CORSE : LES CARS TOUCHENT, ÇA FAIT DU BRUIT (« Le tempo corse » )

Dans cinquante ans, les jeunes d’aujourd’hui raconteront à leurs petits-enfants comment un jour le Tour de France est passé en Corse et l’histoire du bus surnommé « la sardine » qui boucha jusqu’à la dernière minute la ligne d’arrivée.
« Maman, maman ! Vite ! Vite ! Pépé a pas pris ses médicaments ! »
Et pourtant…

Quand de Bastia vers Ajaccio
Après une nuit de repos
Ils remontent sur leurs machines
L’étape d’hier leur tord la pine
Le temps aux Corses, le Tour n’ l’avait jamais donné
Le temps aux Corses, il fallait se faire pardonner
Pour la centième, un bus qui s’endort à Bastia
Sous la bannière, le tempo corse c’est comme ça !
Quand le peloton est lancé
Qu’on est tout près de l’arrivée
Qu’on crie : « Attention, les vélos !
Y a l’arrivée qui tombe à l’eau ! »
Le temps aux Corses, il fallait plus leur en donner
Le temps aux Corses, à moins de le faire exploser
Mais les cagoules, z’étaient restées « a la casa »
Avec les poules, le tempo corse c’est comme ça !
Lorsque les coureurs faisant fort
Se rapprochaient en plein effort
Le bus qui s’était dégonflé
D’un coup songea à reculer
Le temps aux Corses, on l’apprend même aux nouveaux-nés
Le temps aux Corses, quand tu s’ras grand, faudra bosser
Et l’autochtone, qui a bien compris la leçon
Retient sa taille, le tempo corse que c’est bon!
Bombant le torse
Le Tour encore un jour ou deux
Fera la Corse, c’est encore là
Qu’on tombe le mieux !

Chanson : « Le tempo corse » SACEM ©2013
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Ah ! le tango corse  » (1960)
Paroles et musique : Pirault & Vastano

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

GUÉANT, L’HOMME DES OMBRES… ( « Aidons Guéant  » )

Il n’est pas si courant en politique de voir en pleine lumière les conseillers de l’ombre d’un président, fleur des hommes liges et des chevau-légers. La nomination à ce titre de Claude Guéant place Beauvau fit beaucoup jaser naguère, tant le poste est la clé de la République, et promis à des hommes discrets. Mais une nouvelle mise à l’ombre s’annonce, les affaires le poursuivent, augmentant la taille du tas destiné à une proche lapidation, chacun visant le maître qui se cache derrière le valet.

Il y a tant de niais et niaises
Pour couvrir encore Sarkozy
Qui nous la joue toujours à l’aise
Même les pieds dans le Tapie
Nous prendrais-tu pour des enfants
Pour des gugusses ou pour des glands, Guéant
Chirac naguère et sa mornifle
La piste jaunie du Japon
Les juges avant le match qui sifflent
Ayant oublié les ballons
La main d’Henry, rien de gênant
Pour des gugusses ou pour des glands, Guéant
Le seul problème dont on cause
C´est de préparer l’élection
D’2017, v’là qu’on sarkoze
Tant sont morts Copé et Fillon
Tu as choisi un président
Pour des gugusses ou pour des glands, Guéant
La manne qu’Hollande procure
Fait que Sarkozy sans rien faire
Voit venir une investiture
Presque à coup sûr, la belle affaire
Mêm’ sans parti, ce président
Pour des gugusses ou pour des glands, Guéant
UMP et FN s´accrochent
Sarko s’en fout, il fait son beurre
Les deux partis, c’est dans sa poche
Car sa seule chance est un leurre
Lui le sage, lui l’innocent
Pour des gugusses ou pour des glands, Guéant
C’est une escroquerie de taille
Que nous mijote Sarkozy
Restant bien loin de la bataille
Disqualifiant tous les partis
Faut dire là, rien d’évident
Pour des gugusses ou pour des glands, Guéant
Mettrons l’UMP en lumière
Afin de le javelliser
Tous les partis ne valent guère
Bien au dessus, Sarkozy est
2017, c’s’ra évident
Pour les gugusses ou pour les glands, Maman

Chanson : « Aidons Guéant » SACEM ©2013
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Les Don Juan » (1962)
Paroles : Claude Nougaro
Musique : Michel Legrand

Création et réalisation :Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers