DES PAMPERS POUR LE BACHOT ! VITE, IL Y A DES FUITES !

La tête dans le bac (à sable), ou la politique de la triche… peut-être un dernier cadeau de la Sarkozie, vu la date à laquelle les sujets furent choisis et mis au secret.
Il serait temps à mon sens que le baccalauréat cesse d’être le premier grade universitaire, ouvrant la porte à des facultés surchargées par les étudiants inutiles et sociaux, et ne soit plus qu’un diplôme de fin d’études secondaires, dans lequel le dossier scolaire compterait éventuellement davantage.
L’entrée en faculté pourrait alors être conditionnée à un examen ou concours, vérifiant les compétences réelles des postulants, et les orientant en cas de succès de façon convenable, augmentant le rendement en réussite des premières années, lamentable.
Les jeunes chômeurs non-comptabilisés jadis du fait du service national le sont souvent désormais du fait d’études « dites supérieures », sans la moindre réalité.
Les facs aux vrais étudiants, merci !

Elle est notre première ennemie
Quand elle permet au fainéant
De concurrencer ses amis
La triche
Avec des notes de studieux
Qui aurait appris sa leçon
Et seulement un cerveau creux
Qui biche
Si bien que des élèves honnêtes
Placés devant la tentation
De temps en temps perdent la tête
La triche
Et qu’on la chasse de notre esprit
Ou qu’elle nous chasse tant elle ment
Elle est notre première ennemie
La triche et c’est navrant
Elle est notre plus belle ennemie
Quand elle soutient les voleurs
Qui nous la jouent « pas vu, pas pris »
La triche
Passant toute vertu dehors
Alors que c’est bien sans valeurs
Alors que c’est bien sans remords
Qu’ils trichent
Lorsque le Pirée est un homme
Ou lorsque Steevy est savant
On n’obtiendra que des diplômes
Postiches
Et qu’on la chasse à coups d’ fusil
Ou qu’elle nous chasse en nous trompant
Elle est notre plus belle ennemie
La triche, c’est désolant
Elle est notre pire ennemie
Lorsqu’elle savoure son pouvoir
Et qu’elle sait être impunie
La triche
Quand un truqueur a de la chance
Quand la morale se lève tard
Quand c’est avec toute sa science
Qu’il triche
Trompant pour mieux prendre son pied
Des filous être le plus grand
Sans finir avec un bon pied
Aux miches
Car qu’on la chasse à la folie
Ou qu’elle nous chasse très loin des gens
Elle est notre pire ennemie
La triche, c’est enrageant
Elle est notre dernière ennemie
Quand les facultés en regorgent
De ceux-là qui n’ont rien appris
La triche
Quand les honnêtes résignés
De voir toujours qu' »ils » s’en reviennent
Disent malgré tout leur passé :
« M’en fiche
Inutile de nous retenir
Nous qui ne servons à ce temps
Qu’à leur permettre de jouir
Potiches »
Donc qu’elle nous chasse de nos amis
Ou qu’elle nous chasse parce qu’il est temps
Elle reste notre dernière ennemie
La triche de trop longtemps

Chanson: »Bac : Sigmund fraude  » (c)Sacem 2012
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : » Les biches  » (1962)
Paroles : Jacques Brel
Musique : Gerard Jouannest

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Publicités

Une réflexion sur “DES PAMPERS POUR LE BACHOT ! VITE, IL Y A DES FUITES !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s