LA TRUITE DE JOUBERT

En hommage à Francis Blanche (« laissez-moi dormir… j’étais fait pour ça »), aux indispensables Frères Jacques et à un ami cuisinier, gastronome et poète (entre autres), dénommé Victor Aïoli * , alias Joubert, voici avec le concours de Jean-Marie (qui s’est coupé en quatre pour vous) notre façon mode 2009 d’accommoder : « La truite »…

Encore elle frétille
Sortie tout droit de son torrent
Arc-en-ciel, elle brille
Avec des reflets d’argent
Je dis : « Cette beauté mérite
Les soins éclairés d’un expert
Sa recette, je connaîtrai vite
D’la truite de Joubert »
Je cours, j’arrive en nage
Et toque à l’huis de sa maison
Sachant le personnage
Très porté sur le poisson
Qu’il fallait préparer très vite
Tant torride était l’atmosphère
Pour mieux déguster ensuite
La truite de Joubert
Il finit par m’entendre
Me fit entrer dans la maison
Je ne vais pas m’étendre
Sur sa belle décoration
Remerciant, il me prit la truite
La rangea dans son Frigidaire
Elle était au frais la truite
La truite de Joubert
Puis ce fut un cortège
D’échange de tours de main
De recettes d’œufs à la neige
Tarte aux pommes et chaud gratin
Il partit et revint (tout)de suite
Avec un cruchon et deux (grands) verres
Elle, elle attendait, la truite
La truite de Joubert
Elle, elle attendait, la truite
La truite de Joubert
On parla Colombelle
Cinsaut, Cabernet franc, Syrah
Pinot gris, Muscadelle,
Merlot, Carignan, Duras
C’est alors que j’ compris bien vite
Voyant toujours emplis nos verres
Qu’elle ne cuirait pas de suite
La truite de Joubert
Nous ne fûmes pas sages
Riant sans compter les canons
Il faut dire qu’à notre âge
On aime bien ce qui est bon
Quant à l’objet de ma visite
Cette offrande culinaire
On l’a oubliée ……………. de Joubert
Nous parlâmes de rimes
De toutes nos passions
De Sarkozy, de ce régime
De ce parlement paillasson
Puis de citations érudites
De pétanque (et) de football peuchère
Mais toujours pas de la truite
La truite de Joubert
Mais toujours pas de la truite
La truite de Joubert
Fut bien graissée la meule
Et ce pendant des heures
Et puis je suis parti à pied vers ma maison
De chez lui, Victor m’a appelé tout à l’heure
Tout navré de n’avoir partagé ce poisson
Et moi je lu’ ai dit tout de suite
Que cela ne me gênait guère
Car moi je ne mange jamais de truite
Ça m’donne de l’urticaire.

Chanson : « La truite de Joubert  » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le complexe de la truite » (1960)
Paroles : Francis Blanche
Musique : Franz Peter Schubert

Quintette en la majeur, D.667 « La Truite » (composé en 1819, publié en 1829)

Publicités

Une réflexion sur “LA TRUITE DE JOUBERT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s