AH, LES SELFIES…

Avant, dans des temps plus anciens, la photographie était souvent solennelle et nous était chère, dans toutes les acceptions du terme, même avant le 5 de chaque mois. Chacune était pensée, envisagée, pesée, estimée… l’index déclencheur pesait bien lourd, ne gravant pour l’éternité que paysages admirés, êtres aimés ou évènements exceptionnels. Certains rouleaux en cours tardaient à atteindre leur bout, rien ne justifiant leur avancée : on développait donc parfois bien après, fut-ce au bout d’années même.
Aujourd’hui, il y a les selfies, pour notre plus grand bonheur : on est si pressés, si beaux et si intéressants…

C’que c’est con, la mode aux selfies
Qui consiste à faire prisonniers
Tous les reflets de notre vie
Et de tout ce qui nous entourait
C’que c’est con, la mode aux selfies
Cette manie de s’tirer l’portrait
Pour bien montrer à nos amies
Qu’on a tous une gueule de raie
Quand t’es connu, au cinquantième
De la journée, t’as tes vapeurs
Et t’aimerais bien qu’on se souvienne
Qu’avant d’chanter, tu fus boxeur
C’que c’est con, la mode aux selfies
Même pas sûr qu’elle va passer
Narcisse se trouve toujours joli
C’est lui la vraie célébrité
Ne bougeons plus
C’que c’est con, la mode aux selfies
Poussez-vous, qu’on ne voie que moi
Et derrière moi Laurent Baffie
Ou la poitrine de Nabilla
C’que c’est con, la mode aux selfies
Quels que soient l’instant et l’endroit
T’es connu, j’te prends en selfie
Que tu en sois d’accord ou pas
Que dirais-tu d’un de ce monde
Passant ses jours à s’admirer
Au miroir ou reflet de l’onde
Sinon qu’il est fou à lier
C’que c’est con, la mode aux selfies
Et même quand la Mort va passer
Vous lui direz, tant l’pli est pris
Un selfie, Camarde, s’il vous plaît
Ne bougeons plus
Attention 1, 2, 3, j’appuie !
On est cons pour l’éternité.

Chanson : « C’que c’est con, la mode aux selfies » Sacem © 2014
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale:  » C’que c’est beau, la photographie  » (1968)
Paroles : Jean Cosmos
Musique : Hubert Degex

Crédits images : http://www.aht.li/2433178/CREDITS_IMAGES_SELFIES.odt

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

UMP : OÙ SONT PASSÉS NOS EUROS ?

Pas question d’évoquer ici toutes les affaires financières apparemment scandaleuses au point que les élus UMP interrogés, tous honnêtes et dont la bonne foi aurait été surprise à l’insu de leur plein gré, exigent aujourd’hui les comptes qui hier encore ne les intéressaient nullement (en auraient-ils profité?), que les responsables en soient connus (connais-toi toi même) et sévèrement châtiés (pas vus, pas pris), faisant selon la formule consacrée en politique, souvent par des « innocents, jurant les yeux dans les yeux » , puis ensuite condamnés : confiance dans la justice de notre pays (fermez le ban).
Halte aux comédies abracadabrantesques ou grotesques ! La vraie question qui intéresse les Français, qui « ont le droit de savoir », reste : « Où est passé l’argent public alloué à l’UMP, auquel s’ajoute celui des déductions fiscales liées au Sarkothon ? »

Après avoir endetté le pays à des profondeurs abyssales, ces grands gestionnaires très critiques de celle de la gauche devraient sous peu devoir mettre la main à la poche. Et la leur, cette fois : depuis le temps que nous attendons ça…

On sort les scandales à la chaîne
Sur les finances de l’UMP
À la grande joie des Le Pen
Dont le tour n’est pas arrivé
Tant d’électeurs en nombre à perdre
Et tant de cartes déchirées
Oui mais voilà
Pendant que les derniers morènent
On entend les Français crier
Qu´est-ce qu´on a fait de nos euros
Envolés à grande échelle
Qu´est-ce qu´on a fait de nos euros
République, il nous les faut
Même si Sarkozy enrage
Derrière ses écrans de fumée
Lui qui ose la jouer vieux sage
Irréprochable et calomnié
Pour lui, y a pas de temps à perdre
Sinon 2017, râpé
Oui mais voilà
Pendant que les affaires s’enchaînent
On entend les Français crier
Qu´est-ce qu´on a fait de nos euros
Envolés à grande échelle
Qu´est-ce qu´on a fait de nos euros
République, il nous les faut
N’oubliez pas, crétins,crétines
Que ce sont bien tous les Français
Qui ont cotisé pour l’usine
À gaz qui s’appelle UMP
Et que le Sarkothon lui-même
Chacun de nous l’a financé
Via déductions, bien le bonjour du capitaine
Il est temps de vous réveiller
On a retrouvé les euros
Z’étaient planqués aux Seychelles
Bien sûr, pas au nom d’ Sarko
Ça, c’est une sacrée nouvelle
La la la la la la la
La la la la la la la la
la la la la la la la
La la la la la la la

Chanson : « On s’en dit sur Sarko » SACEM ©2014
Paroles : Camille
Interprétation: Jean-Marie

Chanson originale : « L’incendie à Rio » (1966)
Paroles : Maurice Tézé Musique : Gérard Gustin

Crédits images : http://www.aht.li/2420705/CREDITS_IMAGES_ON_S_EN_DIT.odt

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

LE PELICAN DE PAUL BISMUTH (« Le Nicolas »)

Dressé sur ses ergots, droit dans ses talonnettes, il va bientôt multiplier les pains, prenez garde ! En attendant ce jour, il commence par multiplier les conseils : avocat lui-même, son avocat dans la même mayonnaise de garde à vue, il doit en prendre un de plus, et son avocat de même : autant de crabes, autant d’avocats ? Peut-être… et c’est pas fini…

Qu’arrive-t-il, mais oh la la
Voilà-t-y pas que Nicolas
Se retrouve dans l’embarras
Ce jour rattrapé par les lois
Sarkozy, pourtant avocat,
La robe, en fait, ça sert à quoi
Ne connaîtrait-il plus le droit
Pas plus qu’Herzog, son avocat
Et ce Herzog, son avocat
Prend, à son tour, un avocat
Haïk, pour sortir des tracas
Tuyaux de poêle, dans ce cas
Cela pourrait durer la vie des rats
S’il n’y avait pas de magistrats.

Texte de Camille: « Le Nicolas » Sacem © 2014
Inspiré du poème de Robert Desnos : « Le pélican »
Lu par Jean-Marie

Musique : Extrait de la 5° symphonie de Ludwig van Beethoven

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers