IL FAUT SAUVER LE SOLDAT E.N. (« L’avenir bouché »)

La logique comptable de la réduction du nombre de fonctionnaires voulue par Nicolas Sarkozy, au lieu de se fonder sur une basique règle de trois (ignorée naguère par le ministre lui-même, un certain Xavier D., resté sec devant le tableau d’Ariane Massenet) sur tous les fronts uniformément, eut pu et dû respecter les piliers de la République que sont la sécurité publique, la justice, l’éducation et la santé.
Aujourd’hui plus encore qu’hier, l’Éducation nationale est sinistrée, c’est là sans doute un constat objectif et partagé. Les raisons en sont multiples, mais le combat d’idées et les arguments invoqués pour y faire des économies budgétaires apparaissent à la fois bassement politiciens et financiers, au détriment des élèves, des familles et de l’avenir du pays.
Pire, la difficulté du métier, le niveau d’études exigé (bac + 5, même en maternelle), sa pénibilité, les mutations exogènes, la rémunération insuffisante ne saurait attirer les diplômés, et sans doute pas forcément les plus à même d’exercer. Bref, les concours de recrutement ne remportent pas le succès espéré.
http://www.lexpress.fr/education/le-prof-une-espece-en-voie-de-disparition_1534314.html
La démarche visant à la privatisation, depuis longtemps en marche, se rapproche à grands pas, pour de juteux profits, voire des endoctrinements incontrôlables. Rappelons que Nicolas Sarkozy a largement préparé la manœuvre,
accordant au Vatican la possibilité de délivrer tout diplôme hors le contrôle habituel de l’État, ce que nous avions dénoncé déjà en juin 2009.
http://www.youtube.com/watch?v=JiITzKZuo24

Quand on n’a que privatisation en tête
Dans le seul but d’enrichir ses copains
On se fout bien des garçons, des fillettes,
De leur avenir, oubliant qu’il faut bien
Qu’on enseigne
Faut qu´ les riches puissent s’éclater
Faut qu´ les riches puissent se goinfrer
Faut qu´ les ânes restent bâtés
Qu’on enseigne
Faut qu´ le citoyen banal
Aux faits ne pigeant que dalle
Vote pour la pomme qu’son journal
Lui enseigne
Faut pas qu´ l’école lui apprenne
À réfléchir par lui-même
À approfondir les thèmes
Qu’on enseigne
Alors on méprise les profs
On les paie comme des Russkofs
On prépare la catastrophe
On les saigne
Bien fort
C´est bien Sarko qui Grenelle mit à terre
Réduisant le nombre des professeurs
Continuant à les payer misère
Qu’les derniers bons aillent se faire aimer ailleurs
Faut qu´t’enseignes
Si au concours, restent des places
C’est qu’la paie est dégueulasse
Pour prof de maths à Arras
Faut qu´t’enseignes
Faut oublier qu’ ton cousin
En travaillant de ses mains
Gagne deux fois plus au moins
Mais faut qu´ t’enseignes
Si c´est pas toi qui t’en charges
Laïc pour un public large
Les croix en feront des barges
Faut qu´t’enseignes
Faut qu’ demain ça soit ton tour
Pour que demain soit un jour
De vote citoyen toujours
Tiens ! Voilà ton bulletin ! Voilà ton bulletin ! Voilà ton bulletin !

Chanson : « L’avenir bouché » SACEM ©2014
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Les joyeux bouchers » (1955)
Paroles et musique : Boris Vian

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s