JEUNES : MODÈLE UNIQUE… (« Interchangeables »)

 

Chacun se sentirait blessé si le moindre doute était émis sur la force de son caractère ou l’originalité de sa personnalité. Pourtant, à force de mariner dans la même saumure aromatisée, beaucoup s’habillent à l’identique, ont les mêmes idées, la même sous-culture, le même langage, les mêmes tics, les mêmes tocs.
« – Euh… salut Val et Kat !
– Allo, non mais allo, quoi ? Nous c’est Nath et Karène… on nous confond souvent parce qu’on est pareilles… on achète les mêmes shoes, les mêmes futs, on se maquille pareil… ouais… des sœurs !
– Et pour le cerveau, vous achetez au même endroit ?
– Euh ! Faudra voir… Y en a à la banane ? Trop j’les kiffe !  »

Avec la liberté
De lire et de penser
Chaque vie devrait être originale
Et dans ces temps bénis
Porteuse d’un génie
Tendre et aimant, félicité finale
Mais malheureusement, ce vieux monde dément nous montre le contraire
Et l’uniformité des looks et des idées condamne à l’ordinaire
Les gens se voudraient tous ma foi indispensables
Ils ne sont hélas que des pions interchangeables
Blonde ou rousse, fini
C’est noir corbeau uni
La vraie couleur n’est qu’intime surprise
Du fond de son tombeau
Jean Ferrat, bigarreau
N’est plus sûr que l’amour soit bien cerise
Car tous les poils sont teints, ou rasés, c’est selon, contestant leur nature
Les poils pubiens puent bien, Bigard en est témoin, humoriste j’assure
Les gens se voudraient tous ma foi indispensables
Ils ne sont hélas que des pions interchangeables
Les garçons, c’est pas mieux
Qu’ils soient jeunes ou bien vieux
Âge ou bien connerie, quelle importance
Trois poils sur le museau
Intellect à zéro
Seuls leurs abdos feront la différence
Pour survivre, l’égo de ces tristes blaireaux à la cervelle vide
Se limite au porno, à Rocky Siffredo et l’absence de bide
Les gens se voudraient tous ma foi indispensables
Ils ne sont hélas que des pions interchangeables
Je pose la question
Les gens sont-ils si cons
Qui d’autres cons observent à perdre haleine
Enfermés dans leurs tours
Ignorant l’alentour
Ou le voyant par les yeux du FN
Je n’ai pas qualité, ni légitimité à dire qu’on régresse
Mais en temps que vieux con, je le dis, nom de nom, me déçoit la jeunesse
Les gens se voudraient tous ma foi indispensables
Ils ne sont hélas que des pions interchangeables

Chanson : « Interchangeables » SACEM ©2013
Paroles : Camille
Guitares et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « L’irresponsable » (1975)
Paroles et musique : M. Le Forestier

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s