PAS CONX, LE FONX… (« Macron et les ronds-de-cuir »)

La mode est au safari : non au paisible, photographique, mais au vrai, au sanglant, au brutal, visant à tuer, voire à faire disparaître parfois des espèces menacées, partout sur la planète de l’Homme. Depuis bien des années, nos élites chassent le fonx…
Le fonx est un animal domestique obéissant, docile, bien élevé, que l’on trouve partout dans nos régions, le plus répandu étant le fonx basicus ; Paris et quelques grandes villes ayant la chance d’avoir de nombreux représentants du fonx altus, bien plus rare et donc bien plus cher. Car l’entretien des fonx, aux yeux de beaucoup, serait un puits sans fonx.
Pourtant, à sa décharge, le fonx ne se reproduit pas (bien qu’il essaie souvent avec d’autres fonx, cela même sur son lieu de travail) : sa chasse permanente vise donc à une extermination totale à court terme.
Mobilisons-nous pour sauver le fonx ! Tous ensemble, tous ensemble ! Ouais, ouais !

Vous les bons franchouillards, grognons, atrabilaires
Qui si souvent pestez vous plaignant de trop peu
De services, épargnez le brave fonctionnaire
Cinquième roue du char, car il fait ce qu’il peut
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
Un jour, à l’Intérieur, désert à l’évidence
Un brave homme dormait sur son bureau ciré
Clemenceau incita son chef à l’indulgence
« Ne le réveillez pas, le pauvre, il s’en irait ! »
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
Car s’ils s’en vont parfois, c’est déjà qu’ils arrivent
Et les réveils sont durs à remonter ma foi (pas de blanc avant ma foi)
Dans les pannes électriques qui de courant les privent
Ils arrivent bien tous, oui mais dans quel état
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
L’Etat, oui, parlons-en, parlons de l’Etat frère
Que nous imaginons respectant nos consœurs
Ce n’est qu’un phallocrate, macho autoritaire
Au point qu’il interdit de crier : « Et ta sœur ? »
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
La journée de ces dames est longue, il faut comprendre
Que si vous attendez parfois pendant des heures
C’est qu’il faut éplucher des légumes bien tendres
Qu’ils soient tout prêts, le soir, pour leur autocuiseur
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
C’est à pied, à cheval, parfois même en voiture
Que vous les emmerdez, les pauvres cheminots
Ces rares jours de grève montrent votre imposture
Vous n’avez d’autre choix pour aller au boulot
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
Pensez donc à l’agent, gestionnaire docile
(l’Etat vous doit un stage et plus rien dans les caisses)
Forcé de vous écrire à votre domicile
« On ne peut vous payer, on n’a pas votre adresse »
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
Ce dossier refusé, sans moyen de riposte
C’est parce que vous vous êtes trompé d’imprimé
Même si c’est celui envoyé par la poste
Vous auriez dû savoir qu’il était périmé
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
Pour autant n’allez pas vous plaindre car c’est pire
Sans mauvais sang non plus, même pour aguicher
Car dans tout fonctionnaire, il sommeille un vampire
Et vous serez exsangue au sortir du guichet
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
Quand vous apercevrez, sur le bord d’une route
Trois ouvriers dormant appuyés sur trois pelles
Alors qu’un autre, lui, travaille à grosses gouttes
C’est qu’une quatrième manquait à l’appel
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
Vous perdez vos papiers, bast, séchez donc vos larmes
Mais quand vous irez le signaler d’un bon pied
Ne vous étonnez pas si le brave gendarme
Commence par demander : « Vous avez vos papiers ? »
Ne jetez pas la pierre à un seul fonctionnaire
Y en a derrière…
J’arrêterai ici cette trop longue liste :
Vous l’auriez deviné, je n’en crois pas un mot
Il faut rire de tout, je suis un humoriste
Fonctionnaire moi-même, et j’écris du bureau.
Ne jetez pas la pierre au brave fonctionnaire.

Chanson : « Macron et les ronds-de-cuir » SACEM ©2008
Paroles : Camille
Guitares et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « A l’ombre des maris » (1972)
Paroles et musique : Georges Brassens

Credits images : http://www.aht.li/2737946/CREDITS_IMAGES_FONCTIONNAIRES.odt

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès,chansonniers

Publicités

CHANTE, MIMI, CHANTE ! (« Son credo »)

Dans les meilleures familles, il existe parfois de lourds secrets, voire simplement des faits malencontreux dont le souvenir peut vous rendre rétrospectivement honteux. C’est mon cas, hélas, depuis le 21 novembre 1965 : avant ce satané dimanche, je portais haut l’étendard et le blason de ma ville natale, célèbre dans le monde entier pour un autre de ses ponts… oui, j’étais fier d’être né « à Avignon » (et non « en », comme on l’entend parfois à tort dans des bouches avignonniaises) quand soudain mon sang ne fit qu’un tour (des remparts) ! Au « Jeu de la chance », on présentait une payse (j’en piaffais d’impatience, elle depuis bien des années déjà) : elle parla et chanta…
Depuis, ma vie a changé… je suis né « en Provence » et j’écris parfois des parodies, pour le plaisir ou pour des amis, souvent les deux. Celle-ci, écrite pour l’inimitable imitateur Tony Pace en 1993, fut interprétée avec talent en 2008 par Valérie Letellier, « ex-légionnaire » (private joke) tout comme nombre de bons copains, Jean-Marie et moi-même.
Bonne écoute et… euh… pardon, Mimi.

Oui, je crois que la vie ça commence au moment où l’on naît
Oui, je crois que marcher ça commence en avançant un pied
Oui, je crois que très souvent la pluie précède le beau temps
Oui, je crois que malheureusement elle le suit également
Aussi vrai que notre beau Soleil tourne autour de la Terre
Ou bien je m’ai gourré, peut-être le contraire
Que la nuit suit le jour et réciproquement
Oui, je crois que le cri du corbeau
Ça ressemble un peu à un « Croâ ! »
Que le chat fait « Miaou ! » et que le bon chien fait « Ouah ! Ouah ! »
C’est ce que j’ai appris dans mon livre en tout cas.
Oui, je crois que du Mexique vient mon fiancé Ramoñ
Oui, je crois qu’avant lui je n’avais pas vu de Mexicoñ
Oui, je crois, lui et moi, moi et lui, c’est le couple parfait
Oui, je crois que dans « Tournez, manèges », on aurait le trophée
Aussi vrai que notre beau Soleil tourne autour de la Terre
Ou bien je m’ai gourré, peut-être le contraire
Que la nuit suit le jour et réciproquement
Oui, je crois que le cri du corbeau
Ça ressemble un peu à un « Croâ ! »
Que le chat fait « Miaou ! » et que le bon chien fait « Ouah ! Ouah ! »
C’est ce que j’ai appris dans mon livre en tout cas.
Oui, je crois…

Chanson : « Son credo » SACEM ©1993
Paroles : Camille
Interprétation : Valérie Letellier

Chanson originale :« Mon credo » (1966)
Paroles : André Pascal
Musique : Paul Mauriat

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

MIGRANTS, OUI ! … MAIS DES GENS D’ICI (« Qu’on naît bien »)

La guerre tue, sans discernement, et le sang qui coule a partout la même couleur : mais pas pour tout le monde apparemment. L’Europe, après un bref entre-bâillement de porte, déroule les barbelés ; certains maires de France, vils trieurs de patates, se disent en droit de choisir leurs miséreux, sur des critères de croyance, se voulant en capacité de voir l’invisible, « pour une foi »… C’est la vingt-cinquième heure, braves gens, « on » veille sur vous !

Irakiens
Inch Allah
Ou Syriens souhaitant vivre en paix
Qu’on est bien
Loin des combats
Qu’on est bien
Une fois
Qu’on a fui la mort à grands pas
Qu’on est bien
Dans ces cas-là
C’est affreux, la guerre
Le prochain y tue son prochain
Frère contre frère
Et le métal des armes est bien dur à l’humain
Irakiens
Inch Allah
Ou Syriens souhaitant vivre en paix
Qu’on est bien
Loin des combats
Qu’on est bien
Une fois
Qu’on a fui la mort à grands pas
Qu’on est bien
Dans ces cas-là
Ces flux migratoires
En Histoire sont si courants
Qu’il faut être ignare
Pour prétendre que l’on n’était pas au Coran
Irakiens
Inch Allah
Ou Syriens souhaitant vivre en paix
Qu’on est bien
Loin des combats
Qu’on est bien
Une fois
Qu’on a fui la mort à grands pas
Qu’on est bien
Dans ces cas-là
Certains en profitent
Dénigrant l’accès des migrants
Oubliant trop vite
Que la France accueillit naguère leurs parents
Toi chrétien
Fils d’Allah
Druze, copte, kurde ou athée
On n’est rien
De plus que
Toi
Les gens bien
S’arrêtent à
Vouloir vivre ensemble et en paix
Et tant pis pour les cons
Bas.

Chanson : « Qu’on naît bien » SACEM ©2015
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Qu’on est bien » (1957)
Paroles et musique : Guy Béart

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès,chansonniers

ELLE CHUCHANTE, IL SARKOZE (« Le ticket gaulois »)

Vous en aviez rêvé, les Sarkozy l’ont fait : le ticket gagnant, le deux-en-un, le duo de rêve.
Carla sur la scène, Nico au pupitre, nos deux colombes roucoulent de concert à l’étranger, chacun suivant la tournée de l’autre en faisant des gâches de son côté.
Un autre grand humoriste français mêlait ainsi souvent musique et comique, Raymond Devos : il est vrai qu’il était Belge…

Connus, repus, l’argent était leur quête
À la bonne franquette
Car l’un, Carla
C’était le ticket gaulois
Ils prenaient la route
De Londres à Beyrouth
Pour se faire quelques sous
Et Carla Bruni
Au timbre si doux
Jouait la cinquième roue
Après Sarkozy
Roi d’ l’économie
Qu’on ne peut voir en peinture
Géopolitique
Prompt à la critique
Parangon de la Culture
Connus, repus, c’ duo à talonnettes
Était prêt pour la quête
Car l’un, Carla
C’était le ticket gaulois
Il est insensé
De faire plus français
Ce, du moins, à l’étranger
Même les Le Pen
Ne prennent pas la peine
De songer à le contester
Même le menhir
Au fort de son ire
Ne dit pas fort que la France
Était présidée par un étranger
Et l’on peut lui faire confiance
Blindés, gavés, ils exigent des arrhes
Préférant les dollars
Là et ici
Pour Bruni et pour Sarkozy
Ils sont créatifs
Prix compétitif
Mais on peut s’ poser la question
De savoir en fait
Qui de Carla muette
Ou d’ Sarko nous prenant pour cons
Attire les gars
Pour un bras, ma foi
Payant pour voir ces deux manches
À tort ou raison
Je prône abstention
Pas le QI d’une tanche
Moldus viendus, pour lui de la Hongrie
Carla de l’Italie
Posant, crânant
Sur les scènes ou les plateaux
Bling-bling toujours à l’aise
De l’exil de retour
Quand de Gaulle remercié
Avait rendu les clés
D’ l’Élysée pour toujours
Toujours !

Chanson : « Le ticket gaulois » SACEM ©2015
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « La java des Gaulois » (1958)
Paroles : Bernard Lelou
Musique : Ricet Barrier

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès,chansonniers

HAINEZ-VOUS LES UNS LES AUTRES

Une fois de plus, la sainte famille de Montretout n’a pas attendu Noël pour occuper le devant de la scène politique. Après Marion invitée par un dignitaire local de l’Église à la Sainte-Baume, revoilà Jean-Marie, qui ne l’est pas à l’Université d’été du parti qu’il contribua à créer, Marseille pouvant en ce jour devenir le théâtre de cette guerre de sécession des temps modernes.
Même les Kardashian n’y avaient pas songé…

Dans la chapelle du FN
L’ président d’honneur broie du noir
Lui qu’on souhaite sous l’éteignoir
Et que l’on veut voir écarté
Dans la chapelle du FN
La Sainte-Baume est attristée
Marion a été invitée
La Maréchal a pu chanter
Ah, nous voilà, alléluia, toujours
Alléluia, oui, nous resterons sourds
La France n’a qu’une couleur
C’est celle des frontières de nos peurs
Alléluia, alléluia, toujours
Alléluia, oui, nous resterons sourds
La France n’a qu’une couleur
C’est celle des frontières de nos peurs
Dans la chapelle du FN
Jean-Marie n’est plus bienvenu
Chassé par tous les parvenus
Croyez bien qu’il l’a retenu
Dans la chapelle du FN
Pour ceux manquant de piété
Jean-Marie sera sans pitié
Diable dans le bénitier
(refrain)
Alléluia, alléluia, toujours
Alléluia, c’est une affaire en cours
D’Marine, Marion, il n’a pas peur
Il ne pourra y avoir qu’un seul vainqueur
Alléluia, alléluia, toujours
Alléluia, c’est une affaire en cours
C’est le chômage pour les parieurs
Car pour le FN
Ce sera Le Pen
Toujours le nom du vainqueur

Chanson : « La chapelle du FN » SACEM ©2015
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « La chapelle de Harlem » (1977)
Paroles et musique : Jeane Manson

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/CamilleGomès,chansonniers