SI J’OSE, QUEL BORDEL, CETTE POIGNÉE DE MAIN !

Inutile d’écrire des romans sur la pogne, disait le boulanger drômois.
La poignée de mains est « vieille comme mes robes », et faite pour la montrer vide d’arme, ou échanger des signes de fraternité. Il est des contrées où elle est inconnue, ou mal vue, ce qui en démontre le caractère conventionnel bien éloigné d’une quelconque universalité.
Le savoir-vivre ne la prône pas en public, ni même en réunion où seul l’hôte y a droit… bref, beaucoup se pensent polis et se trompent du tout au tout.
Si refuser une main tendue équivaut à une offense, la tendre l’est parfois plus encore, quand l’interlocuteur ne saurait la prendre…
Imaginerait-on Hitler tendant la main à Anne Franck ou à Jesse Owens, Marine tendant sa main droite à Jamel Debbouze, Jacques Martin à Nicolas Sarkozy, ou chaque étudiant à son prof en entrant dans l’amphi… Si l’on vous proposait une main manifestement sale, poisseuse, léprosée, la serreriez-vous ?
Un regard, un sourire, un hochement de tête, une parole aimable… à quelques exceptions très particulières de situation, la bonne éducation n’en demande pas plus, et l’hygiène ne peut qu’en être satisfaite.

J’entends les gens qui parlent de
Poignée de main et c’est fâcheux
Je pense que certains ont tort
Car sans négliger sa valeur
Si elle vous met haut le coeur
Mieux vaut s’en passer sans remords.
Soudain sur votre route, vous pensez en mourir,
Quatre bien-malveillants, tous capables du pire
Manquant de savoir-vivre et d’hygiène parfois
Qui tienn’nt à vous coller paluche entre les doigts
La première main que je pris
Sentait l’oignon et l’ail pardi
La deuxième aux ongles trop courts
Semblait revenir des labours
Si la troisième tant brillait
C’est que huileuse, elle restait
La quatrième, c’est affligeant
Avait gratté le cul de Jean
Car, aujourd’hui, c’est entendu
Sans être lourd, on ne peut pas
Refuser une main tendue
Ou bien ne pas tendre le bras
Et moi pauvre petit couillon
J’ai dû leur serrer le moignon
Monk aurait fait sa crise de nerfs
Quelle misère!
Que cela soit à l’Assemblée
Entre the Queen et l’Irlandais
Le pauv’ con du Salon encore
Rien à voir avec les copains
Celle qu’on donne aux gens de bien
J’ignore les cons sans remords.
Si l’on croise ma route en me tendant la main
Je la prendrai souvent, mais obligé de rien
Car c’est une des pir’s sensations qui soient
Que d’ainsi saluer ceux que l’on ne veut pas
Le premier était con, peuchère
Cela ne me dérangea guère
Le deuxième, mon percepteur
M’a rendu tous mes doigts à l’heur’
Le troisième sortait du mitard,
Pour avoir giflé un connard
Le quatrième, c’est impudent
Refusa celle d’un président
Car, aujourd’hui, c’est entendu
Sans être lourd, on ne peut pas
Refuser une main tendue
Même si elle a levé le bras
Je ne saurais serrer la main
Qu’à des copains, qu’à des gens bien
Comme tous ces derniers lascars
Loin de Lancar
L’histoire de la poignée de main
Montre qu’elle ne servait bien
Qu’à montrer encore et encore
Entre deux ennemis jurés
Souvent près de s’entre-tuer
Qu’on n’avait pas d’arme de mort.
A disparu toute trace d’éducation
Le serrement de pogne est une aberration
Car c’est une des pir’s obligations qui soient
Que de devoir serrer mimine à tour de bras
Le premier dit : « Casse-toi, pauv’con »
À qui refusait son moignon
La deuxièm’, que l’on oubliera
Serra là celle de l’IRA
Si la troisième, mal députée
Sans main tendue fut ignorée
Les quatrièmes, furent souvent
De dictateurs au président
Car, aujourd’hui, c’est bien connu
Sans être louche, on ne peut pas
Serrer la main des parvenus
Qui massacr’nt leurs peuples ici-bas…
Alors cette poignée de main,
Que l’on veut imposer demain
Il dit que c’est que pour l’argent
Le cul de Jean !

Chanson : « La poignée de main » SACEM ©2012
Paroles : Camille
Guitares et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « La rose, la bouteille et la poignée de main» (1969)
Paroles et musique : Georges Brassens

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.archive-host.com/files/1655325/4e672b95c889adfa81edbc6a9b6007dd5ef680ac/CREDIITS_IMAGES_POIGNEE.odt

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s