WANTED DEAD OR ALIVE, PHILIPPE M.

Qui montre-t-on du doigt désormais ?
Le politicien véreux ? La mémère suintante au patchouli envahissant ? Le beauf en chaussettes et tongs, short et marcel crasseux, à l’hygiène douteuse ? Que nenni !
Alors la fofolle fière de lécher la langue de son caniche ? Le futur conducteur chancelant qui, sa clé à la main, essaie d’ouvrir la portière arrière ? Même pas…
On désigne d’un doigt vengeur Philippe M., cet assassin multirécidiviste, qui finira à l’échafaud, après qu’on lui ait piqué tout son fric !

Échappant depuis des années
Aux recherches de la police
Des ennemis publics, l’aîné
Tant sa vie recélait de vice
Il crut un jour, chez braves gens
Trouver un court instant l’hospice
Mais ceux-ci le reconnaissant
Le dénoncèrent à la police
Car Philippe avait sa photo
Dessus tous les murs de la ville
Bien trop célèbre, la faute au
Nombre de ses actions si viles
Sûr qu’à la société sa mort
Rendrait enfin un fier service
Et qu’elle recouvrirait d’or
Son meilleur agent de police
Car ce bourg bénéficiait
D’une renommée enviable
Au point que bien des financiers
Créaient sans cesse usines viables
Qui ne polluèrent jamais
C’est ce qu’affirma la Justice
Par un beau jour du mois de mai
Que fit respecter la police
Des affections et des cancers
De tous les heureux autochtones
La cause restait un mystère
Tant était limitée sa zone
Malgré ses habitants, de fer
Réfractaires à tous ces délices
Qui laissent augurer de l’enfer
Malgré l’effort de la police
Tant de morts expliquées par rien
Il fallait un bouc émissaire
Un ami qui vous veut du bien
Par lettre révéla l’affaire
Elle avait épousé, Nini
Malgré le niet de sa tutrice
Philippe, criminel honni
Que recherchait tant la police
Passe encore que l’on picole
Ou bien que l’on batte sa femme
Que l’on transmette la vérole
Ou bien qu’on deale de la came
Non mais jamais, tabac, jamais
Que tes fumées on ne subisse
La dernière du condamné
Tu n’ l’as pas eue, Philippe Maurice.

Chanson : « Philippe M. » SACEM ©2013
Paroles : Camille
Guitares et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le nombril des femmes d’agents » (1956)
Paroles et musique : G.Brassens

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Publicités