CASSE-TOI, FALCON !

Décidément, il ne changera jamais…
Nicolas Sarkozy n’ira pas rendre un dernier hommage à Madiba dans le même avion que le président Hollande, ne souhaitant pas mélanger ses propres torchons avec les serviettes de François.
Si l’avion présidentiel venait à tomber, il est nécessaire en effet que le génie survive, qui a sauvé la démocratie en France, en Europe et dans le monde, pour reprendre la noble parole d’Henri Guaino. Le voyage étant offert par la République, et donc par tous les Français, il aurait bien tort de s’en priver, non ?

J’veux pas monter dans ton Falcon
Parce que mes pleurs ne sont valables
Que si je les réserve aux cons
Qui trouvent mon retour souhaitable
Et auxquels tu donnes des boutons
J’veux pas monter dans ton Falcon
T’as fait l’erreur de m’inviter
Quand mon brain-trust ne trouvait rien
Pour expliquer, mais rien de rien
Qu’en Afrique je la ramènerai
Vu mes discours hors-de-saison
J’veux pas monter dans ton Falcon
Si tu savais combien j’espère
Que ton camp commette un faux-pas
Que t’aies la cravate de travers
Quand je suis top-model sur moi
Le monde qui vote « looks the fachon »
J’veux pas monter dans ton Falcon
Oh oui ! Le Pen est bien mieux d’bout
Oh oui ! Le Pen, elle est plus belle
C´est vrai qu’Le Pen pousse à la roue
C´est vrai qu’Le Pen, elle me rend belles
Les voix que portent la déraison
J’veux pas monter dans ton Falcon
Et si mon geste dégueulasse
Va coûter nombre de dollars
Crois bien, François, que nul hasard
N’ présida à sa conception
Dans la mesure où j’ souhaite ta place
J’veux pas monter dans ton Falcon
Mais bonjour ! Mâme Marine Le Pen
J’veux pas monter dans son Falcon
Parce que mes pleurs ne sont valables
Que si je les réserve aux cons
Qui trouvent mon retour souhaitable
Et auxquels il donne des boutons
J’veux pas monter dans son Falcon

Chanson : « Casse-toi, Falcon ! » SACEM (c)2013
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » Les bonbons » (1964)
Paroles et musique : Jacques Brel

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Dessin de NA.
Visitez son blog à l’adresse suivante : http://www.dessinateur.biz/blog

Publicités

BALLADE DE MANDELA NELSON

 

Ça c’est l’histoire
De Mandela Nelson
Qu’si longtemps emprisonn-
a l’apartheid de la RSA
L’Histoire donne
Des l’çons comme ça
Pour faire court
Pauvre Mandela Nelson
Ouais, d’la terre creusa des tonnes
Et ses jours de taule comptés
Vingt-sept automnes
Autant d’étés
Restant dur au mal
Toujours Mandela Nelson
Toujours dign’ de sa personne
Pour ses idées combattant
Et qui pardonne
Après ce temps.
Oh ! Madiba dit
Moi Mandela Nelson
Je n’suis rien ni personne
Car c’était la condition
Pour qu’enfin sonne
Le glas des…

Chanson : « Ballade de Mandela Nelson » SACEM ©2013
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Ballade de Mélody Nelson » (1971)
Paroles : Serge Gainsbourg
Musique : Jean-Claude Vannier
Musique additionnelle : « Requiem pour un con » (1968)
Paroles et musique : Serge Gainsbourg

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Crédits images : http://www.aht.li/2231728/CREDITS_IMAGES_MANDELA_NELSON.doc

RESPONSABLE ? VOUS ÊTES SÛR ? AH BON… ( « L’État forteresse » )

Combattre l’État n’est pas une mince affaire, je vous l’affirme.
Lorsqu’un citoyen est condamné, le bras armé de la République s’abat aussitôt sur lui, et avec force, et beaucoup le savent, et ont payé pour savoir.
Lorsque par contre, c’est l’État qui est condamné, fut-ce à plusieurs reprises, ce n’est plus la même musique, et il use souvent de tous les artifices imaginables, sans jamais s’en sanctionner… mettez-vous « à sa place » ! Hélas, sa dette reste au bout du compte la nôtre, la vôtre, et ce que me doit l’État depuis plus de six ans, m’affamant et me devant environ 120 000 euros depuis, devra bien un jour prochain m’être reversé… Sus à la forteresse !

L’État n’est qu’une forteresse
Que rien ni personne ne presse
Et qui choisit les documents
Qui font la pluie et le beau temps
Et même si certains témoignent
Qu’un jour, on vous l’a mis dans l’oigne
Rien ne vous sert de contester
Pour elle, elle a l’éternité
Tourne le… tourne le… tourne le temps
À notre détriment…
L’État n’est qu’une forteresse
Que rien ni personne n’agresse
Seriez-vous porteurs de ses lois
S’en fout, ne les applique pas
Si des tribunaux sur la touche
Le mettent, glacée est la douche
Croyez-vous qu’il en soit mouillé
Il en sort sec et guilleret
Tourne le… tourne le… tourne le temps
À notre détriment…
L’État n’est qu’une forteresse
Qu’il faut recontester sans cesse
Ministres ne font que passer
Mais haut-fonctionnaire, jamais
Aucune chance que trépassent
Ceux qui devant vos dossiers passent
Dont on ne connaît pas le nom
L’irresponsable a ses raisons
Tourne le… tourne le… tourne le temps
À notre détriment…
Tourne le… tourne le… tourne le temps
À notre détriment…

Chanson : « L’État forteresse » SACEM ©2013
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Forteresse » (1992)
Paroles : Brice Homs
Musique : Michel Fugain

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers