ON EST « CHEZ NOUS » (C’EST DERRICK)

 

On me dit que nous serions en campagne électorale : honnêtement (sic), j’en doute fort…
Dans la presse, les médias audiovisuels, sur le net, chaque candidat ne s’adresse jamais qu’aux siens, confortablement à l’abri dans la bulle de son ego, assuré du soutien « mordicus » (resic) de sa garde rapprochée.
On voit ce qu’il en est réellement sitôt qu’il en franchit la porte, confronté au monde réel et aux « vrais gens » au nom desquels il prétend parler en disant tout haut ce qu’ils pensent tout bas (et souvent vraiment très bas), selon les plus actifs de ses fans ou de ses lobbyistes.
Nous ne serons en campagne que lors de duels télévisés, « à armes égales », avec toutes les cinq minutes le contrôle par un bureau de vérification des affirmations chiffrées ou non des faits évoqués par l’un ou l’autre : apparemment, peu les souhaitent, préférant prêcher leurs ouailles autistes dans leur seule paroisse.
Amen !

Ça n’ sert à rien de rien
Ça n’ sert à rien du tout
Ça n’ sert à rien de rien
On perd son temps, c’est tout
Tout ce que la campagne inspire
Chaque jour est de pire en pire
De dérapage en dérapage
Et de sondages en sondages
Chacun raconte ses bobards
En toute impunité, peinard
Sans le moindre contradicteur
Laissant la part belle aux menteurs
Il faut dire, il s’en fout, le monde
Toujours capable de zapper
Toujours capable de trouver
Ce qu’il aime ailleurs sur les ondes
Ça n’ sert à rien de rien
Ça n’ sert à rien du tout
Ça n’ sert à rien de rien
On perd son temps, c’est tout
Les fans abattent le Canard
Tels loups hurlant au traquenard
Eux qui aimaient même provende
Quand la cible en était Hollande
Ils n’entendent que ce qu’ils souhaitent
Leurs tripes remplaçant leur tête
La moindre info sur leur champion
N’étant que désinformation
Il faut dire, il s’en fout, le monde
Toujours capable de zapper
Toujours capable de trouver
Ce qu’il aime ailleurs sur les ondes
Ça n’ sert à rien de rien
Ça n’ sert à rien du tout
Ça n’ sert à rien de rien
On perd son temps, c’est tout
Du fait de multiplicité
Des médias, on choisit les faits
Censés nourrir la réflexion
Justifiant son choix d’élection
On peut donc zapper sans remords
Les mensonges des plus retors
Même quand ils sont sans honneur
L’immunité parle aux menteurs
Il faut dire, il s’en fout, le monde
Toujours capable de zapper
Toujours capable de trouver
Ce qu’il aime ailleurs sur les ondes
Ça n’ sert à rien de rien
Ça n’ sert à rien du tout
Ça n’ sert à rien de rien
On perd son temps, c’est tout

Chanson : « Ça n’ sert à rien » SACEM ©2017
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « On n’oublie rien» (1961)
Paroles et musique : J. Brel/G. Jouannest

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s