le président
Surtout c’ qui touchait à l’argent
L’ pognon des pauvres siphonné
Les gros épargnants épargnés… alors
Les sous, ououh! ououououh!
Les sous sont partis loin d’ici
Chez les amis de Sarkozy
Les sous sont partis loin d’ici
Elle se tire, la tirelire
Les sous sont partis loin d’ici
Pendant qu’il s’éclate au Fouquet’s
Pour nous, c’est fini, la blanquette
Pendant qu’il va se goberger
On s’ bat pour un bâton d’berger
Quand il a dessert et fromage
Les braves gens pointent au chômage… alors
Les sous, ououh! ououououh!
Les sous sont partis loin d’ici
On peut remercier Sarkozy
Les sous sont partis loin d’ici
Elle se tire, la tirelire
Les sous sont partis loin d’ici
On ne mange plus que des pâtes
Sans beurre issu de la baratte
Et le camembert Président
C’est le dimanche, et pas souvent
Pendant c’ temps-là, à l’Élysée
Y a quatre-vingt sept cuisiniers… alors
Les sous, ououh! ououououh!
Les sous sont partis loin d’ici
Il a tant d’amis, Sarkozy
Les sous sont partis loin d’ici
Elle se tire, la tirelire
Les sous sont partis loin d’ici
Y a qu’à voir comment le Qatar
Arrive avec tous ses milliards
Pour se payer des bouts de France
Sans contribuer à ses finances
Les Qataris n’paient pas d’impôts
Et ce, grâce au copain Sarko…. alors
Nos sous, ououh! ououououh!
Nos sous sont partis loin d’ici
Il a fait son job, Sarkozy
Nos sous sont partis loin d’ici
Elles expirent, nos tirelires
Nos sous sont partis loin d’ici
Le réélire serait bien pire
Nos sous veulent rester ici

Chanson : « Nos sous » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » Les loups » (1967)
Paroles : A. Vidalie
Musique : L. Bessières

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1475009/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd
5ef680ac/CREDITS_IMAGES_NOS_SOUS.doc

SARKOZY VOLE « LE CHANGEMENT » AU PS… ( « LE CROIRE EST DIFFICILE » )

Nicolas Sarkozy aurait « changé », aurait « compris », aurait « retenu »… et pourquoi pas ?
Son problème majeur est, hélas pour lui, que les Français ont eux aussi « compris », « retenu » et que c’est sa clique et lui qu’ils sont bien décidés à « changer », avec « volonté » et « courage »… enfin !
Au revoir, au revoir, président ! Au revoir….

Il est de ces maris charmants
Qu’un coup d’ bibine rend violents
Qui disent à madame : « J’ai changé »
Après l’avoir bien arrangée
Les croire est difficile !
C’est un peu l’cas du président
Qui nous prend vraiment pour des glands
Quand il crie le Fouquet’s renier
Vive le cassoulet de chantier
Le croire est difficile !
On voit qu’ c’est la présidentielle
Qui à son cerveau donne des ailes
C’est fou, toutes les idées qu’il a
À chaque fois qu’il est candidat
Le croire est difficile !
Il nous a déjà tant promis
Sur les retraites, sur les logis
Sur la justice, la délinquance
Jusqu’au pouvoir d’achat en France
Le croire est difficile !
Président de tous les Français
C’est la nouveauté de l’année
L’dernier non-UMP croisé
C’était l’ministre gabonais
Le croire est difficile !
Dans ses meetings, les premiers rangs
Sont composés de figurants
Qu’on est allé chercher en foule
Les intermittents ont les boules
Le croire est difficile !
Il passe à pied à son QG
Comme il a l’air décontracté
Quand il s’adresse à un passant
Qui passait naturellement
Le croire est difficile !
Sur tous les toits, y a des snipers
La rue est bloquée pour des heures
On dit qu’on fait du cinéma
Pour une fois, on ne ment pas
Le croire est difficile !
Il vivrait parmi les menteurs
Lui franc comm’ l’or et vos valeurs
Surtout, ne les écoutez pas
Il faut voter pour Nicolas
Le croire est difficile !
Pour le bateau dans la tempête
N’ayez qu’un capitaine en tête
Lui seul aperçoit l’horizon
Pourtant, d’où il est, c’est coton
Le croire est difficile !
Le PS n’est plus aux affaires
Depuis dix ans, clair de chez clair
Et pourtant, on lui fait reproche
La crise, c’est la faute à la gauche
Faut distraire le profane !
Le faire voter avec ses tripes
C’est pain bénit quand on s’étripe
Sur tout et sur n’importe quoi
Pendant c’temps-là, les gens pensent pas
Au pompier pyromane !

Chanson : « Ce sera difficile » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » Les temps difficiles » (1961)
Auteur-compositeur :Léo Ferré

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-
host.com/files/1472498/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd
5ef680ac/CREDITS_IMAGES_LE_CROIRE_EST_DIFFICILE.doc

LES FRANÇAIS AUSSI AIMENT « LEUR » FRANCE… ( « AIMER LA FRANCE » )

Dans son discours de Marseille, Nicolas Sarkozy a répété sans cesse « aimer la France »… « aimer la France »… « aimer la France »… « depuis son enfance »… c’est son droit, mais non son exclusivité.
Et puis d’abord : quelle France ? celle de qui ? de quand ? Cette France existe-t-elle encore, si elle a jamais existé ? Et surtout, cette France l’aime-t-elle, ou lui dit-elle « Casse-toi, pauv’ thon ! » ?
Réponse dans quelques mois…

Les mauvais coups, les lâchetés qui recommencent
Laisse-moi te dire, laisse-moi le dire et le redire en bon français
Je vais t’apprendre ce que c’est, aimer la France
Dire l’aimer ne suffit pas, prends-en conscience
C’est trop facile, bien trop facile, si facile et tu le sais
Tu nies ce droit aux étrangers, d’aimer la France
Aimer la France, c’est vouloir consacrer sa vie aux gens de France
Pas seulement à ses amis de la finance
C’est la servir, sans s’en servir pour autre chose
Aimer la France, c’est se promener dans la rue
Aimer la France, c’est sourire à des inconnus
Aimer la France, c’est les écouter un peu plus quand ils te causent
Tu dis l’aimer, elle ne t’aime plus la France
Elle déteste quand on lui ment ou bien alors qu’on la trahit
Tu peux toujours crier ici, aimer la France
Aimer la France, crois-moi, ce n’est pas ça du tout, aimer la France
Tu n’en portes pas les valeurs de références
Et tes aïeux se sont battus pour d’autres causes
Aimer la France, se conçoit en vivant debout
Aimer la France, ou bien en mourant dans la boue
Aimer la France, c’est plus grand que chacun de nous
C’est quelque chose
Aimer la France, c’est vouloir le bien des Français
Aimer la France, je sais que tu dis l’avoir fait
Aimer la France, c’est vrai, presque rien n’est resté
Aimer la France
(Aimer la France, Aimer la France, Aimer la France)

Chanson : « Aimer la France » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « L’indifférence » (1977)
Paroles : Maurice Vidalin
Musique : Gilbert Bécaud

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-
host.com/files/1470223/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd
5ef680ac/CREDITS_IMAGES_AIMER_LA_FRANCE.doc

TSARKOZY PETIT PÈRE DU PEUPLE ? IVAN DU VENT… ( « LE P’TIT MAL ENTENDU » )

Nicolas Sarkozy aura décidément tout inventé après avoir presque tout détruit… Ne voilà-t-il pas qu’il se réclame avec force d’un peuple, qu’il a objectivement ignoré, bafoué, méprisé, divisé, taxé, dépouillé, affamé pendant cinq ans de façon constante et organisée.
Pire, ne pas le suivre serait « ne pas aimer la France » puisqu’il l’aime, qu’elle n’a donc d’autre choix que de l’aimer en retour, donc qu’elle n’aime que lui, forcément, donc qu’elle ne saurait aimer les autres, qui donc ne l’aiment pas… Bref, ne pas voter pour lui,
c’est n’être point Français ! « Aimez la France, ou quittez-la » sonne maintenant « Aimez la France, votez pour moi ! »
Reviens, Alfred, par ma chandelle verte ! Père Ubu pète un câble..

Voici, contée sur une valse musette,
L’histoire en quelques mots
Du beau roman d’un espoir de reconquête
Et d’un tout p’tit Sarko
Tous les refrains d’humour sont un peu bêtes,
Celui là l’est aussi
Mais si vous r’prenez en chœur ma chansonnette,
Je vous dirai : Merci !
Président populaire
Le p’tit mal entendu !
Faudrait pas trop en faire
Le p’tit mal entendu !
M’fait mal aux gland’s mammaires
Le p’tit mal entendu !
Qui au populo fait du mal tant et plus
Le p’tit mal entendu !
Dans ses législatures
Le p’tit mal entendu !
Il a pris des mesures
Le p’tit mal entendu !
Pour serrer la ceinture
Le p’tit mal entendu !
De tous les pauv’cons lesquels l’avaient élu…
Le p’tit mal entendu !
Les dépenses d’un ménage
Le p’tit mal entendu !
Faut avoir du courage
Le p’tit mal entendu !
Quand on est au chômage,
Le p’tit mal entendu !
Pour n’pas tous les jours défiler dans la rue.
Le p’tit mal entendu !
Il nous prend pour des poires
Le p’tit mal entendu !
Racontant des histoires,
Le p’tit mal entendu !
Qu’un CP peine à croire,
Le p’tit mal entendu !
C’est à croire qu’il nous prend tous pour des locdus
Le p’tit mal entendu !
Il ose parler d’la France
Le p’tit mal entendu !
Réclamer la confiance
Le p’tit mal entendu !
Lui, l’enfant d’la finance
Le p’tit mal entendu !
Qui ne s’est soucié que des hauts revenus
Le p’tit mal entendu !
Il feint bien d’être amène
Le p’tit mal entendu !
Mais d’ semaine en semaine
Le p’tit mal entendu !
On sent monter la haine
Le p’tit mal entendu !
Vivement le mois d’mai qu’il prenne un pied au cul
Le p’tit mal entendu !

Chanson : « Le petit mal entendu » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Comme de bien entendu » (1939)
Paroles : Jean Boyer
Musique: Georges Van Parys

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1468799/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_MAL_ENTENDU.doc

SARKOZY EST PARTOUT : C’EST FOU… ( « LE POSSÉDÉ DE NICOLAS » )

Pour ratisser large, il faut beaucoup de dents aux râteaux. Tous ceux qu’a reçus Nicolas Sarkozy d’un peuple totalement ignoré pendant cinq ans ne freinent en rien son hyperactivité, dans un brassage d’air permanent : il est partout, sur tous les fronts ! Et sur toute la largeur du Front, sans être poursuivi par Hadopi pour non-versement des droits d’odeur…
Certains en sont possédés, hélas, et l’exorciste longtemps espéré ne pourra venir qu’au printemps : il était temps, amen !

J’suis possédé d’Nicolas
Depuis cinq ans que j’en ai jusque-là
Il me hante sur toute la terre
Pauvre misère
Même quand je vais dans des toilettes
J’ vois son image dans les lunettes
Dès que j’allume la télé
C’est toujours lui qui vient me saluer
Je le vois sur toutes les chaînes
Toutes les antennes
Il a le don d’ubiquité
Je ne m’ suis pourtant pas cuité
L’est partout, l’est partout, le grand manie-tout
L’est partout, l’est partout, et ça me rend fou
Ma raison se casse
Je suis dans la nasse
L’est partout, l’est partout, l’est toujours partout
L’est partout, l’est partout, et ça me rend fou
Il est partout, il est partout,
Il est partout, il est partout,
J’suis possédé d’Nicolas
J’le vois partout même quand il n’y est pas
Il fait partie d’ma planète
J’ l’ai dans ma tête
Je l’ramène jusque dans mon lit
Je préférerais Carla Bruni
Et sous mon beau ciel de France
Je me vois comme lui à la présidence
Parfois je rêve je chancelle
J’crois qu’il m’appelle
Pour que Camille et Jean-Marie
Deviennent ministres de la connerie
Pour m’sortir de ce flou où il est partout
L’est partout, l’est partout, le grand manie-tout
Mon esprit se taille
Et j’vois qu’je déraille
Et je reste dans mon flou où il est partout
L’est partout, l’est partout, et ça me rend fou
Il est partout, il est partout,
Il est partout, il est partout,
J’suis possédé d’Nicolas
J’le vois partout même quand il n’y est pas
J’en ai marre j’en ai ma dose
Sarkoverdose
Je souhaite, chansonnier railleur
Que Sarkozy se tire ailleurs
Le jour viendra et j’espère
Que son départ bientôt fera de l’air
Vive l’hygiène publique
Prophylactique
Quand tous les gens qu’il a placés
Dans des fromages devront calter
De partout, de partout, sortiront d’leurs trous
De leurs trous, de leurs trous, avant qu’on d’vienne fous
A toute berzingue
Avant de d’venir dingue
De partout, de partout, sortiront d’leurs trous
De partout, de partout, sortiront d’leurs trous
Et je n’serai plus jamais fou
Et je n’le verrai plus partout, le manie-tout
Le manie-tout, le manie-tout, le manie-tout

Chanson : « Le possédé de Nicolas  » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le poinçonneur des lilas » (1958)
Paroles et musique : Serge Gainsbourg

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-
host.com/files/1464955/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007d
d5ef680ac/CREDITS_IMAGES_POSSEDE.doc

SARKOZY « DÉNICHEUR FISCAL » POPULAIRE : ROI DES MENTEURS !

La chanson « Le dénicheur » a cent ans cette année, mais n’a pas pris une ride. Nul besoin d’acheter une lotion chez L’Oréal, écoutez donc l’histoire de la résistible ascension d’un petit blouson doré de Neuilly, et convenez-en avec nous…

On l’app’lait le roi des menteurs,
Il était rusé comme une fouine
C’était un gars qu’était sans cœur
Et qui savait tout des combines,
Il se croyait un grand seigneur
Sachant se servir de ses dames
Il en connaissait toute la gamme
Tel était le roi des menteurs
Marianne fit la connaissance
De ce Pasqua’s boy, simplement
Ce fut un malheur pour la France
Tout le monde n’est pas voyant
Il fit son trou au RPR
Par flatterie et trahison
C’était là son seul savoir-faire
C’était là sa seule ambition
Comme elle avait beaucoup d’argent
Il finit par d’venir son amant
On l’app’lait le roi des menteurs,
Il était rusé comme une fouine
C’était un gars qu’était sans cœur
Et qui savait tout des combines,
Il se croyait un grand seigneur
Sachant se servir de ses dames
Il en connaissait toute la gamme
Tel était le roi des menteurs
Un’ combine ça dure ce que ça dure
La France n’est pas si con qu’ça
Mettre un terme à cette aventure
Devient urgent, le fait est là
N’ayant plus confiance ou « je t’aime »
Parmi tous les gens sans le sou
Auxquels il a créé problèmes
En les trahissant tous du coup.
Navré, mais mon cher Sarkozy
Le peuple de 2007 dit :
Tu n’es que le roi des menteurs,
T’as beau êtr’ rusé comme une fouine
On le sait bien que t’es sans cœur
Et qu’ t’es là que pour les combines,
Fini le temps du grand saigneur
Du Roi protégé par gendarmes
Le peuple connaît toute la gamme
Des propos du roi des menteurs

Chanson : « Le roi des menteurs » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Chant : Jean-Marie

Chanson originale : « Le dénicheur » (1912)
Paroles: GIBERT et Léon AGEL
Musique: Léo DANIDERFF

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1463330/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_ROI_DES_MENTEURS.doc

SARKOZY : UN « FRANÇAIS » DANS LA MERDE…

Pendant que François Hollande, dans un meeting de Rouen prévu de longue date, taillait en pièces Sarko one et son Royaume dans un des plus beaux discours des deux derniers siècles (bravo à sa plume, inspirée), TF1 « invitait » (sic) Nicolas Sarkozy, pour le non-évènement de la décennie…
Monologue d’un « Français » (resic), « président de tous les Français » (reresic), s’adressant aux « Français » (rereresic) : bref, le disque est rayé, depuis longtemps déjà, tant l’imposture est criarde…
Son appel à une « force » dépassant le clivage droite-gauche au nom de l’intérêt général est misérable… Pendant cinq ans en effet, ses mesures et ses manières ont constamment montré la même direction : celle d’une présidence soucieuse des intérêts financiers de ses amis, de ses proches, de sa famille.
Loin de servir la France, comme il le clame et prétend « le refaire » (sic en grève pour cadences infernales), il a permis que la classe financière et ploutocratique s’en serve sans limites, au vu de tous.
Sa candidature du désespoir ressemble à un pari, qu’il ne saurait gagner, mas dans lequel il va jouer l’avenir de notre pays malgré ses maigres chances de rester au pouvoir, mais il s’en fout… (qui a dit Quet’s?)

J’ai conspiré
Des années
J’ai trahi
Sans répit
Pour m’faire élire
Pour finir
Au sommet
C’est embêtant
Mais pourtant
Bien que je sois président
Mes amis, j’suis toujours dans la merde
Tout est perdu
C’est couru
Bien placé
Je le sais
Mon horizon
D’illusions
Disparait
En sacrifiant
Constamment
La France aux faiseurs d’argent
Mes amis, j’suis toujours dans la merde
Il n’y aura jamais de partage
Les pauvres d’un jour le s’ront toujours
Et le travailleur, quel que soit l’âge,
Bossera, c’est dommage
Jusqu’à la fin d’ses jours
Une France forte
À Francfort
Plus d’tabou
Entre nous
Que Merkozy
Règne sur les Français
Je donnerai
Votre blé
Comme je l’ai déjà fait
Mes amis, j’suis toujours dans la merde
Mes convictions
Vraiment sont
Déplacées
Dévorées
Par l’argent
Que je prends
Aux gens bien
Le plus que j’peux
Même aux vieux
Cela n’empêche pas que
Mes amis, j’suis toujours dans la merde
À Beauvau, les secrets de la France
M’ont permis d’être élu président
Pour qu’aujourd’hui, cela recommence
Faites-moi donc confiance
Je tiens bien tout mon camp
Les Morano
Les Borloo
Les Boutin
Les Morin
Le grand Juppé
Le Copé
Les requins
Tout ce qui fait
L’UMP
Et qui en cinq ans ont fait
Mes amis, qu’on est tous dans la merde

Chanson : « Dans la merde » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » Mes emmerdes  » (1976)
Auteur-compositeur : Charles Aznavour

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers
Crédits images : http://www.archive-
host.com/files/1460711/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6
007dd5ef680ac/CREDITS_IMAGES_DANS_LA_MERDE.doc