C’EST FILLON ! QUEL… POT NOUS AVONS ! (« Grâce à Fillon »)

Il fallait saluer comme il se doit le choix de François Fillon comme candidat de la Droite (et du Centre), et l’honorer du coup en bons chansonniers, à ce titre. Nous avons donc interviewé la première « passante qui passait » (sic), une certaine Jane B. qui nous a déclaré :
« Euh, tu excuses moi, mais je parle pas bien le français encore, et ton politique, ça me fait mal à mon poitrine… chanter, je peux ? c’est mieux, non ? »

Chers électeuses et électeurs
C’est la moment et le bonne heure
Pour qu’on trouve le solution
Grâce à Fi’on, grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Hou grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Il a fait partir la Sarko
Between us, une drôle de coco
Sa premier ministre oublions
Grâce à Fi’on, grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Hou grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Voyons un peu
Tout ce qu’elle veut
Pour notre France aussi
Pour que ça marche
Quelles démarches
Et quels sont ses paris
Après l’Hollande et Sarkozy
Avec eux, on est tous maigris
Retrouvons la petit bidon
Grâce à Fi’on, grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Hou grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Depuis la temps que l’impôt pèse
Et que la TVA nous baise
Relançons la consommation
Grâce à Fi’on, grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Hou grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Je crois je suis enduit d’erreur
Tout ça, c’est pas Fillon, malheur
On va encore payer bonbon
Grâce à Fi’on, grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Hou grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Lisons donc mieux
Tout ce qu’elle veut
Pour notre France aussi
Pour que ça marche
Quelles démarches
Et quels sont ses paris
C’est mal parti l’éducation
L’hôpital, l’administration
Ils vont l’avoir dans la trognon
Grâce à Fi’on, grâce à Fi’on, grâce à Fi’on
Hou grâce à Fi’on, grâce à Fi’on

Chanson : « Grâce à Fillon » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « La gadoue » (1965)
Auteur-compositeur : Serge Gainsbourg

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

CES ANIMAUX QUI NOUS GOUVERNENT… (« Al Buzzard ou Droopy Fillon ? »)

I had a dream !!!
À force de relire dans les toilettes l’album éponyme *, on peut finir par voir des animaux partout, surtout en politique ! Amusons-nous donc un peu avec le duel tant attendu entre Al Buzzard et Droopy Fillon : en effet, quel qu’en soit le vainqueur dimanche, pas sûr qu’on rigole tous les jours par la suite…

* Les grandes gueules -7- Ces animaux qui nous gouvernent – tome 1. ©Dervish Publications 1000 1984 Morchoisne/Mulatier

N’sont plus cul et chemise, n’sont plus larrons en foire
Elle est bien terminée, leur association
D’alliance du moment éjectant de l’histoire
Le boulet Sarkozy plombant leur élection
Al Buzzard et Droopy Fillon
Il n’est pas encore temps d’aller crier victoire
Si le plus gros est fait, restent bien des questions
Bien trop de différences, pour qu’aucun auditoire
Ne puisse sans réserve avoir même champion
Al Buzzard ou Droopy Fillon
De la gauche ne sont pas tous les fonctionnaires
Eux qui par l’un et l’autre se sentent trahis
Peste ou bien choléra, le choix, pas dur à faire
Qui fut premier ministre de feu Sarkozy
Al Buzzard ou Droopy Fillon ?
Devant cette imminence, on parle de Le Pen
Des proches de Juppé relèvent que Fillon
Serait sur certains points trop proche du FN
À chacun de savoir qui il veut croire ou non
Al Buzzard ou Droopy Fillon ?
J’entends : sécurité, policiers, militaires
C’est là le vœu constant de la population
Tartuffes devraient donc embaucher fonctionnaires
Parfois, j’ai l’impression qu’ils nous prennent pour cons
Al Buzzard et Droopy Fillon
Vous, futurs retraités de la fonction publique
Aux exigeants concours fixés par la Nation
Qui depuis si longtemps subissez les critiques
Des Zemmour recalés par l’administration
Pas Buzzard, mais Droopy Fillon
Vouloir faire oublier qu’on a conduit naguère
Seul le char de l’État, voir la Constitution
Bilan contre bilan, ce serait salutaire
Sarkozy en est mort, mais qui gouvernait donc ?
Al Buzzard ou Droopy Fillon ?
L’un choisira Fillon, et un autre un autre homme
Dimanche, ce sera le jour de l’élection
Entre Droopy Fillon et Al Buzzard en somme
D’un futur président sans doute, nom de nom
Al Buzzard ou Droopy Fillon ?

Chanson : « Al Buzzard ou Droopy Fillon » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Guitare et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le sabre et le goupillon » (1965)
Paroles et musique : Jean Ferrat

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

IL Y A FOULE AU BAL DES MENTEURS (« Ça soule »)

Face à leurs fan-clubs chauffés à blanc dans des salles fermées, « entre soi », sous les yeux adorateurs de trop vieilles minettes et de saucissons mous, certains candidats à la présidentielle française de 2017 se la jouent vieux chanteurs en tournée ou fantaisistes humoristes ne faisant plus rire que par habitude et fidélité à une ancienne marque de produit, dont on ne veut pas changer :
– à Prisunic, le pain au chocolat est toujours à 10-15c ;
– on sert toujours des frites à la cantine de la maternelle et du primaire au moins trois fois par semaine (dont le jour du jambon) ;
– la France éternelle est blanche et chrétienne (plus précisément catholique) ;
– on choisit les prénoms des petits Français dans le calendrier (alors que plusieurs dizaines de saints portent des prénoms « arabes ») sic ;
– nos ancêtres furent tous gaulois…

Bref (comme on dit à Peypin, oui, je sais…) : ICI C’EST LA FRANCE !

Quand je vois et que j’entends certains délires
Sur le net, à la télé, près de chez moi
Je ne peux pas m’empêcher d’abord de rire
C’est nerveux et c’est hélas plus fort que moi
Les propos incohérents qui se bousculent
La raison qui cède la place à l’émoi
Prêts à tout, ils avancent, puis ils reculent,
Si la foule vient un jour donner sa voix
Ils parlent à la foule et l’entraînent
Dans leur haine
Nous montant l’un contre l’autre
Qui ne formions qu’un seul corps
Diviser sans effort
Pour régner, tant pis pour les autres
Quand on veut être Dieu
C’est tant pis pour tous les malheureux.
Ils mentent à la foule mise en transe
De la France
Qui doit choisir une idole
Sans même avoir à penser
Et bien conditionnée
Lorsqu’elle doit remplir son rôle
Elle peut choisir ceux
Candidats, qui leur mentaient le mieux
Là, ma voix, je ne donnerai pas au pire
C’est-à-dire à Marine ou à Nicolas
J’attends le bilan de François pour tout dire
Pour choisir chiffres en main mon candidat
Ce bien loin de la foule qu’on entraîne
Dans la haine
Nous éloignant l’un de l’autre
Au fil de tous ces débats
Ne visant que nos voix
Dans le total mépris des autres
Médias complaisants qui nous prennent en otage
Et j’en pleure…
Conditionnant la foule mise en transe
De la France
Antennes et paraboles
Ou le câble vont trop loin
Car blague dans le coin, on ment à la foule frivole
Et on lui fait aimer
Le vainqueur de sondages achetés

Chanson : « Ça soule » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « La foule » (1957)
Paroles : Michel Rivgauche
Musique : Angel Cabral

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

NICOLAS SARKOZY ET LES FRITES AUX BEURS

 

SI UN ENFANT NE VEUT PAS DE JAMBON A LA CANTINE, IL PRENDRA « UNE DOUBLE RATION DE FRITES » .
En voilà une idée qu’elle est bonne, monsieur Sarkozy !
Simple, de bon sens et à moindre coût, bravo ! Sauf que…
1°) la « cantine » ne concerne que les maternelles et les primaires : les établissements autres (collèges, lycées, facs) fonctionnent en self-service, offrant des choix multiples ne laissant aucun élève sur sa faim, qu’il soit juif pratiquant, musulman pratiquant, allergique, végétarien, végane ou simplement libre de ses choix gustatifs.
2°) ne restent donc que des cantines communales, sous la responsabilité du seul maire, se devant de faire respecter par le cuisinier un certain nombre de consignes, émanant du ministère de l’Agriculture, en concertation avec des conseillers spécialisés : hors de votre « compétence en la matière » donc.
3°) consigne « sur les frites » a été donnée il y a bien des années pour que ce mets n’apparaisse dans les menus des écoles qu’une fois par mois,… et cochon qui s’en dédit !
N’en faisons pas un fromage (de tête) mais… c’est bien fait pour vos pieds (de porc). Vous arrivâtes à garder la frite après ça ? Vous m’épatâtes !

Quand on a tout tenté
Aveugle à ces cités
On n’a plus qu’une carte
Alors, on joue le vice
On s’en prend au service
Aux menus « à la carte »
Dans tous les magazines
On s’en prend aux cantines
Faut bien trouver kék’ chose
Encore un nouveau truc
Qui parle à nos trouducs
Tous fans de jambon rose
Une autr’ ration d’ frites dans la gueule
Pour tous ceux qui manquent la messe
La laïcité, on l’encule
C’est comme ça qu’on forme la jeunesse
Une autr’ ration d’ frites dans la gueule
Ma République, ça s’ra comme ça
Ceux qui m’élisent, c’est ça qu’ils veulent
Quand je leur taille le bout d’gras
Ne croyez pas que j’ veuille copier Marine
Ça fait longtemps que j’ai cette idée-là
Je fais depuis plus longtemps la cuisine
Électorale et que Marine est là
Une autr’ ration d’ frites dans la gueule
C’est facile et c’est à bas prix
Musulmans, juifs, seront moins seuls
Avec des vegans pour amis
Tables de musulmans
Ou bien d’hébraïsants
Il n’en a rien à foutre
Histoire de faire parler
De se positionner
Contre blacks, beurs et youtres
Faire mieux que le voisin
Dans le genre pas humain
La raison passant outre
Les valeurs de la France
On se les met où j’pense
On n’en a rien à foutre
Une autr’ ration d’ frites dans la gueule
De tous ceux qui manquent la messe
La laïcité, on l’encule
C’est comme ça qu’on forme la jeunesse
Une autr’ ration d’ frites dans la gueule
Ma République, ça s’ra comme ça
Ceux qui m’élisent, c’est ça qu’ils veulent
Quand je leur taille le bout d’gras
Et la gauche peu à peu se démembre
Niveau du front, à l’est, rien de nouveau
L’ex-président, de janvier à décembre
Par ses provocs squatt’ la une des journaux
Une bonn’ part de frites dans la gueule
Lalalalala l’hallali
Lalalala……..
Lalalala……..
Reprends des frites !

Chanson : « Une autre ration de frites dans la gueule » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Guitare et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Une bonne paire de claques » (1962)
Paroles : Boris Vian
Musique : Henri Salvador

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

ET TRUMP DANS TOUT ÇA ? BEN… IL A RI ! (« Le grand enconnement »)

In 1998, Donald Trump, not yet 45th President of the United States of America, said (in english) :
« Si je devais me présenter, je le ferais pour le Parti Républicain. Ils ont les groupes des votants les plus idiots du pays.Ils croient tout ce que raconte Fox News. Je pourrais mentir et ils goberaient absolument tout. Je ferais un véritable tabac ! »
Quel bel exemple pour certains candidats à la présidentielle française de 2017, non ?

Le monde perd la boule
Tant sont folles les foules
Voici finalement
Le grand le grand
Voici finalement
Le grand enconnement
Un con sur l’écran cause
Un con c’est peu de chose
Mais deux mais dix mais cent
Ça c’est contaminant
Michel de Nostredame
Prévoyait-il ce drame
Prophète de Salon
L’avènement du con
C’est la mèche en goguette
Que Donald fait la fête
Il a ri à genoux
(5, 4, 3, 2, 1 ,0)
Riri, Fifi, Loulou
C’est la grande marrade
La grande mascarade
Due au vote dément
Du grand du grand
Due au vote dément
Du grand enconnement
Il y en a qui jubilent
Du fait que des débiles
Aient élu un trou d’balle
Marine y voit signal
Usant des mêmes phrases
De raison table rase
Séduisant mêmes cons
Mais Français, nom de nom
Financée par le Russe
Entourée de gugusses
Comme l’est Sarkozy
(5, 4, 3, 2, 1 ,0)
Lui, par les Qataris
L’électeur qui décide
De choisir ces avides
Est complice vraiment
Du grand du grand
Est complice vraiment
Du grand enconnement
Vous les copains, copines
Qui le pire imaginent
Prenez donc un instant
Pour penser autrement
Que ce qu’on vous débite
Consommable de suite
Mais au degré zéro
Vous prenant pour nigauds
Que la raison s’éveille
Loin du bruit des abeilles
Au miel au goût amer
(5, 4, 3, 2, 1 ,0)
Faut pas les laisser faire
A commencé la guerre
Avec cette primaire
Vous verrez que demain
(5, 4, 3, 2, 1 ,0)
Ils en viendront aux mains
Vous verrez que demain
(5, 4, 3, 2, 1 ,0)
Ils en viendront aux mains

Chanson : « Le grand enconnement » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le grand chambardement » (1969)
Paroles et musique : Guy Béart

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

HÉ ! TU L’AS, TON PERMIS ? (« Permis de vote »)

 

Dans ce pays de libertés que le monde entier nous envie, tout est de plus en plus défini, organisé, normé.
Là, la vitesse est limitée à 50 km/h et vous rouliez à 54 ? Permis de conduire !
Votre poisson est trop petit ? Permis de pêche !
Vous modifiez votre maison ? Permis de construire!
Il faut un permis pour toute chose, pas encore pour respirer, tousser ou autres bruits naturels fort heureusement… pour l’instant.
Manque pourtant l’essentiel : le permis de vote. La majorité des cons plus un élira donc le (ou la) président(e) des cons, comme à l’habitude, et ça… c’est permis !

Il serait temps qu’un président
Quitte à s’en prendre plein les dents
Même l’assemblée à sa botte
Prenne enfin une décision
Fût-elle honnie par l’opinion
Imposer le permis de vote
Je sais, vous allez objecter
Ça ne risque pas d’arriver
La chose est quelque peu complexe
Mais c’est la seule solution
Pour éviter que la Nation
Disparaisse et donc que ça vexe.
On demande un permis pour tout
Cela parfois peut rendre fou
Vous le voyez bien sur la route
Dès lors que vous vous déplacez
C’est : « Bonjour, monsieur, vos papiers »
Et sans eux, comme il vous en coûte
Pour construire, n’en parlons pas
Vous souhaitiez une véranda
C’est là que vos ennuis commencent
Vous vous pensiez pourtant chez vous
Vous vous trompez du tout au tout
Sans un permis, aucune chance
Pêcher, chasser, n’en parlons pas
Cela vous coûtera un bras
Si le faites avant l’ouverture
La maille ou le sexe sont là
Qui vous coûteront l’autre bras
Pas de bras, pas de confiture
C’est pareil pour les champignons
Les escargots, crénom de nom
Avion, bateau, voire port d’arme
De travail ou bien de séjour
Il vous faut un permis toujours
Pour la police ou les gendarmes
Mais là, pour voter, que nenni
Suffit de votre CNI
Sans que vos preuves ayez à faire
Les Alzheimer, les demeurés
Les cons, les ploucs et les simplets
Deviendraient donc majoritaires
Il faudrait mettre le holà
Tant qu’il est encore temps, ma foi
Du moins, c’est tout ce que j’espère
Car Coluche était un devin
Majorité des cons plus un
Ce ne serait pas une affaire
J’avoue que c’est assez marrant
Qu’on demande plus aux migrants
Et autres demandeurs d’asile
Qu’à tous ces gens interrogés
Sur les trottoirs de nos cités
Aux idées et français horribles
À force de mener leur vie
Confortable tout près d’amis
Partageant ignorance et haine
Ils choisissent leur candidat
Comme un café ou un soda
Ne voyant que sa mise en scène
Ils devraient donc se réveiller,
Réfléchir un peu, s’informer
Ce permis n’est pas si facile
Voter pour qui, voter pour quoi
Les cons ne savent pas pourquoi
Sans permis, leur vote est débile
Voter pour qui, voter pour quoi
Les cons ne savent pas pourquoi
Sans permis, leur vote est débile

Chanson : « Permis de vote » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Guitare et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le fantôme » (1966)
Paroles et musique : Georges Brassens

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

UNE PRIMAIRE FORT SECONDAIRE (« Chicayas et coups bas »)


« Ils sont venus, ils sont tous là, tenant couteaux au bout des bras, les ex-ministres de Nicolas.. »
Je suis républicain, démocrate, humaniste, légaliste, mais pas Républicain… je vois donc cette primaire du dehors, en observateur « objectif » doté de mémoire.
Certaines incohérences m’ont rendu fou… et ce Titanic, façon « les Coquins d’abord », lourd de souvenirs, m’a coulé le moral… on y reviendra.
Juste un mot sur l‘école quand même, et sur « l’autorité », issue du chef d’établissement, choisissant ses enseignants et les notant sans la moindre compétence pédagogique… « l’autorité », c’est le chef qui en décide dans les établissements scolaires et qui la rend effective d’un coup de menton ? En voilà une nouvelle qu’elle est bonne !
Du coup, comme annoncé depuis longtemps, cela revient à privatiser l’école « publique, laïque, gratuite et obligatoire », à confier nos enfants à n’importe qui pour enseigner n’importe quoi… alors que les mêmes sont contre les écoles « communitaristes » (traduction : musulmanes), cela en toute laïcité républicaine.
Vous voulez vraiment que ces gens reviennent gouverner à nouveau ? Votre Q a cicatrisé si vite ?

L’ambition se lit sur leur visage
Et la tension sous leur maquillage
Faut faire attention à ce qu’on dit, une seule erreur, t’es mort, pardi
Ils se prétendent bien différents, mais unis tous dans le même camp
Qui sera vainqueur, tant les électeurs
Ont forcément PS FN en horreur
Chicayas et coups bas, ils ne pensent qu’à ça
Minuscules, ridicules égos qui mènent combats
Chicayas et coups bas, ils ne pensent qu’à ça
Oui mais que devienn’nt les Français dans tout ça ?
S’ils disent rejeter les lepénistes
Tout comme l’action des socialistes
Leurs idées ne les dérangent pas, quand elles peuvent leur fair’ gagner des voix
Seul l’emportera le plus costaud, il faut donc montrer ses biscotos
Bien triste nouvelle, et non sa cervelle
Ils sont comme ça, rien ne les changera
Chicayas et coups bas, ils ne pensent qu’à ça
Minuscules, ridicules égos qui mènent combats
Chicayas et coups bas, ils ne pensent qu’à ça
Oui mais que devienn’nt les Français dans tout ça ?
Tous, écoutez-les : ils ont changé
Leurs tristes passés, faut oublier
Commune tactique, commune musique
Au moins pour ça, sûr qu’ils ne changent pas
Chicayas et coups bas, ils ne pensent qu’à ça
Minuscules, ridicules égos qui mènent combats
Chicayas et coups bas, ils ne pensent qu’à ça
Oui mais que devienn’nt les Français dans tout ça ?

Chanson : « Chicayas et coups bas » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « La chica de Cuba » (1989)
Paroles : Brice Homs, Philippe Lavil
Musique : Patrick Lemaitre

Crédits images : http://www.podcastjournal.net/Debat-primaire-au-suivant_a23130.html

Élysée ? Élisez-moi !

En deux mots, que va dire Nicolas Sarkozy lors du second débat de la Primaire le la droite (et du centre ?) ?

Élis’ élis’ élisez-moi
Élysée, c’est pour moi
Élis’ élis’ élisez-moi
Votez pour Nicolas
Je ne vous mentirai pas
Franch’ment, j’ai jamais fait ça
Mon passé parle pour moi
Jamais condamné ma foi
Je clame tout c’ que vous disez
Vous savez combien j’ vous aime
Même à l’écoute des muets
S’ils votent Sarko, pas d’problème
Élis’ élis’ élisez-moi
Élysée, c’est pour moi
Élis’ élis’ élisez-moi
Votez pour Nicolas
Élis’ élis’ élisez-moi
Élysée, c’est pour moi
Élis’ élis’ élisez-moi
Votez pour Nicolas
Z’allez pas voter Juppé
Le crâne d’oeuf de Bordeaux
Ni Le Maire, Fillon, Copé
Le changement, c’est Sarko
Élis’ élis’ élisez-moi
Élysée, c’est pour moi
Élis’ élis’ élisez-moi
Votez pour Nicolas
Élis’ élis’ élisez-moi
Élysée, c’est pour moi
Élis’ élis’ élisez-moi
Votez pour Nicolas

Chanson : « Élisez-moi » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Elise » (1974)
Auteurs compositeurs : Pierre Groscolas – Michel Jourdan

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers