RIO : NUITS BLANCHES ET CAFÉ NOIR

Être informé aussitôt, vivre chaque événement en live, c’est devenu aujourd’hui pour l’immense majorité des gens une impérieuse nécessité. Notre pauvre cerveau est donc de par notre propre volonté constamment submergé par des tsunamis d’informations brutes, souvent non vérifiées, parfois toxiques et manipulatrices, ne nous laissant pas le temps nécessaire à tris et vérifications élémentaires, et encore moins de penser.
Rassurez-vous, braves gens, certains s’en chargent, vous distillant le prêt-à-penser désintéressé que vous souhaitez entendre… vous êtes si fatigués… et c’est pour votre bien, qui pourrait en douter ?
Quel rapport avec les JO, me direz-vous ? Il est pourtant simple…
Veiller jusqu’à quatre heures du matin en espérant que Jimmy Vicaut battra Usain Bolt semble a priori réservé aux insomniaques, aux retraités passionnés, aux travailleurs de la nuit délaissant leur boulot et aux parents et amis proches des athlètes concernés, non ?
Dans tous les cas, vérifiez votre réserve de café… vous en aurez besoin, je pense.
Bons Jeux et « allez la France » !

Je l’attendais depuis longtemps la longue nuit
C’était noté comme important pour ce lundi
Je voulais voir Usain Bolt, les amis
Oh ! Quelle nuit !
J’avais fait un planning spécial pour ce jour-là
Team USA, et puis l’OM, etc.
Deux paquets de café de Colombie
Oh ! Quelle nuit !
Dimanche, j’ai siesté, après repas léger
Il fallait que le soir, je sois en forme
L’ basket m’a réveillé, le foot fait somnoler
J’ai repris dix cafés, c’est pas énorme
Vers les une heure, la tête pleine de p’tits vélos
Et d’escrimeurs, de corps de reines, de Del Potro
Vingtième caoua, j’ai vu gagner Vicaut
Oh ! Quelle nuit !
Plus que deux heures avant du coup le grand moment
L’athlétisme j’adore c’est une chance
Les cafés s’opposant à l’assoupissement
Mon vieux perco criait : « Allez la France ! »
Hélas, bien sûr, malgré tout ça, m’ suis endormi
Le pire étant qu’en me levant vers les midi
Pour m’ réveiller, j’ n’avais plus de café
Oh ! Pauvre vie !
Oh ! Pauvre vie !
Oh ! Pauvre vie !

Chanson : « Café la nuit» SACEM ©2016
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Oh, quelle nuit » (1959)
Paroles : Don Gibson (Adapt. Fr.: Maurice Tézé)
Musique : Don Gibson

Crédits images : http://www.aht.li/2936121/CREDITS_IMAGES_CAFE_LA_NUIT.odt

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s