JOURNALISTES, ÇA ? (« Pourquoi s’faire petit devant Salamé ? »)

J’ai récemment entendu une très jeune journaliste réactionnaire invitée d’un plateau télé s’exprimer ainsi, de mémoire : « L’information pour l’information, ça n’a aucun intérêt pour moi » (sic). Et bien, pour moi, oui ! C’est même l’ABC du métier et ce que les gens attendent avant tout… pour pouvoir la décoder et penser par eux-mêmes, et non être dès le départ influencé par une présentation tendancieuse ou dénaturée de l’intégralité des faits. Après, si c’est cela que l’on souhaite, on est libre d’aller acheter le Figaro où travaille cette jeune femme : elle y est en bonne compagnie.
Avoir une carte de presse n’est pas suffisant : encore faut-il s’en servir honnêtement.
Soit se limiter aux faits, soit y mêler ses préférences politiques (normal, à chacun ses sensibilités) mais en les affichant, sans tromperie sur la marchandise : que penseriez-vous d’un critique spécialisé sur la qualité gustative des viandes, y faisant ou défaisant les réputations, en apprenant soudainement qu’il est végétalien ?
Annoncez la couleur : rédacteur ? Polémiste ? Chroniqueur ? Partisan ? Encarté ? Éditorialiste ? Dites-le, les Français ont le droit de savoir !
Quant aux personnes a priori de qualité (pourquoi les inviter sinon), leurs interviews ne sont que prétexte à un jeu de massacre racoleur, souvent indigne, qu’elles soient simple chanteur, écrivain ou Président de la République.
On peut interroger n’importe qui le veut bien, fut-ce un grand de ce monde, mais on ne discute qu’avec ses égaux, et s’ils le souhaitent, uniquement… n’en déplaise aux Salamé, Bourdin, Thréard, Zemmour, Brunet et autres saigneurs de moindre envergure : votre refus de changer de niveau de langage est un manque de respect dangereux pour notre démocratie.

À ses tout débuts, je disais bravo
À la personne
Chargée d’arbitrer Zemmour et Naulleau
En amazone
Pour qu’ »Ça se discute » sans se disputer
La bonne note
Avec le cerveau et le décolleté
Que ça dénote
On se fait tout petit devant Salamé
La vérité sort de sa bouche
On se fait tout petit devant Salamé
Malheur à celui qui la touche
La voilà du coup chez le père Ruquier
La fine mouche
Jouant au sniper, nul n’était inquiet
Sur ses cartouches
Il lui fut facile d’ gouverner Caron
La bonne pâte
De ne plus l’avoir, le petit mignon
Entre les pattes
On se fait tout petit devant Salamé
La vérité sort de sa bouche
On se fait tout petit devant Salamé
Malheur à celui qui la touche
Elle fait sa loi, on file tout doux
Et l’on endure
Le sacré melon qui pousse dessous
Sa chevelure
L’était journaliste, elle est devenue
Du PAF la reine
Auto-proclamée quoique parvenue
Dans cette arène
On se fait tout petit devant Salamé
La vérité sort de sa bouche
On se fait tout petit devant Salamé
Malheur à celui qui la touche
Récemment encore, face au président
François Hollande
Du feu du regard, du blanc de tes dents
Oh, la gourmande
Tu as fait bien plus que ce que devais
Grand bien te fasse
Avec tes pairs seuls, tu peux discuter
Reste à ta place
Pourquoi s’ faire petit devant Salamé
Seuls ses mots sortent de sa bouche
Pourquoi s’ faire petit devant Salamé
Même si elle joue la sainte-nitouche

Chanson : « Pourquoi s’faire petit devant Salamé » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Je me suis fait tout petit » (1955)
Paroles et musique : Georges Brassens

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Publicités

Une réflexion sur “JOURNALISTES, ÇA ? (« Pourquoi s’faire petit devant Salamé ? »)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s