TOUT BLEU ET TOUT CASQUÉ

 

ILS SE BATTENT TOUS… POUR Y ALLER

Une information circulerait selon laquelle les associations
représentatives des gendarmes mobiles et autres représentants de
l’ordre et de la loi auraient abandonné une augmentation de salaire
en échange de quelques semaines de vacances bien méritées au soleil
des Antilles.

prendre bien sûr au conditionnel et avec modération, bien frais
avec deux pailles et des glaçons….

TOUT BLEU ET TOUT CASQUÉ

Tout bleu et tout casqué
On est bien, il fait beau
Chez les Antillais
Tout bleu et tout casqué
Au soleil, sur le sable
Ou sur les galets
Tout bleu et tout casqué
Que l’on vienne du Nord
Ou des Pyrénées
Tout bleu et tout casqué
On prend le temps de bronzer.
Tout bleu, tout bleu, un jour sur deux
Le reste soleil en maillot
Casqué, casqué, vite posé,
Et direction pédalo
Tout blanc, tout blanc, comme des dents
On rougit sur nos serviettes
Brûlé, brûlé, au second degré
Y a l’infirmière qui nous guette
Ah les vacances, ah les vacances
Moi quand j’y pense merci la France !
Tout bleu et tout casqué
On est bien, il fait beau
Chez les Antillais
Tout bleu et tout casqué
Au soleil, sur le sable
Ou sur les galets
Tout bleu et tout casqué
Que l’on vienne du Nord
Ou des Pyrénées
Tout bleu et tout casqué
On prend le temps de bronzer.
Tout bleu, tout bleu, on va traquer
Quelques groupes de rigolos
Casqué, casqué, pour matraquer
Quelques pauvres mecs en vélo
Tout nu, tout nu, on ne pense plus
Qu’à remercier Sarkozy
Bronzé, bronzé de nous donner
Soleil, vacances, punch-coco !
Ah quelles vacances, ah quelles vacances
Moi quand j’y pense merci la France !
Tout bleu et tout casqué
On est bien, il fait beau
Chez les Antillais
Tout bleu et tout casqué
Au soleil, sur le sable
Ou sur les galets
Tout bleu et tout casqué
Que l’on vienne du Nord
Ou des Pyrénées
Tout bleu et tout casqué
On prend enfin le temps
Le temps de bronzer.
Tout bleu et tout casqué
On est bien, il fait beau
Chez les Antillais
Tout bleu et tout casqué
Au soleil, sur le sable
Ou sur les galets
Tout bleu et tout casqué
Que l’on vienne du Nord
Ou des Pyrénées
Tout bleu et tout casqué
On prend le temps de bronzer.

Chanson :  » Tout bleu et tout casqué  » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Chant : Jean-Marie

Chanson originale : « Tout nu et tout bronzé » (1974)
Paroles et musique : J. Blot – C. Orieux

Publicités

LA CONSCIENCE

 

VOUS MERITIEZ LE MEILLEUR, ET LA LOI, C’EST MOI…

La France vire à gauche, c’est certain et tout le démontre, comme
dans les chansons populaires…
La caisse d’Epargne vire à la Banque populaire.
L’UMP devient un Mouvement Populaire.
Quant à notre Président, n’est-il pas énormément populaire ?

 LA CONSCIENCE

Autrefois, quand j’étais jeunot
On m’a appris à être réglo
Et qu’ toujours la Loi, c’est la Loi
Et du haut jusqu’en bas
Mais
Aujourd’hui que mon seul plaisir
C’est d’observer et puis de dire
Je pense que ça dérape ici
Et je le dis
J’suis la conscience
De notre France
Le Jiminy
De Sarkozy
Cette Loi que nul n’est censé
Ignorer est foulée aux pieds
Par des ministres, des agents
Parfois le Président
Mais
Sitôt qu’un pauvre journaliste
De cela énonce une liste
On l’envoie sur un ton railleur
S’faire pendre ailleurs
J’suis la conscience
De notre France
Le Jiminy
De Sarkozy
Caisse d’Epargne et Banques populaires
Même si l’union devait se faire
Fallait-il mettre en dirigeant
L’homme du président ?
Et
Comment pouvez-vous justifier
Que Pérol ait été nommé
Sachant que la Loi l’interdit
M’sieur Sarkozy ?
J’suis la conscience
De notre France
Le Jiminy
De Sarkozy
La réponse du Président
S’est faite alors en plusieurs temps
La commission « aurait dit oui »
D’la déontologie
Mais
Cette commission démentant
Il fallut bien au Président
Dire en passant en force sur l’heure
Prendre le meilleur
J’suis la conscience
De notre France
Le Jiminy
De Sarkozy
De bonnes âmes de l’UMP
Commencent à être embêtées
Car on peut être légaliste
Sans être socialiste
Mais
Veuille enfin le grand manie-tout
Pour qui la Loi n’est rien du tout
Ouvrir enfin un peu les yeux
Ça serait mieux
Pour la confiance
En notre France
Pour c’qui se dit
De Sarkozy

Chanson : « La conscience  » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Le pornographe » (1958)
Paroles et musique : Georges Brassens
Musique extraite de l’album « Giants of jazz play Brassens » (1978)

JOAILLIER’S SONG

MESDAMES, MESSIEURS : LA COUR !

Le Canard enchaîné avait décrit sous sa plume la cour du grand
Charles et les propos de ses courtisans. Nous ne pouvions faire
moins…

 JOAILLIER’S
SONG

Dans les poulaillers parisiens,
Les belles basses-cours qui n’font rien,
On entend les a priori
De tous ces gens, leurs théories
Ils disent :
« On peut pas être social tout le temps.
On peut pas aider tous les gens.
Y a une différence, et de taille.
Les uns sont riches, les autres travaillent,
Mais comprenez-moi : c’est une torture,
Tous ces pauvres près de mes voitures.
Mais comprenez-moi : c’est dur à croire.
J’ai cru apercevoir des noirs
Dans les poulaillers parisiens,
Les belles basses-cours qui n’font rien,
On entend les a priori
De tous ces gens, leurs théories
Ils disent :
« On peut pas aimer tout l’pays.
N’est-ce pas y a des endroits ici
Où les pauvres n’ont que la peau
Trop bronzée en plus sur leur dos ?
Mais comprenez-moi : la diète, comme ça
C’est parc’qu’ les parents n’dépensent pas.
Mais comprenez-moi : faut qu’ils achètent,
Et tout dans notre supermarket. »
Dans les poulaillers parisiens,
Les belles basses-cours qui n’font rien,
On entend les a priori
De tous ces gens, leurs théories
Ils disent :
« Que font ces gens, assis par terre,
Et leurs slogans qui crient misère.
Paraîtrait qu’ils n’ont pas de travail.
C’est pour demain la belle pagaille.
Mais comprenez-moi : c’est terrifiant
L’argent pousse moins bien qu’avant
Mais comprenez-moi : que va-t-on faire
Si tout d’un coup ils veulent plus s’taire. »
Mais comprenez-moi…

Chanson : « Joaillier’s song  » SACEM ©2009

Paroles : Camille

Chant : Jean-Marie

Chanson originale : « Poulailler’s song » (1977)

Paroles : Alain Souchon

Musique : Laurent Voulzy

QU’ON PARLE DE MOI

QU’ELLE EST LOURDE A
PORTER, L’ABSENCE DE SARKOZY

Henri Salvador chantait : « Un jour sans toi, c’est un jour sans
soleil, c’est un jour sans le ciel, sans toi rien n’existe et je
suis si triste, sans toi… ».

Pour les chansonniers que nous sommes, l’absence de Nicolas Sarkozy
sur nos écrans depuis deux ou trois jours est un rude coup, car
faisant notre ordinaire de l’actualité, nous ne savons plus que
dire…

C’est pourtant paraît-il à l’insu de son plein gré qu’il nous
fournit provende, et Guy Jean-Marie Béart le chante si
bien…

QU’ON PARLE DE
MOI

Qu’on parle de moi
Y a qu’ça qui m’intéresse
Qu’on parle de moi
Chaqu’ jour de chaque mois
De mon parcours dès ma prime jeunesse
De mes amours et d’mes histoires de fesses
Qu’on parle de moi
Même de mes faiblesses
Mais qu’on parle, qu’on parle de moi
Sur moi Sarkozy
Sur moi Nicolas
Il y a de quoi noircir bien des pages
Mes petits soucis
Sans vos gros tracas
Mais si vous voulez qu’ j’écoute davantage
Comme c’est touchant ce que vous lisez
Quand chaque semaine dans Paris-Match
Gala ou Voici, ma vie étalée
Toujours vous séduit et puis vous attache
Je voudrais un peu parler un instant
De vous mais cela n’intéresse guère
Les gens par rapport à un Président
Que vous envie toute la Terre entière
V’la qu’j’en ai assez de tous ces petits
Qui tentent d’approcher un peu ma gloire
Poutine, Obama ou Berlusconi
Même si je trouve leurs efforts méritoires
Qu’on parle de moi
Y a qu’ça qui m’intéresse
Qu’on parle de moi
Chaqu’ jour de chaque mois
Et plus vous jalouserez ma noblesse
Plus voyez-vous ça me mettra en joie

Chanson : « Qu’on parle de moi  » SACEM ©2009

Paroles : Camille

Guitare et chant : Jean-Marie

Chanson originale : « Parlez-moi d’moi » (1980)

Paroles et musique : Guy Béart

 

DESSARKOZEZ-MOI

ET SI C’ÉTAIT L’INVERSE ?

Il y a peu, l’affaire de la poupée-vaudou à l’effigie de Nicolas
Sarkozy a fait le buzz..
Nos experts, après une enquête piquante et hélas approfondie
(ouille, ça fait mal ! ) pensent le contraire : nous serions, tels
de simples Mowgli face à un Kaa difficile, placés sous hypnose et
autres images subliminales : Aie confiaaaannnnncccceeeeeeee ! « .
Faisons donc comme les grands clubs de futchebol dont le terrain
est constamment visité et fouillé par des « experts » qui croient aux
forces de l’esprit, ne fumant pas que le gazon, et faisons une
prière

DESSARKOZEZ-MOI

Dessarkozez-moi, dessarkozez-moi
Oui, mais là, tout de suite, au plus vite
Sachez marabouter, désenvoûter, me libérer
Dessarkozez-moi, dessarkozez-moi
Mais ne soyez pas comme tous vos clones d’l’UMP.
Et d’abord, la télé
Pour cesser les désordres
Ne doit plus être aux ordres d’l’Elysée,
Que cesse le mirage
L’autosatisfaction
D’une mauvaise gestion, pour l’image</p>
Dessarkozez-moi, dessarkozez-moi
Oui, mais là, tout de suite, au plus vite
Sachez donc m’informer, avec des infos vraies, me persuader
Dessarkozez-moi, dessarkozez-moi
Avec plus de justesse, sans PS, ni PC
Choisissez bien vos mots
Socialisez vos gestes
Ni pipeau, ni Rolex , sans Guaino
Voilà, ça y est, je suis
Intelligente, ouverte
Prête à vous écouter, Sarkozy
Dessarkozez-moi, dessarkozez-moi
Maintenant tout de suite, allez vite
Sachez donc me prouver que vous avez changé en vérité
Dessarkozez-moi, dessarkozez-moi
Conduisez-vous en homme
En grand homme… ou partez !
Dessarkozez-moi, dessarkozez-moi
Et vous… dessarkozez-nous !

Chanson : « Dessarkozez-moi  » SACEM ©2009

Paroles : Camille

Chant : Jean-Marie

Chanson originale : « Déshabillez-moi » (1967)

Paroles : Robert Nyel

Musique : Gaby Verlor

J’AI TREIZE ANS

LE CONCERTO AUX PRUNES VERTES (je sors)

La société évolue constamment.
Si l’on continue à se marier, on vit le plus souvent « simplement
ensemble » sans noms couchés au bas d’un parchemin et les adultes
hésitent souvent à faire des enfants (pour quel monde à venir ?).

Heureusement, certains très jeunes adolescents ont pris les « choses
en main » et, n’ayant pas encore de soucis moraux ni financiers, ont
décidé de faire remonter les courbes démographiques afin de pouvoir
payer plus tard vos retraites, ô adultes insouciants !

Bravo à cette jeunesse citoyenne et prévoyante… si vous croyez qu’ils font ça pour leur plaisir !

J’AI TREIZE
ANS

J’ai treize ans
Et je serais papa mais j’ai treize ans
C’est curieux d’être père à treize ans
Mêm’ si j’attends un test démontrant
Une paternité
Si tu m’crois pas hé
T’as qu’à r’garder à la télé
J’ai treize ans
Je vais a l’école et j’entends
L’éducation sexuelle, distrait’ment
Moi je rigole, en perçant
Du compas mes condoms
Si tu m’crois pas hé
T’as qu’à r’garder à la télé
En semaine chez ma copine
Je lui montre ma carabine
C’est elle qui m’expliqu’ où et comment tirer
Impossible de rater
J’ai treize ans
Je vis une histoire où des grands
Se fendent la poire, je vois souvent
Des jeunes du quartier et j’entends
Qu’ils m’appellent TGV
Si tu m’crois pas hé
T’as qu’à r’garder à la télé
J’ai treize ans
Et déjà une mioche, j’ai treize ans
On m’prend pour une cloche, j’ai treize ans
Beaucoup trouvent ça moche qu’à treize ans
On puisse être parent
Si tu m’crois pas hé
T’as qu’à r’garder à la télé
Ma mère m’croit à la piscine
En fait, j’nage dans ma copine
J’suis perdu avec mon tout p’tit robinet
Elle me sert de bouée
J’ai treize ans
Je me fais de la thune j’ai treize ans
Et je fais fortune en vendant
L’histoire de mes prunes aux marchands
Ça parait bizarre mais
Si tu m’crois pas hé
T’as qu’à r’garder à la télé
Si tu m’crois pas hé
T’as qu’à r’garder à la télé
Si tu m’crois pas
T’as qu’à r’garder
A la télé
T’as qu’à r’garder

Chanson : « J’ai treize ans  » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « J’ai dix ans » (1974)
Paroles : Alain Souchon
Musique : Laurent Voulzy

C’EST PAS DANS LE JOURNAL

ON NE NOUS DIT PAS
TOUT…

Au Salon de l’Agriculture vendredi, à l’heure de passage du TGV présidentiel, il y avait de drôles d’oiseaux « mis en cage » par les forces d’un certain ordre… (voir ICI  . Vu sur Rue89   ICI ) Les médias pourtant bien présents ne vous ont rien montré de ce genre d’incident qui ne saurait exister dans une France propre et Balkanysée (voir ICI) où toute la population suit notre Président en lui criant des « Bravo, Nicolas ! » mérités et de bon aloi.
Etonnons-nous ensuite de susciter l’hilarité ou la peine à l’étranger… Pauvre
France !

C’EST PAS DANS LE
JOURNAL

Au Salon bien encadré,
Les gens se font refouler
Et puis ensuite encager
Par un service d’ordr’ zélé
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
Si t’as ta carte de l’UMP
Et que tu viens pour le louer
Et « Bravo Nicolas !  » crier
T’as le tapis rouge à l’entrée
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est con, con, c’est con con,
C’est con, con, c’est con con,
{Break instrumental}
Les médias veulent faire plaisir,
Toujours à Sa Majesté
Pour combler ses désirs,
Y’a rien de tel que d’censurer.
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal
C’est con, con, c’est con con,
C’est con, con, c’est con con,
C’est con, con, c’est con con,
C’est con, con, c’est con con,
{Break instrumental}
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal
Au Salon bien encadré,
Les gens se font refouler
Et puis ensuite encager
Par un service d’ordr’ zélé
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est con, con, c’est con con,
C’est con, con, c’est con con,
Foulez, foulez,
Les libertés
Flouez, flouez,
La vérité
{Break instrumental}
Foulez, foulez,
Les libertés
Flouez, flouez,
La vérité
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est pas dans le journal,
C’est con, con, c’est con con,
C’est con, con, c’est con con,
C’est con, con, c’est con con,
C’est con, con, c’est con con,
Foulez, foulez,
Les li…bertés
Flouez, flouez,
La vé…rité
Foulez, (foulez, foulez)
Foulez ( les libertés)
Flouez, (flouez, flouez)
Flouez, (la vérité)
C’est pas dans le journal ( ad libitum )

Chanson : « C’est pas dans le journal  » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « C’est bon pour le moral » (1982)
Paroles et musique: Daniel Vangarde / Jean Kluger

IL N’A PAS D’ROLEX

C’EST ASSEZ GAI, LA ?

J’ai appris par hasard l’autre jour que j’avais raté ma vie, et de
la bouche d’un maître.
Jacques Séguéla a en effet déclaré sur un plateau de télévision :  « Si à cinquante ans, on n’a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie ! »
N’ayant pas vécu la mienne pour la montre, j’ai décidé en retour de ne pas le rater…

IL N’A PAS
D’ROLEX

Il s’appelle Paul-Edouard, et va avoir cinquante ans
Et cela très bientôt, et cela le désespère
Car malgré une vie d’honorable fonctionnaire
Il sera dans un mois la honte de ses enfants
Il n’a pas d’Rolex
Sa vie est ratée
Faut le faire psychanalyser
Chez un docteur pour le débarrasser
De ses complexes à tout casser
Sinon il deviendra cinglé
Il a épargné pourtant depuis presque cinquante ans
Se privant de plaisirs, de ce qu’il pouvait s’offrir
De ces petites douceurs qui permettent de respirer
Sans jamais d’cinéma, de resto, just’ la télé
Il n’a pas d’Rolex
Sa vie est ratée
Il n’y a rien à espérer
Il n’y a vraiment qu’à le laisser crever
Tout ça pas’ qu’il n’a pas gagné
Assez d’argent pour se la payer
Pour avoir ce qui manquait, il s’est mis à fréquenter
Certains lieux mal famés, où il s’est mis à jouer
Ses belles économies aussitôt y sont passées
Et pour son demi-siècle, il a fini râtissé
Mais, il n’a pas d’Rolex
Sa vie est ratée
Le jour de son anniversaire
Il braqua donc un diamantaire
Il mit sa Rolex au poignet
Alors qu’un policier le tuait
Adieu les complexes
Finis les complexes
Il a sa Rolex
Tout est arrangé
(c’est assez gai, là ?)

Chanson : « Il n’a pas d’Rolex » SACEM ©2009
Paroles : Camille
Guitare et interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Bourrée de complexes » (1955)
Paroles : Boris Vian
Musique: Alain Goraguer

QUE VAS-TU FAIRE , SARKO ?

Que dire de plus sur la Guadeloupe sinon que la République applique à la lettre
« Loin des yeux, loin du cœur » et traite bien mal certains de
ses enfants, dont elle semble avoir abandonné depuis bien longtemps
le sort aux descendants des premiers colons dans des abus
scandaleux…
Après de multiples tergiversations, les aller-retour d’Yves Jégo,
les médiateurs, enfin le seul à pouvoir décider déclare prendre le
dossier en mains : il était temps, espérons-le du moins, mais que
va faire notre Président ?

QUE VAS-TU FAIRE ,
SARKO ?

Bonjour, bonjour,
Je viens vous informer.
On nous laisse tomber,
J’vais vous expliquer
Que ce pays
Censé vous enchanter,
Vous embéguiner.
Est en train d’crever
C’est une île perdue au milieu de l’océan,
Un désastre furieux, un scandale permanent,
Comme dans les, {comme dans les}
Comme dans les, {comme dans les}
Comme dans les cauchemars de Sarko-Jégo,
Y a quatre yaourts nature pour seulement cinq euros,
Comme dans les cauchemars de Sarko-Jégo,
Y a des békés salauds
Qui vivent sur notre dos, oh oh, oh oh, oh oh…
La nuit tombée,
Si vous le voulez,
On ira mendier
Club Méditerranée
Aucun danger,
D’avoir à bouffer :
Là-bas, les crocodiles
Ont la priorité.
Au clair de la lune, tout’ la Guadeloupe unie,
Dresse des barricades qui poussent comme par magie
Comme dans les, {comme dans les}
Comme dans les, {comme dans les}
Comme dans les cauchemars de Sarko-Jégo,
Y a des gens qui ont faim et qui n’ont pas de boulot,
Comme dans les cauchemars de Sarko-Jégo,
Y a des forces de police
Qui se la jouent Zorro, oh oh, oh oh, oh oh…
Tou, tou, tou, {Baoum}
Tou, tou, tou, {Baoum}
Tou, tou, tou, {Baoum}
Fini le paradis !
C’est une île perdue au milieu de l’océan,
Un désastre furieux, un scandale permanent,
Comme dans les, {comme dans les}
Comme dans les, {comme dans les}
Comme dans , {comme dans}
Comme dans , {comme dans}
Comme dans les cauchemars de Sarko-Jégo,
Y a quatre yaourts nature pour seulement cinq euros,
Comme dans les cauchemars de Sarko-Jégo,
Y a des békés salauds
Qui vivent sur notre dos
Comme dans les cauchemars de Sarko-Jégo,
Y a des gens qui ont faim et qui n’ont pas de boulot,
Comme dans les cauchemars de Sarko-Jégo,
Y a des forces de police
Qui se la jouent Zorro, oh oh, oh oh, oh oh…
Que vas-tu faire, Sarko ?

Chanson : « Que vas-tu faire, Sarko ?  » SACEM ©2009

Paroles : Camille

Interprétation : Jean-Marie

Chanson originale : « Vive le douanier Rousseau » (1983)

Paroles et musique: Daniel Vangarde

 

CARLA BRUNI

Le mariage de Nicolas Sarkozy avec Carla Bruni a fait couler beaucoup d’encre.
Cédant à l’air du temps, « ma petite folie » personnelle m’a inspiré
ceci, en espérant casser la cabane au Canada…

CARLA BRUNI

Avant toi, j’me sentais vieux
Même un peu pépère
Mais tu m’as mis la tête à l’envers
Et ça va beaucoup mieux…
C’est toi Carla Bruni
Carlita jolie
Ma p’tite femme à Sarkozy
Toi qui boul’verses
Toi qui transgresses
Tout ce qui était ma vie.
Au début j’étais surpris
Je trouvais bizarre
Que tu te fasses un solo d’ guitare
Quand on allait au lit…
C’est toi Carla Bruni
Carlita jolie
Ma p’tite femme à Sarkozy
Toi qui boul’verses
Toi qui transgresses
Tout ce qui était ma vie.
Je m’demande au jour de l’An
Ce qui va te plaire
Vas-tu choisir un truc ordinaire
Ou un fantasm’ dément…
C’est toi Carla Bruni
Carlita jolie
Ma p’tite femme à Sarkozy
Toi qui boul’verses
Toi qui transgresses
Tout ce qui était ma vie.
Quand on part dorénavant
Que ça soit habituel,
Choisis la Chine ou bien Israël
Au moins deux heures avant… !
C’est toi Carla Bruni
Carlita jolie
Ma p’tite femme à Sarkozy
Toi qui boul’verses
Toi qui transgresses
Tout ce qui était ma vie.
Quand j’invite des richards
Ils demandent sans troubles
S’il faut payer la soirée en roubles
Ou alors en dollars…
C’est toi Carla Bruni
Carlita jolie
Ma p’tite femme à Sarkozy
Toi qui boul’verses
Toi qui transgresses
Tout ce qui était ma vie.
Dépêche-toi de venir au lit.

Chanson : « Carla Bruni » SACEM ©2009
Paroles : Camille (paroles additionnelles de René)
Interprète : Jean-Marie (et René)

Chanson originale : « Ma petite folie » (1952)
Paroles : Jacques Plante & Bob Merrill.
Musique : Bob Merrill