VACHE ELKABBACH : SACRÉE OU ENRAGÉE ? (« Les insulteurs»)

Enfant, on m’apprit le respect… de tout… de tous…
À respecter les vieux, les femmes enceintes, les uniformes et tout le reste.
J’avais dix ans et donnais quelques centimes de mon rare argent de poche aux mendiants infirmes que je croisais, par amitié et non par aumône honteuse pour nous deux, et leur remerciement n’avait rien de servile.
À respecter tout être vivant : pigeon, fourmi, araignée, et moi-même, au même titre.
À respecter les autres, quels qu’ils soient, même alors curieux, intrigué ou inquiet de leurs différences, sans jamais ressentir le moindre mépris ou le moindre sentiment injustifié d’une « supériorité » quelconque.
J’en remercie à jamais mes parents, qui m’ont appris que le respect préalable se devait, mais plus tard se devait d’être mérité.

De plus en plus, on voit des journaleux
Vautrés dans le déni et dans l’insulte
D’ouïr réponse, se souciant peu
Tant priment pour eux leurs questions d’inculte
Pour qui se prennent tous ces Elkabbach
Manquant de respect aux auditeurs
On peut être un contradicteur vache
Sans pour autant être un insulteur
J’ai souvenir du temps de Michel Droit
Son ADN présent sur les chaussures
De ces gugusses représentant l’État
Tant il en avait léché les coutures
Pour qui se prennent tous ces Elkabbach
Manquant de respect aux auditeurs
On peut être un contradicteur vache
Sans pour autant être un insulteur
Qu’un journaliste puisse être engagé
Je vous l’avoue, ne me dérange guère
Tant que d’humeur, il limite aux papiers
Son allégeance à feu le RPR
Pour qui se prennent tous ces Elkabbach
Manquant de respect aux auditeurs
On peut être un contradicteur vache
Sans pour autant être un insulteur
Il faudrait parfois la raison garder
Lorsqu’un interlocuteur minuscule
Prétend certains gouvernants secouer
Par une agressivité ridicule
Qu’on les ait choisis ou non , l’évidence
Est qu’ils sont légitimes, n’en vous déplaise
Et c’est au déshonneur de notre France
Que certains cons ramènent là leur fraise
Pour qui se prennent tous ces Elkabbach
Manquant de respect aux auditeurs
On peut être un contradicteur vache
Sans pour autant être un insulteur

Chanson : « Sarko, il pleure » SACEM ©2014
Paroles : Camille
Guitares et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Une jolie fleur » (1954)
Paroles et musique : Georges Brassens

Publicités

Une réflexion sur “VACHE ELKABBACH : SACRÉE OU ENRAGÉE ? (« Les insulteurs»)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s