IL Y A FOULE AU BAL DES MENTEURS (« Ça soule »)

Face à leurs fan-clubs chauffés à blanc dans des salles fermées, « entre soi », sous les yeux adorateurs de trop vieilles minettes et de saucissons mous, certains candidats à la présidentielle française de 2017 se la jouent vieux chanteurs en tournée ou fantaisistes humoristes ne faisant plus rire que par habitude et fidélité à une ancienne marque de produit, dont on ne veut pas changer :
– à Prisunic, le pain au chocolat est toujours à 10-15c ;
– on sert toujours des frites à la cantine de la maternelle et du primaire au moins trois fois par semaine (dont le jour du jambon) ;
– la France éternelle est blanche et chrétienne (plus précisément catholique) ;
– on choisit les prénoms des petits Français dans le calendrier (alors que plusieurs dizaines de saints portent des prénoms « arabes ») sic ;
– nos ancêtres furent tous gaulois…

Bref (comme on dit à Peypin, oui, je sais…) : ICI C’EST LA FRANCE !

Quand je vois et que j’entends certains délires
Sur le net, à la télé, près de chez moi
Je ne peux pas m’empêcher d’abord de rire
C’est nerveux et c’est hélas plus fort que moi
Les propos incohérents qui se bousculent
La raison qui cède la place à l’émoi
Prêts à tout, ils avancent, puis ils reculent,
Si la foule vient un jour donner sa voix
Ils parlent à la foule et l’entraînent
Dans leur haine
Nous montant l’un contre l’autre
Qui ne formions qu’un seul corps
Diviser sans effort
Pour régner, tant pis pour les autres
Quand on veut être Dieu
C’est tant pis pour tous les malheureux.
Ils mentent à la foule mise en transe
De la France
Qui doit choisir une idole
Sans même avoir à penser
Et bien conditionnée
Lorsqu’elle doit remplir son rôle
Elle peut choisir ceux
Candidats, qui leur mentaient le mieux
Là, ma voix, je ne donnerai pas au pire
C’est-à-dire à Marine ou à Nicolas
J’attends le bilan de François pour tout dire
Pour choisir chiffres en main mon candidat
Ce bien loin de la foule qu’on entraîne
Dans la haine
Nous éloignant l’un de l’autre
Au fil de tous ces débats
Ne visant que nos voix
Dans le total mépris des autres
Médias complaisants qui nous prennent en otage
Et j’en pleure…
Conditionnant la foule mise en transe
De la France
Antennes et paraboles
Ou le câble vont trop loin
Car blague dans le coin, on ment à la foule frivole
Et on lui fait aimer
Le vainqueur de sondages achetés

Chanson : « Ça soule » SACEM ©2016
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « La foule » (1957)
Paroles : Michel Rivgauche
Musique : Angel Cabral

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s