LE MENTEUR SARKOZY : DU CULOT POUR TOUT BAGAGE…

Dans la cour de récréation, le clan des mauvais perdants du futchebol se déchaîne ; Marine et Jean-Luc sont déjà dans la deuxième mi-temps du prochain match, le dernier de la saison, pendant qu’une tribune rouge rose et l’autre brun réséda encouragent toujours ceux qui jouent la prolongation.
Se sachant battue, l’équipe de Nicolas multiplie les coups en douce, les simulations, les croche-pieds, les insultes, mais ceux de François gardent leur sang-froid et ne cèdent à aucune des nombreuses provocations, sous le regard attentif de Jean Defrance, qui arbitre ce match déséquilibré, au score que la charité chrétienne et le CSA m’interdisent de dévoiler ici.
L’entraîneuse italienne a beau expliquer à la blonde cheerleader Nadine que le match est plié, celle-ci face à une tribune déjà exsangue continue à brailler dans le vide : « On va ga-gner ! On va ga-gner ! On va… »…
Deux infirmiers et une ambulance étant prêts à intervenir, au cas où, je rends l’antenne : bonsoir, à vous les studios !

Mais quel culot extraordinaire
Capable de tout, il l’avait promis
Sarko dit tout et même son contraire
En léchant le cul de Marine et d’ses amis
Parmi ses promesses anciennes
Une me revient pour cette élection
« À néant, réduire le FN »
Y est-il arrivé oui ou non ?
Sarkozy, quel culot extraordinaire
Lui qui se gaussait d’Hollande en janvier
Quand il disait, devant la France entière,
Vouloir négocier à nouveau certains traités
Il fallait bien trouver, devant la dérobade
Des jeunes et des vieux le couvrant de brocards,
Un quelconque soutien dans sa dégringolade
Dans l’ambulance FN, il prit donc un brancard
Non non mais
Quel culot extraordinaire
Lui qui a restreint toutes nos libertés
Serait devenu l’premier contestataire
De l’ancien pouvoir et de sa majorité
Nous voit-il cons comme la lune
Pour ne pas capter ses contradictions
Lorsqu’il part danser la valse brune
Piétinant ses feintes convictions
Non non mais quel culot extraordinaire
Lui qui sur l’Europe était inflexible
Il change de cap, machine toute arrière
Revenant du coup sur Schengen, c’en est risible
Il fallait bien trouver malgré les controverses
Ailleurs de ces idées qu’il n’eut pas en cinq ans
Qui nous fassent oublier les réformes diverses
Que pour son bon plaisir
Il prit inutilement
Non non mais
Quel culot extraordinaire
Prônant le contraire de tout ce qu’il fit
Tout en jouant dans son argumentaire
Sur le fait qu’il puisse seul rassembler le pays
Il n’agit en fait qu’à sa tête
Bien naïf celui qui croit Nicolas
Les siens même s’enfuient à la sauvette
Loin de la Justice et de nos lois
Pour ceux qui veulent enfin te retrouver, France
Qui vivais heureuse au sein des nations
Mon amie, oublie donc ta désespérance
Il suffit pour ça d’bien choisir à l’élection
Il suffit pour ça d’bien choisir à l’élection
Il suffit pour ça d’bien choisir à l’élection !

Chanson : « Le culot extraordinaire » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le jardin extraordinaire » (1957)
Paroles et musique : Charles Trenet

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s