TANT DE MEDIAS, SI PEU D’INFOS (« Mais rien ne bouge »)

Je ne sais pas si vous le ressentez de même, mais de plus en plus, je peine devant les journaux télévisés ou les chaînes d’infos en continu dans ma quête quotidienne de connaissance des simples faits : tout me semble déjà dégraissé, taillé, conditionné en barquette, prêt à consommer, sinon pré-mâché ou prêt-à-penser, bien loin de la conception de la presse et de l’information d’un Clemenceau, rédacteur en chef de l’Aurore au moment de l’affaire Dreyfus :
« Les journalistes ne doivent pas oublier qu’une phrase se compose d’un sujet, d’un verbe et d’un complément. Ceux qui voudront user d’un adjectif passeront me voir dans mon bureau. Ceux qui emploieront un adverbe seront foutus à la porte. »
Je ne sais pas si, comme l’affirment souvent les gens de droite empêtrés dans des affaires scandaleuses, tous les journalistes sont de gauche (certains le cachent bien) mais je sais que tous leurs patrons sont de droite et proches des précédents, tant l’argent crée des liens désintéressés.
Ne manquerait plus sur ces affaires qu’une magistrature couchée dans notre actu alitée…

J’ai l’impression que rien ne bouge
En suivant l’actualité
Qui toujours tourne autour du rouge
Du blanc, du noir ou du bronzé
On retrouve après les vacances
Les mêmes propos bien amers
De ceux prônant l’indifférence
À ceux survivant à la mer
{Refrain:}
J’ l’ai déjà dit : j’ l’ai déjà vu
J’ai rien appris, j’en suis déçu
Je les regardais à la file
Les flashs d’infos et les JT
En attendant que se profile
Ce qui pourrait bien m’inspirer
Sur un sujet la sérénade
Ou la moquerie plus souvent
Tout étant prétexte à marrade
Ou à pleurs, ce, suivant l’instant
{au Refrain}
On voit bien moins de reportages
De faits bruts donnant à penser
On n’entend plus que commérages
Dont on pourrait se dispenser
Le journaliste est une étoile
Loin des salles de rédaction
Lisant de façon générale
Le prompteur de l’info-patron
{au Refrain}
Le débat politique en France
N’est plus possible en vérité
Empêché par les idées rances
Des tenants du prêt-à-penser
Pour les ignorants de l’Histoire
Les Marine et les Nicolas
Les Nadine cherchant la gloire
Sont prêts à tout pour quelques voix
J’ l’ai déjà dit : j’ l’ai déjà vu
De ce pays… là, je n’en veux plus…

Chanson : « Mais rien ne bouge » SACEM ©2015
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Les ballons rouges » (1967)
Paroles : Serge Lama
Musique : Yves Gilbert

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès,chansonniers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s