UN NOUVEL AMI QUI L’AFFICHE MAL (« Grâce à Ménard »)

C’est un message national provocateur qui nous est venu de Béziers, par le biais d’une affiche se prétendant rassurante pour la population locale. Une récente actualité a hélas démontré que face aux armes de guerre dont usent aujourd’hui la plupart des délinquants, le pouvoir d’intimidation d’un pistolet automatique ne pèse pas bien lourd : le nouvel ami de la police municipale biterroise ne rassurera donc que son porteur, ne pouvant en user qu’en état de légitime défense. Certes, les policiers municipaux doivent être protégés, puisqu’ils nous protègent : de là, par affiche, à glorifier « à l’américaine » le gun et à le qualifier d’ami, il n’y a qu’un pas vers l’idée d’auto-défense, voire de milices privées. Aux démocrates de rester vigilants…

J’aime flâner ici chez Ménard
Depuis, depuis, depuis que tous les flics ont un pétard
Moi, qui avais si peur des noirs
Des barbus d’Kaboul
J’en voyais partout dans la foule
Dès qu’il y avait, au hasard
Un drôle de bruit, une sonnerie
Ou une odeur bizarre
J’étais tombé dans un traquenard
L’est fini ce temps
Depuis qu’il y a Ménard
Je ne suis pas la moitié d’un con
J’ suis Gédéon, Français de Rennes
Même si Teuzmany est mon nom
Et ma mère italienne
Et moi, Gédéon Teuzmany
J’aime pas les gens qui ne font rien
Et tous ces étrangers ici
Séchant aux fenêtres leur ni-
Qab sous les yeux de leurs voisins
J’aime flâner ici chez Ménard
Depuis, depuis, depuis que tous les flics ont un pétard
Je vois enfin pointer l’espoir
Dans ces revolvers
Qui protègent le populaire
Calibre qui est enfin mis
Dans les mains compétentes d’un grand nombre de mes amis
Auxquels je paie des coups à boire
Sans pouvoir les suivre
Tant à Béziers, y a de bars
J’aime flâner ici chez Ménard
Je vais pouvoir dire à tout l’monde
Sans crainte d’un coup d’pétard
Ma conception du pouvoir
De la politique
Et d’ma vision d’ la République
Tout c’ que je pense de l’arc-en-ciel
De toutes ces aides que l’on donne
D’façon artificielle
Qui laissent en moi un goût de fiel
Comme une tumeur, mais j’ai la lueur
D’un monde enchanteur
Grâce à Ménard

Chanson : « Grâce à Ménard » SACEM ©2015
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Les Grands Boulevards »(1952)
Musique : Norbert Glanzberg
Paroles : Jacques Plante

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Publicités

3 réflexions sur “UN NOUVEL AMI QUI L’AFFICHE MAL (« Grâce à Ménard »)

  1. Vos droits d’auteur et interprète : dix ans de camp quand la Marine, la fille de l’autre Jean-Marie, sera au pouvoir. ;o)
    Viendez donc lire mon blogue. Quand j’y fais de l’humour, c’est pas toujours bien compris. Pourtant j’y ai mis une parodie chantée qui me plaît bien.

    J'aime

  2. …Plateforme en crise, énergumènes souffrant de déséquilibre mental, il devient périlleux de naviguer sur les blogs. Je m’y hasarde quand même pour y passer un moment de loisir. Merci de votre partage. Amicalement, Paul

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s