NOM D’UNE PIPE

NOM D’UNE PIPE

Et bien, ça y est, on l’a fait ! On m’a fait casser ma pipe une deuxième fois !
Je me baladais sur mon vélib, en oncle tranquille au milieu du trafic, paradant entre les véhicules de ce jour de fête, comme si j’étais en vacances.
Et on a eu le culot de toucher à ma bouffarde, éteinte de surcroît.
Décidément, il n’y a pas de jours fériés pour les cons….
Il n’y a pas que le tabac qui soit nocif. La bêtise aussi, c’est dangereux. Je connais des gens qui en sont morts.
J’en parlais avec certains copains récemment, on a le temps de jouer… question de faire un syndicat… paraîtrait que c’est plutôt tendance…
On a élu un bureau que Groucho préside et nous envisageons un mouvement de grève illimité, en interdisant désormais nos chansons, livres, films, oeuvres d’art et toute référence à des fumeurs notoires.
C’est vous qui avez mis le peu aux foudres et il n’y a pas de fumée sans feu, nom d’une pipe !

La censure est de droit improbe, malhonnête et déloyale. J’accuse la censure. (Victor Hugo)

Quoi que puisse dire Aristote et toute la Philosophie, il n’est rien d’égal au tabac: c’est la passion des honnêtes gens, et qui vit sans tabac n’est pas digne de vivre. (Molière)

Dieu créa l’homme, puis il eut peur qu’il ne s’ennuyât et lui donna la femme. Peu après, pris de remords, Dieu eut peur qu’elle ne l’ennuyât et lui envoya le tabac. (Mark Twain)

Je prends tous les jours le remède que l’incomparable Dickens prescrit contre le suicide. Cela consiste en un verre de vin, un morceau de pain et du fromage, et une pipe de tabac. (Vincent Van Gogh)

Je me demande ce que faisaient les gens après l’amour, avant l’invention de la cigarette. (Vassilis Alexakis)

Il y a plusieurs années qu’Alice Sapritch a cassé son fume-cigarettes. (Lionel Chrzanowski)

Si j’avais à choisir entre une dernière femme et une dernière cigarette, je choisirais la cigarette: on la jette plus facilement ! (Serge Gainsbourg)

Celui qui n’arrive pas à arrêter la cigarette, qu’il essaie d’arrêter les allumettes; c’est moins dur et c’est aussi bien. (Philippe Geluck)

La vie, c’est très drôle, si on prend le temps de regarder…
Avec mes amitiés posthumes et pétunantes, Jacques Tati.

« Nom d’une pipe!  » SACEM ©2009
Texte : Camille
Dit par : Jean-Marie

Musique originale du film : « Mon oncle  » de Jacques Tati (1956)
Musique additionnelle : Spike Jones

Publicités

C’EST TA FÊTE

Demain, c’est le 1er mai ! Un jour où les gens, la fleur à la boutonnière, sont émus,
gais… Marchons, marchons… Chantons en marchant et marchons en
chantant !


C’EST TA 
FÊTE

Sarko on défile ce matin
Tu n’y comprends rien
C’est ta fête, ta fête
Jeunes et vieux, enfin unis
On est tous ici
C’est ta fête, ta fête
Tu nous as promis des merveilles
Presque un paradis
On n’a rien de tel
Aujourd’hui
La France décide de changer
Tu nous as gonflé
On vient le crier
C’est ta fête, ta fête
Dans le bruit et la fumée
On voit les ouvriers
C’est ta fête, ta fête
Qui occupent la maison
Séquestrant des patrons
C’est ta fête, ta fête
Tu nous as promis des merveilles
Presque un paradis
On n’a rien de tel
Aujourd’hui
Mais quand vas-tu te décider
A cohabiter
Ta droite est pliée
C’est ta fête, ta fête
Merde que la vie sera belle
Sans tes copains à la con
De ces gens qui gagnent des millions
Dès qu’ils touchent un jeton
Merde que la vie sera belle
Quand les gens pourront enfin
Travailler, ne plus avoir faim
Le droit à un bon bain
Sarko, on est là, Sarko
Va falloir tout remettre à zéro
C’est un premier défilé
Syndicats unifiés
C’est ta fête, ta fête
En vérité on te le dit
Pour toi, c’est fini
C’est ta fête, ta fête
Tu nous as promis des merveilles
Presque un paradis
On n’a rien de tel
Aujourd’hui
Alors on vient manifester
Pour te le chanter
Pour te le crier
C’est ta fête, ta fête

Chanson : « C’est ta fête » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale :  » La fête  » (1973)
Paroles : Maurice Vidalin
Musique : Michel Fugain

 

PREMIER MAI

Tous ensemble pour fêter aujourd’hui les grands débuts de Claude-Marie, un petit jeune qui va bien, sous vos applaudissements.
Nous attendons les candidatures pour les profettes…
Allez, tous ensemble, tous ensemble, ouais, ouais !


PREMIER MAI

Devant ces problèmes
Que personne ne comprend
Nous on espère et on attend
Qu’enfin nous écoute Sarkozy
Mais on a peur
Toute la vie d’être incompris
Mais aujourd’hui : on est le…
Premier mai
On est le premier mai
Tous les gens défilent
Pour une fois unifiés
Pour bien exprimer au pouvoir
Que ça ne marche pas
Et qu’on est au désespoir
Dès le début du mois
Si dans notre France
On avait souhaité un roi
On ne l’aurait pas choisi comme ça
Menant l’aventure de chaque jour
Pour satisfaire aux intérêts d’une petite cour
Mais c’est fini car c’est le
Premier mai
On est le premier mai
Tous les gens défilent
Pour une fois unifiés
Pour bien exprimer au pouvoir
Que ça ne marche pas
Et qu’on est au désespoir
Dès le début du mois
Car c’est le…

Chanson : « Premier mai » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le mal aimé » (1974)
Paroles et musique : T. Demps – E. Marnay

 

MONSEÑOR SARKO

Quand le président se rend en Espagne, et que Sarko rencontre Carlos (Juan), une chanson de premier mai s’impose, que chanteront jeudi beaucoup de gens pas
très intelligents…

MONSEÑOR SARKO

Et voilà la crise qui gronde
Malgré tes belles prévisions
Ça a fait l’effet d’une bombe
Fais attention
Aye aye señor Sarko
Notre emploi est malade
Aye aye pauvre señor
Ça dure depuis longtemps
Aye aye quelle catastrophe
La reprise est en rade
Tu avais annoncé du bon temps
(ouille)
Monseñor Sarko
Quando dit qu’il fait chaud
Monseñor Sarko
A glagla congelo !
Monseñor Sarko
Quando mi petite sor esperansa labor
Elle a tort !
Que malor
En mai on défile facile
Et depuis tes décisions
On manifeste dans les villes
Contestation
De Lille à Perpignan
Avance le chômage
Et de Brest à Strasbourg
Il n’y a plus d’emploi
Et les usines ferment
Pour que gagnent davantage
Les patrons profiteurs de tes lois
(ouille)
Monseñor Sarko
Quando dit qu’il fait chaud
Monseñor Sarko
A glagla congelo !
Monseñor Sarko
Quando mi petite sor esperansa labor
Elle a tort !
Que malor
Les ministres sont là s.v.p ?
Oh non mé qué ministres
Señor sarko
C’est loui señor Sarko
C’est les ministres
À la télévision
Tu annonces qu’ tu nous aimes
On prend nos précautions
On prend un avocat
Si dans tes prévisions
Tu règles nos problèmes
On défile avec nos syndicats
Rouges
Monseñor Sarko
Quando dit qu’il fait chaud
Monseñor Sarko
A glagla congelo !
Monseñor Sarko
Quando mi petite sor esperansa labor
Elle a tort !
Que malor

Chanson :  » Monseñor Sarko  » SACEM ©2009

Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Señor météo » (1974)
Paroles et musique : Joe Dassin – Claude Lemesle

CES GUIGNOLS


CES GUIGNOLS

Quand on a passé une journée pourrie
Qu’on est grav’ stressé, il vaut bien mieux qu’on rie
On va regarder un peu la télé
Je suis sûr que vous me comprenez
Elle a vu passer nombre de présidents
Ma préférée dure depuis très très longtemps
C’est une émission qui nous rend moins con
Et quand elle arrive, que c’est bon !
Les Guignols, les Guignols
Ils viennent tous les soirs
De Canal+, c’est l’émission
Les Guignols, les Guignols
Donner un peu d’espoir
Mais aussi de l’information
Les Guignols, les Guignols
Qui nous font rire aux larmes
De Ségo à François Fillon
Les Guignols, les Guignols
Qui souvent donnent l’alarme
Dès que l’on veut toucher à la Nation
Rare de rassembler toute la famille
Les jeunes, les vieux, les garçons et les filles
PPD nous sert à un pas d’enfer
Tout ce que souvent l’on veut nous taire
C’est comme dans un théâtr’ de marionnettes
Certains grâce à lui ont enfin la grosse tête
Il a des ennemis par-là par ici
De Roselyne Bachelot à Sarkozy
Les Guignols, les Guignols
Ils viennent tous les soirs
De Canal+, c’est l’émission
Les Guignols, les Guignols
Donner un peu d’espoir
Mais aussi de l’information
Les Guignols, les Guignols
Qui nous font rire aux larmes
De Ségo à François Fillon
Les Guignols, les Guignols
Qui souvent donnent l’alarme
Dès que l’on veut toucher à la Nation
Les Guignols, les Guignols
Ils viennent tous les soirs
De Canal+, c’est l’émission
Les Guignols, les Guignols
Donner un peu d’espoir
Mais aussi de l’information
Les Guignols, les Guignols
Qui nous font rire aux larmes
De Ségo à François Fillon
Les Guignols, les Guignols
Qui souvent donnent l’alarme
Dès que l’on veut toucher à la Nation
Ces Guignols, ces Guignols
Pour nous depuis longtemps
Amis du soir qui nous rend’nt si contents
{la foule) Ces Guignols!

Chanson : « Ces Guignols » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Chant : Jean-Marie

Chanson originale : « C’est Guignol » (1980)
Paroles et musique : Jean-Jacques Debout

LE RIRE DU PRESIDENT

 

Si t’es petit, c’est pas facile…
Si t’es pauvre, t’es mal barré…
Si tu es vilain, t’as pas de bol…
Si tu es noir, tu es noir…
Mais si t’es petit, pauvre, vilain ET noir… 
ben t’as plus qu’à défiler le 1er mai… et sans cagoule !

P.S. : 13h 15 Je réagis en live aux propos du Lefèvre (inutile) de service sur Canal+ qui s’en prend « à ceux qui attaquent le président de la République… ».

Navré, monseigneur ! On n’attaque pas ! On se défend ! (d’attaquer aussi d’ailleurs… les faits, rien que les faits, passés à l’épreuve de la raison)

L’exercice du pouvoir donnerait-il un droit constitutionnel à la mauvaise foi ? Il est curieux de constater, alors que la droite historique a toujours raillé « l’heure de Moscou » , que c’est la Rolex présidentielle qui donne le ton aux thons… (Mitterrand, c’était « le temps au  temps »)

Ô tempora, ô mores…


LE RIRE DU PRESIDENT

 

Moi je défilais un beau matin du mois de mai
Avec des copains quand soudain arrive la télé
Ils m’ont demandé
Mon nom, mon métier,
Quand j’ai répondu Youssef et je n’fais qu’étudier
A ce moment-là,
Je ne sais pas pourquoi,
J’ai entendu rire un type que je ne voyais pas.
Le rire du président,
Je l’entends tout le temps,
Même en plein cœur d’une manifestation,
Le rire du président,
J’y avais cru pourtant,
Lorsqu’il faisait toutes ses promesses à la con
Moi, j’ai suivi mes cours,
En dev’nant simplement
Doctorant à Strasbourg.
Le rire du président,
Toutes les nuits je l’entends,
Dans la tente au fond de ma cour.
J’habite un de ces immeubles qui furent sacrifiés.
Qui furent mis à sac lorsque l’Otan a débarqué
Avec Obama
Avec Nicolas,
Mais quand ils m’ont dit
Qu’il n’s’était rien passé là-bas,
A ce moment-là,
Juste derrière moi,
J’ai entendu rire des flics que je n’connaissais pas.
Le rire du président,
Je l’entends tout le temps,
Même en plein cœur d’une manifestation,
Le rire du président,
J’y avais cru pourtant,
Lorsqu’il faisait toutes ses promesses à la con
Moi, j’ai suivi mes cours,
En dev’nant simplement
Doctorant à Strasbourg.
Le rire du président,
Toutes les nuits je l’entends,
Dans la tente au fond de ma cour.
Depuis ce temps-là,
Je n’sais pas pourquoi,
Il y a toujours plein de gens pour marcher avec moi.
Le rire du président,
Je l’entends tout le temps,
Même en plein cœur d’une manifestation,
Le rire du président,
J’y avais cru pourtant,
Lorsqu’il faisait toutes ses promesses à la con
Le rire du président,
Je l’entends tout le temps,
Même en plein cœur d’une manifestation,
Le rire du président,
J’y avais cru pourtant,
Lorsqu’il faisait toutes ses promesses à la con

Chanson : « Le rire du président » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le rire du sergent » (1971)
Paroles et musique : Yves Dessca – Michel Sardou – Jacques Revaux

LES JOYEUX PAS BOUCHES

T’AS D’BEAUX ŒUFS, TU SAIS…

Notre service du courrier, passablement débordé, nous informe que parmi les questions les plus fréquemment posées, en émerge une, que voici : « Mais comment faites-vous donc pour sortir une chanson quotidienne sur l’actualité ? »
Jean-Marie et moi avons aussitôt programmé une réunion de crise, de  laquelle il est indubitablement ressorti… que nous n’en savions fichtre rien.
Il y a certes quelques constantes, mais savoir qui est venu avant de l’œuf ou de la poule…
A vous de vous en faire une idée, en toute objectivité.

LES JOYEUX PAS BOUCHES

C’est le tango préféré des interprètes
C’est mon tango, moi Jean-Marie, tous les soirs
Je le chante fort à Camille honnête
Pour qu’il n’oublie pas de faire ses devoirs
Faut qu’tu pondes !
Faut qu’ les gens puissent écouter
Faut qu’ les gros puissent s’éclater
Faut qu’ les petits puissent profiter
Faut qu’tu pondes !
Faut que Ségolène Royal
Quand elle parle au Sénégal
Elle soit dans notre journal
Faut qu’tu pondes !
Faut qu’ Séguéla soit montré
Faut qu’ Laporte soit emporté
Que Sarkozy vienne causer
Faut qu’tu pondes !
Faut ressortir tout à trac
Des éléphants tous les couacs
Dus au manque de cornac
Faut qu’tu pondes
Encore
C’est le tango d’aujourd’hui comme d’hier
Des chansonniers, poètes et rimeurs
C’est le tango quand l’actu ne dit guère
C’est le tango qu’on chante au pauvre auteur
Faut qu’tu pondes !
Evite donc les omelettes
Faudrait pas qu’on nous embête
Pour une petite chansonnette
Faut qu’tu pondes !
Sans pour ça être mollet
C’est à toi de bien doser
Pour éviter d’se brouiller
Faut qu’tu pondes !
Sans pour ça être trop dur
Même si c’est tentant c’est sûr
Avec quelques bell’s ordures
Faut qu’tu pondes !
Demain la chanson du jour
Demain encore et toujours
Va falloir qu’tu fasses l’humour !
Tiens ! ça y est, tu le tiens ! surtout tiens-le bien !
T’as fait l’œuf enfin !

Chanson : « Les joyeux pas bouchés » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Les joyeux bouchers » (1955)
Paroles et musique : Boris Vian

BRAVE SARKO

Oh pourquoi Pépita
Sans répit m’épies-tu
Dans les bois Pépita, pourquoi te tapis-tu ?
Tu m’épies sans pitié, c’est piteux de m’épier
De m’épier Pépita pourrais- tu te passer ?


Et oui, les grands de ce monde en sont là… Quand Nicolas guette Obama à travers ses jalousies, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres !

BRAVE SARKO

Sarkozy, ce n’est pas d’hier
N’aime pas Barak Obama
Et le décès de sa grand-mère
L’irrita
Car, c’était vraiment clair et net
C’était bien hélas une aubaine
Pour sonner la triste défaite
De McCain
Obama qui a su y faire
Elu président aussitôt
A laissé le Sarko à terre
Et son égo
C’est était fini de James Bond
Et du sauveur du genre humain
Qui pensait diriger le monde
En bon Parisien
Quand Sarko leur délivre un message
Pour dire : « Je suis plus fort qu’Obama !  »
Aucun gars, aucun parmi les sages
Ne le croit, la la la la la la
Ne le croit, la la la la la
Et Sarko que cela met en rage
Peste, crie, ne le supporte pas
Qu’tous les gars, tous les gars les plus sages
N’y croient pas, la la la la la la
N’y croient pas, la la la la la
Car le champion que l’on s’arrache
Hélas, ce n’est pas Nicolas
Et c’est bien pourquoi il se fâche
Contre Obama
Et le seul espoir qui lui reste
Pour être le plus grand des élus
Ce ne sont que des talonnettes
Pour déçu
Alors il parade et il tonne
Bien seul au milieu des fâcheux
A qui pourtant l’Europe donne
Le bon Dieu
Que ce soient des hommes ou des femmes
Merkel ou bien Zapatero
Ils ne sont pas, et c’est un drame,
De son niveau
Quand Sarko leur délivre un message
Pour dire : « Je suis plus fort qu’Obama !  »
Aucun gars, aucun parmi les sages
Ne le croit, la la la la la la
Ne le croit, la la la la la
Et Sarko que cela met en rage
Peste, crie, ne le supporte pas
Qu’tous les gars, tous les gars les plus sages
N’y croient pas, la la la la la la
N’y croient pas, la la la la la
Mais les autres membres de la commune
Communauté des présidents
Commencent à avoir rancune
Ardemment
Elle n’est pas loin, la colère
Pas loin non plus la fixation
Un beau jour, contre ils voteront
Une sanction
Sarkozy après bien des larmes
Courra rejoindre la Bruni
Qui ne dévoilera plus ses charmes
Que pour lui
Le temps pass’ra sur les mémoires
On oubliera l’évènement
Seuls des vieux racont’ront encore
A leurs p’tits enfants
Quand Sarko leur délivre un message
Pour dire : « Je suis plus fort qu’Obama !  »
Aucun gars, aucun parmi les sages
Ne le croit, la la la la la la
Ne le croit, la la la la la
Et Sarko que cela met en rage
Peste, crie, ne le supporte pas
Qu’tous les gars, tous les gars les plus sages
N’y croient pas, la la la la la la
N’y croient pas, la la la la la
N’y croient pas, la la la la la la la la la la

Chanson : « Brave Sarko  » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Guitare et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Brave Margot » (1952)
Paroles et musique : Georges Brassens

J’AI DES PROBLÈMES AVEC MA VOITURE

 

Ah, la bagnole ! Que des problèmes ! Et les autres engins ne sont pas mieux…
Vivent donc certains transports fort agréables ma foi à condition que votre ticket, au delà de cette limite, soit encore valable…

J’AI DES PROBLÈMES AVEC MA VOITURE

 

J’ai des problèmes avec ma voiture
Je suis toujours en déconfiture
Pourtant elle marche, je vous assure,
Mais par coup de guigne ou hasard, c’est d’venu un piège à PV
Malgré sa carrosserie pimpante
Et sa propreté étincelante
Ma conduite toujours très prudente
C’est réglé, dès qu’elle prend l’air, ça c’est sûr, j’ai droit à un PV
Je connais toutes les contractuelles
De mon quartier en commençant par Emmanuelle,
Sophie, Raymonde, Anne-Marie et la belle Germaine
Mireille, Manon, Martine et puis Ségolène
Plus moyen de sortir car
J’ai des problèmes avec ma voiture
Je suis toujours en déconfiture
J’en oublie même de mettre la ceinture
Et c’est ce jour-là, vous devinez
Que ma route croise celle des poulets
Si j’ fais de la moto, c’en est de même
Si j’fais du vélo, j’ai des problèmes
Y a les rollers mais faudrait que j’aime
Alors j’fais de la marche mais ça fatigue et je suis crevé
Je connais toutes les contractuelles
De mon quartier en commençant par Emmanuelle,
Sophie, Raymonde, Anne-Marie et la belle Germaine
Mireille, Manon, Martine et puis Ségolène
Plus moyen de sortir car
J’ai des problèmes avec ma voiture
Je suis toujours en déconfiture
Et cela fait trente ans que ça dure
Pour moi le seul vrai bonheur serait de me payer un chauffeur
C’est pourquoi je joue au millionnaire
Même si la Française me désespère
Et je reste dans mon pied-à-terre
Accueillant célibataire avec tout’s les fliquett’s de ma rue
Je « connais » toutes les contractuelles
De mon quartier en commençant par Emmanuelle,
Sophie, Raymonde, Anne-Marie et la belle Germaine
Mireille, Manon, Martine et puis Ségolène
Et je n’ veux plus sortir car
Je ne veux plus avoir de voiture
Et je révise toutes les postures
Du Kama Soutra et je vous jure
Que pour les transports peu communs, rien ne vaut le genre féminin
Audrey, Stéphanie, Marie-Thérèse
Vous savez bien, celle qui rit quand on la braise
Marianne, Elodie, Dominique et Nadège
Manon, Sylvie, Josette, Aline, Julie Sonia elles savent toutes m’emmener
Au septième ciel sans fioritures
Je n’aurais plus besoin de voiture

Chanson : « J’ai des problèmes avec ma voiture » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Clavier et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le représentant en confitures » (1971)
Paroles et musique: Pierre Perret

Création et réalisation : Jean-Marie Quesnel & Camille Gomès, chansonniers

DANS LES PORTS MESSIEURS DAMES

« Les ports sont à nouveau ouverts : quel pot a le pouvoir ! » me disait récemment en se grattant vigoureusement un pote dermatologue. Et dans ma tête nageait Jean Constantin,  au milieu  d’un banc  de  Frères  Jacques, et  j’entendais :
« C’était un ca, un caca, cabillaud
Protégé par le con, le conseil de l’Europe
Par les co, les cocos, les cocos, les quotas
Que fifi que fixaient là-bas tous ces cons-là « 


MESSIEURS DAMES

Dans les ports, messieurs dames
Y a des marins qui grognent
Bruxelles les met en rogne
Quotas à leur grand dam
Dans les ports, messieurs dames
Y a des marins qui ferment
Tous accès à la lame
Et iront jusqu’au terme
Dans les ports, messieurs dames
Y a des marins furieux
Qu’on leur compte par grammes
Le poids du moindre lieu
Mais dans les ports, messieurs dames
Y a des marins qui braillent
Qui veulent du travail
Sinon, c’est sûr, ils canent
Dans les ports, messieurs dames
Y a des marins qui doivent
Et qui doivent et redoivent
Et qui redoivent encore
Qui doivent à leur banquiers
Ces requins d’Amsterdam
De Paris ou d’ailleurs
Enfin ils doivent, quel drame
Hypothèquent leurs maisons
Hypothèquent leurs chaluts
Déjà plus de poissons
Leurs quotas sont foutus
Se plantent dans les accès
Et bouchent la mer du Nord
Et ils crient leur malheur
Sur les cons de Bruxelles
Dans les ports, messieurs dames
Dans les ports, messieurs dames

Chanson : « Messieurs dames » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Amsterdam » (1964)
Paroles et musique : Jacques Brel