SARKOZY : COMBIEN DE DIVISIONS ? (« Le diviseur de la République »)

Cela n’aura pas duré très longtemps ! Le mur immaculé (censé cacher de la route aux yeux des électeurs potentiels le dépotoir des affaires et une enseigne UMP rouillée et cabossée) se craquelle déjà. En coulisse, on s’agite, on complote, on se menace, on s’injurie, on aiguise les couteaux et les sabres, une miséricorde cachée dans la manche. Cette union tant vantée n’était donc que de façade ? Quelle surprise de voir si vite cette communauté réduite aux aguets… Et la foire aux bonimenteurs ne fait que commencer !
« L’élection encourage le charlatanisme », cette forte parole est actuelle. Il est vrai qu’elle ne date que de… 1871, sous la plume d’Ernest Renan.

Parmi mes nombreux travers
Dieu sait s’ils sont divers
Ce, de façon notoir’
J’en ai un très important, un truc de président
Je divise les Français
Ce n’est pas compliqué
Il vous suffit de voir
Je choisis le bon moment et je suis là, clivant
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Si certains trouvent ça pathétique
J’en ai rien à braire
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Même si ça rend antipathique
C’est mon seul but en politique
Le sort de tout un chacun
M’indiffère à un point
Quasiment indécent
Quand je pense qu’il y en a qui m’ont élu pour ça
Je spécule sur leurs peurs
Sacrifie leur bonheur
Au profit de l’argent
Pour le bien des quelques-uns qui me font candidat
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Si certains trouvent ça pathétique
J’en ai rien à braire
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Même si ça rend antipathique
C’est mon seul but en politique
Président d’ tous les Français
Tout ça, c’est dépassé
J’ m’occupe pas des claque-dents
Moi je suis le président de ceux qui pèsent lourd
Tant pis pour ceux qui ont cru
Que l’homme de la rue
Entrerait dans mes plans
T’as qu’à avoir des millions, espèce de balourd
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Si certains trouvent ça pathétique
J’en ai rien à braire
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Même si ça rend antipathique
C’est mon seul but en politique
Je n’écoute ni les potins
De gens qui auraient faim
Ni tous ces fainéants
Qui se plaignent d’avoir peine à joindre les deux bouts
Retroussez vos manches, enfin
Bougez-vous, les clampins
Faites comme moi de l’argent
Moi, tout comme le Veau d’or, je suis toujours debout
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Si certains trouvent ça pathétique
J’en ai rien à braire
Je ne cherche qu’à diviser la République,
République, République
Même si ça rend antipathique
C’est mon seul but en politique

Chanson : « Le diviseur de la République » SACEM ©2015
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Les amoureux des bancs publics » (1952)
Paroles et musique : Georges Brassens
Musique extraite du CD « Chantons Brassens »

Publicités

Une réflexion sur “SARKOZY : COMBIEN DE DIVISIONS ? (« Le diviseur de la République »)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s