ABSTENTION, PIÈGE A CONS (« Pour la France… Abstention… Danger ! »)

Si le premier tour de la présidentielle de 2002 abasourdit la France jusqu’à marquer encore les esprits aujourd’hui, le côté caricatural du second ne saurait échapper, recul aidant : le peuple, les patriotes de France dans la rue ; Jean-Marie Le Pen gagnant  700 000 voix entre les deux tours alors que Jacques Chirac en gagnait… 20 000 000.
Depuis, la France aurait changé ? Et à ce point ? Marine Le Pen se présente en effet « au nom du peuple » et appelle ses électeurs les « patriotes », drapée dans le drapeau tricolore, rendant hommages vibrants au général de Gaulle, voire à Jaurès…La même qui en avril 2004 sur TF1 déclarait avec force et une évidente sincérité : « On naît la fille de Le Pen, on meurt la fille de Le Pen. C’est l’homme de ma vie. Il a construit la femme que je suis. »
Aujourd’hui, la France est en danger. Le vrai peuple et les vrais patriotes, ceux de 2002, doivent le 7 mai faire barrage intégral à Marine Le Pen sans compter sur la voix de leur voisin.

S’ABSTENIR NE SUFFIRA PAS !

Dimanche 7 mai, ne vous abstenez pas, votez pour la France, votez contre Marine, votez Macron !

Depuis des mois, nous sommes tous en apnée
Le pouls de notre pays s’est arrêté
Avec un triste souvenir de scrutin
Deux mille deux, pauvre Jospin
Là, c’est la fifille à son père toujours
Qui s’est hélas qualifiée au premier tour
Mais cette fois, il va falloir se bouger
Pour la France… Abstention… Danger !
Le Pen, ta France à toi, on n’en veut pas
Le Pen, de tes amis, on n’en veut pas
Le Pen, de tes mensonges et de tes cris de haine
Le Pen, fini de jouer sur les peurs
Le Pen, les vrais problèmes sont ailleurs
Le Pen, arrête donc d’exciter les rancœurs
De Gaulle a tant d’admirateurs aujourd’hui
Dupont-Aignan tout comme toi, tu nous dis
La France n’aurait-elle plus d’historiens ?
Tu fais erreur, me semble bien
Tu es prête à tout pour rafler une voix
De ceux que même le Vél d’Hiv n’effraie pas
Pourtant, nombreux, ces « étrangers » sont tombés
Pour la France… Abstention… Danger !
Le Pen, tu ressasses les mêmes thèmes
Le Pen, sur d’autres jetant l’anathème
Le Pen, toi qui oses te dire anti-système
Le Pen, ce système que tu honnis
Le Pen, ce système qui te nourrit
Le Pen, ce système dont les tiens font partie
Toi qui fis droit après l’école privée
Dans ta famille, dis, qui fut ouvrier
Qui dut se lever dès le petit matin
Pour s’en aller gagner son pain
Pas la fifille du maître du château
Marion-Marine, tu les mènes en bateau
Ceux qui pensent que tu défends l’ouvrier
Pour la France… Abstention… Danger !
Le Pen, c’est pas ta photo retouchée
Le Pen, sur l’affiche pour l’Élysée
Le Pen, qui te fera gagner des voix quand même
Le Pen, derrière un sourire figé
Le Pen, de Joconde mal inspirée
Le Pen, on sait très bien quelles sont tes idées
Dès lors qu’il s’agit de sauver la Nation
Le cœur doit parfois céder à la raison
Contre toi, Le Pen, nous allons tous voter
Pour la France… Abstention… Danger !

 

Chanson : « Pour la France… Abstention… Danger ! » SACEM ©2014
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Souvenirs, attention, danger » (1980)
Paroles : Serge Lama
Musique : Tony Stefanidis

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

Publicités

VOTRE VOIX VOUS ENGAGE ET ENGAGE LA FRANCE : VOTEZ !

Ah je les vois déjà
Les futurs dépités
De ce triste scrutin
Guettant les résultats
Est-ce que passe le mien
Est-ce que le mien s’en va
Est-ce qu’il est hors du show
Est-ce qu’il est encore là
Pour eux seuls pleins d’espoir
Et non pas pour la France
Comme à la Nouvelle Star
D’avoir enfin la chance
De choisir le gagnant
Même s’il est malhonnête
Et de faire la fête
Lorsque se meurt l’État
Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah
Ah je les vois déjà
Premiers éliminés
Mâchant leur bulletin
Et se mordant les doigts
Les malheureux parieurs
Les consommateurs tristes
Qui n’ont pas fait le choix
Gagnant des deux premiers
« C’est pas demain la veille
Que l’on m’y reprendra  »
Deux mil deux oubliant
Qui l’ fit déjà cocu
Et pour notre malheur
Re-Chirac président
En votant Chevènement
Et sa femme Taubira
Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah
Ah je les vois déjà
Tous les chers faux amis
Proches des candidats
Dont le parcours finit
Ah je les vois déjà
Forcés de r’mettre aux fraises
Leur ambition d’État
Et leur envie de braise
Ils ne suivent mêm’ pas
D’un seul regard la bière
Qui vers le cimetière
Mousse encore une fois
Y a les législatives
Il faut donc se placer
Pour être député
Ou le rester, ma foi
Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah
Ah je me vois déjà
Condamné à jamais
À défendre les droits
Et devoirs des Français
Ah je me vois déjà
Je suis déjà debout
Veillant ici et là
Et chansonnant sur tout
Le second tour est là
Et on a le brave culot
D’oser me demander
De ne plus aimer le beau
De ne plus aimer les gens
De ne plus éduquer
D’élire des malhonnêtes
En leur donnant ma voix
Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah Ah

Chanson : « Ah ah ah ah ah ah ah ah » SACEM ©2017
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le tango funèbre » (1964)
Paroles : Jacques Brel
Musique : Gérard Jouannest

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel/Camille Gomès, chansonniers

ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES ( Revue de stress du 12 04 2017)

 

– Ça sent la campagne…
– Non mais dites donc, restez poli ! Espèce de malotrou !

Et le peloton roule encor’
Réduit à un simple quatuor
Voici donc que Marine arrive
De peu en tête dans le Vél d’hiv’
La course est difficile
Restent deux tours à deux sprinteurs
Les neuf derniers en spectateurs
Alors du coup, tout est permis
Pour faire chuter l’ennemi
Survivre est difficile
Au coude à coude, y a l’Emmanuel
Qui arrive à rester en selle
Tant il en connaît un rayon
Au niveau de la séduction
Pour lui, plaire est facile
Voilà qu’aux cris de « Président ! »
On ne compte plus les ralliements
De tous ceux qui hier encore
Réclamaient du traître la mort
Changer c’est si facile
Pas très loin, tout plein d’assurances
V’là le champion de l’alternance
On n’entend mêm’ plus sa parole
Dans le bling-bling des casseroles
Rouler, c’est difficile
Autant de gens, autant de temps
Surtout avec ce maillot blanc
Qu’Pénélope avait tricoté
Sans doute pendant ses RTT
Bosser, c’est difficile
Dans leurs dos, le souffle à Mémé
Qui suivant le vent s’est calmé
Finis le bruit et la fureur
Y a plus qu’à Hollande qu’il fait peur
Sans marteau ni faucille
N’empêche qu’au milieu des fayots
Ou d’ ceux qu’amassaient des lingots
Aux pauvres volant leur cassoulet
C’est le seul à parler de paix
Je sais, elle est facile
Et puis derrière, y a le Benoît
Celui qu’on surnomme Niagara
Puni par où il a fauté
C’est une fronde qui l’a fait chuter
L’oubli est difficile
Après, y a les arbres fruitiers
Qui fleurissent tous les cinq étés
Plantés tout le long de la piste
Sans jamais d’ fruits, c’est plutôt triste
Sans abeilles, stériles
L’ennui avec ce genre de sport
C’est quand on n’ voit pas les sponsors
Tachés d’ ketchup ou de mayo ?
Tant pis ! On veut voir les maillots
On n’est pas imbéciles
D’ Verneuil, on connaît « L’ président »
Gabin en mettait plein les dents
À ces politiciens pourris
Roulant pour d’autres crémeries
Le revoir est facile
Leur truc de ouf pour qu’on les aime
C’est d’ se prétendre anti-système.
À part Mémé, Lasalle, Arthaud
Poutou : ils viendraient du ghetto ?
Ou des pauvres l’asile ?
Les a pourtant formés, nourris
Le système, ces tous pourris
La Justice les reprend d’ justesse ?
Ces corrompus conspuent la presse
Vraiment c’est trop facile
Je n’ sors pas de Polytechnique
J’aimerais donc que l’on m’explique
Pourquoi les infos sur le net
Que la presse seraient plus honnêtes
Cela semble débile
Sans doute intérêt des crapules
À mentir à des gens crédules
Et à récupérer leurs voix
Moi, pour éviter la rassrah
Je voterai utile

Chanson : « Revue de stress (12 avril 2017) » SACEM ©2017
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Les temps difficiles » (1961)
Paroles et musique : Léo Ferré

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers