« SI TU PENSES…. » (« Mes France » [2009])

Tu es jeune, rigolard, sportif, plutôt de gauche… ? Joueur impénitent, toujours à l’affût d’une bonne blague, tu penses être un coureur véloce ? J’ai un défi amusant à te proposer !
Au prochain meeting de Nicolas Sarkozy, quand il reprend son souffle après avoir parlé des Gaulois, place-toi près de la sortie et chante simplement : « Si tu penses que t’es Gaulois, tape dans tes mains ! Clap-clap ! »
Ensuite, cours ! Tu sauras très vite si tu es aussi véloce que tu le croyais.
D’avance, bonne chance et j’espère que tu auras du Bolt, Hussein !

Elle est née bien avant qu’elle ne soit chrétienne
Et déjà ses enfants étaient tous étrangers
Et tous se sont unis au grand plaisir des gènes
Mélangeant les humains dans la fraternité
De France
De partout sont venus les Slaves, les Nordiques
Les Grecs et les Romains, même les Ibériques
Les Bretons, les Normands, Maures et Levantins
Pour tous se réveiller tes fils un beau matin
Ma France
Dire qu’ on est Français ressort de ce principe
Bûcheron Alsacien ou Basque avec sa pipe
Les chauves et les blonds, les rouquins et les bruns,
Les petits et les grands, nous sommes tous cousins
En France
Le pouvoir détenu par clergé et noblesse
Fille aînée de l’Eglise pour maintenir richesse
Les rois t’ont baptisée, et Villers-Cotterets
Pour t’uniformiser t’imposa le français
Ma France
Puis ce furent les guerres, nos rois s’amusaient bien
Contre Anglais, Autrichiens, Espagnols ou Prussiens
Envoyant à la mort gens de la populace
En leur affirmant fort qu’ils étaient une race
La France
Mais de race française il n’y en eut jamais
Il n’y a qu’une race, et c’est déjà assez
Assez pour que la peur devant les différences
Entraîne le mépris, la haine et la violence
En France
Polonais, Italiens ont creusé dans nos mines
Espagnols, Portugais ont bâti nos maisons
Turcs, Chinois, Maghrébins au fond de la cuisine
Les Africains portant les poubelles aux camions
De France
On comprend mieux pourquoi on veut tuer l’Histoire
Certains trop bons Français pourraient-ils supporter
De retrouver cachés au fond de leur armoire
Une aïeule kabyle, un ancêtre albanais
Leur France

Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Ma France  » (1969)
Paroles et musique : Jean Ferrat

Crédits images : ttp://www.aht.li/2969689/CREDITS_IMAGES_MES_FRANCE_2016.odt

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

FRANCE MALADE CHERCHE DOCTEUR (« Juppé le pire, Juppé le bon »)


Vous arrivez dans une nouvelle ville pour vous y installer (raisons professionnelles ou privées ? cela ne nous… regarde pas). Le cadre est charmant, le quartier tranquille et une alerte quinquagénaire taillant ses rosiers vous salue avec un grand sourire que vous lui rendez aussitôt.
– Bonjour, madame ! Je crois que je suis un de vos nouveaux voisins : là, la maison aux volets bleus. – Mais parfaitement, la maison des Tissier… des gens très sympathiques, proches du docteur Dupont… ils jouaient souvent aux cartes ensemble, au bridge, je crois… d’ailleurs, c’est lors d’une partie que monsieur Tissier a fait son accident cardiaque, le docteur n’a pas pu le ranimer… faut dire, il avait bu quelques whiskies… Pauvre monsieur Tissier…
– Et… il y a beaucoup de docteurs en ville ?
– Oh oui, mon bon monsieur !  Au moins une dizaine… mais je ne vous en conseille pas un, allez !  Prenez donc le docteur Dupont, c’est le moins pire. Joueriez-vous au bridge au fait ? Là, il leur en manque un pour faire le mort…

Le meilleur ou le moins pire, raide dans son caleçon
Droit dans ses bottes ou dans ses chaussons
Juppé le pire, Juppé le bon
Est-il meilleur, est-il pire qu’ Sarkozy ou Fillon ?
Certains le craignent à juste raison
Juppé le pire, Juppé le bon
Et son crâne est un miroir dans lequel il s’ voit au pouvoir
Au grand dam de Nicolas qui voudrait lui piquer des voix
Autour de moi, j’entends dire « La primaire est bidon ! »
Car le vainqueur n’aura pas pour nom
Juppé le pire, Juppé le bon
Ce ne s’ra pas davantage Le Maire ou bien Fillon
Cette élection est un piège à cons
Juppé le pire, Juppé le bon
Et son crâne est un miroir dans lequel il s’ voit au pouvoir
Au grand dam de Nicolas qui voudrait lui piquer des voix
« Le Duc de Bordeaux ressemble comme deux gouttes d’eau
À mon Fillon », chantonne Sarko
Pour que s’offusque Kosciusko
Le meilleur ou le moins pire s’en fout, crénom de nom
Tant qu’on boira du Saint-Émilion
Juppé le pire, Juppé le bon
Visant bien plus haut que Matignon
Juppé le pire, Juppé le bon
Pour lui, c’est la dernière occasion
Juppé le pire, Juppé le bon

Chanson : « Juppé le pire, Juppé le bon » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : Chanson : « Poupée de cire, poupée de son » (1965)
Paroles et musique : Serge Gainsbourg

Crédits images : http://www.aht.li/2963208/CREDITS_IMAGES_JUPPIRE.odt

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

« JE VEUX… VOILÀ… » : UN PEU PRIMAIRE, NON ? (« Républicains »)

Après avoir pris une bonne avance dans la course à la primaire LR en tant que « président du parti, et donc subventionné par lui à ce seul titre » (sic), Nicolas Sarkozy le candidat déjà auto-élu donne le tempo d’une primaire à laquelle personne ne croit vraiment, tant les moyens entre les candidats diffèrent… pour un résultat annoncé ? Allez savoir… il suffit pour ça d’un peu d’imagination.
IL SUFFIT POUR ÇA D’UN PEU D’IMAGINATION.

Républicains, nous sommes toujours l’UMP
Comme Sarkozy, Fillon, Le Maire et Juppé
En public, nous sommes si bons amis
Comme Sarkozy, Fillon, Le Maire et Juppé
Dans l’ ensemble (dans l’ensemble)
On voit bien (on voit bien)
Dans l’ensemble, on voit bien
Que l’union est pour demain
Quand on se voit, on s’évite gentiment
Comme Sarkozy, Fillon, Le Maire et Juppé
En temps d’ primaire, tourner l’ dos, c’est imprudent
Comme Sarkozy, Fillon, Le Maire et Juppé
Aujourd’hui (aujourd’hui)
Comme demain (comme demain)
Aujourd’hui comme demain
C’est le temps des assassins
wooooo Si un jour on était distrait
Nous, on sait que notre sort serait scellé à jamais
Si l’un de nous quelquefois a des ennuis
Comme Sarkozy, Fillon, Le Maire et Juppé
On le trahit, on se met tous contre lui
Comme Sarkozy, Fillon, Le Maire et Juppé
Et Le Pen (et Le Pen)
Est en joie (est en joie)
Et Le Pen est en joie
De nous voir nous bouffer l’ foie
Pas de problème, car même si bon-à-rien
Comme Sarkozy, Fillon, Le Maire et Juppé
Face à Marine, l’ bien-pensant votera bien
Comme Sarkozy, Fillon, Le Maire et Juppé
Car il faut (car il faut)
Des couillons (des couillons)
Car il faut des couillons
Pour gagner une élection
Républicains, nous sommes toujours l’UMP
Comme Sarkozy, Fillon, Le Maire et Juppé
Républicains, nous sommes toujours l’UMP
Comme Sarkozy, Fillon, Le Maire et Juppé…

Chanson : « Républicains » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Vous les copains » (1964 )
Paroles: Claude Carrère, Hubert Ithier
Musique: Jeff Barry, Ellie Greenwich

Crédits images : http://www.aht.li/2648389/CREDITS_IMAGES_REPUBLICAINS.odt

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers